. Walking Dead – tome 9 de R. Kirkman et C. Adlard | Fant'asie
Kameyoko 28/11/2010 1

Walking Dead - tome 9 - Ceux qui restent

Walking Dead – tome 9 : Ceux qui restent

Je suis Walking Dead addict

Walking Dead est un comic évènement avant même son adaptation en série. J’imagine que la diffusion de la première saison sur AMC va aider à faire connaitre cette série. Et c’est tant mieux car elle est magnifique. Je ne me lasse pas de lire ce comic.

Le tome 9 fait suite au carnage du pénitencier orchestré par le Gouverneur du volume 8. Après une telle intensité, une telle maitrise, je me demandais comment Robert Kirkman allait repartir. Ce 9ème volet donne des indices sur le futur tout en se focalisant sur Rick et Carl.

Walking Dead – tome 9 intitulé Ceux qui restent est édité par Delcourt et est disponible à la vente depuis octobre 2009

Résumé de Walking Dead 9 chez Delcourt

L’offensive du Gouverneur et de ses hommes s’est soldée par un carnage. On ne compte plus les morts.

Rick et Carl ont réussi à s’enfuir et à trouver refuge dans une maison abandonnée malgré le chagrin et leur état.

Malheureusement, dès leur arrivée, Rick se retrouve mal en point. Sa blessure ne s’est pas totalement guérie.

Carl s’inquiète beaucoup pour son père, qu’il sait mal en point. Plus les jours passent et plus Carl craint que son père meurt et craint de se retrouver seul.
Pendant la phase de guérison de son père, Carl va survivre seul et s’occuper des zombies.

Rick va heureusement reprendre connaissance. Ensemble, le père et le fils vont explorer les alentours pour trouver de la nourriture.

Un jour Rick va entendre un téléphone sonner. Il va se précipiter pour décrocher et entendre la voix d’une femme. Petit à petit ils vont se parler et faire connaissance. Rick demande à cette femme si lui et Carl peuvent la rejoindre.

Mais l’ex-policier est plus bouleversé qu’il ne le pense. Carl et Rick prennent un nouveau départ.

Un nouveau départ

Ce tome 9 marque le début d’un nouveau départ pour Walking Dead et Rick. Après un volume 8 très dense, riche en émotions et où Kirkman a fait un grand ménage, ce nouvel opus fait repartir la série sur de nouveaux rails et sur un nouveau cycle.

C’est presque comme si on reprenait depuis le début. Sauf que rapidement, on va retrouver quelques têtes connues.

On retrouve Carl et Rick dans un univers hostile sans le sentiment d’une relative sécurité. Ils errent sans but, sans lieu de repos, et évoluent perpétuellement sous le menace. Finie la relative quiétude de la prison, place à l’errance et place à de nouveaux personnages et enjeux.

Cette phase apparait plus dans la seconde moitié de l’ouvrage. Ce nouveau cycle s’annonce lui aussi tout aussi passionnant. L’auteur semble vouloir aller plus loin que la simple survie. Pourquoi pas!

De nouveaux personnages, qui semblent être importants voir même cruciaux pour ce nouvel arc, font leur apparition. Avec eux, Rick va pouvoir avoir un objectif. Mais avec Kirkman, rien ne nous garantit qu’ils vont rester longtemps. C’est ce qui fait le charme de Walking Dead. On sait maintenant que tous les personnages peuvent mourir.

Dans une première moitié, Kirkman se focalise sur la fuite de Carl et Rick. L’enfant du policier prend un peu plus d’importance et on s’attarde plus sur lui et sur ses sentiments. Pensant que son père risque de mourir, on voit le caractère du garçon se dessiner. Il est placé vraiment face au danger, seul, prenant soin de son père. Le récit n’en est que plus passionnant et on se prend d’affection pour le garçon.

Au-delà de ce personnage, c’est l’aspect psychologique qui est mis en avant. Rick et Carl ont du mal à faire leur deuil et Rick se comporte bizarrement et commence à avoir des symptômes psychiatriques.
Notamment tous les passages où il discute au téléphone avec une femme sont, d’un coté touchant mais aussi un peu inquiétant. Une trouvaille bien exploitée et qui permet de voir Rick sous un nouveau jour.

Concernant le nouveau cycle que semble vouloir prendre Kirkman, on se dirige vers quelque chose de plus important. En effet, le scénariste semble vouloir se pencher sur les origines de l’épidémie et donc peut-être un moyen de contrôler l’invasion. Connaissant le bonhomme, on peut se demander si c’est un leurre ou pas. Il est possible que rapidement le personnage clé de cette intrigue meurt.

J’ai trouvé que Kirkman avait admirablement réussi l' »après-pénitencier ». Il y a tout un travail psychologique sur les conséquences du massacre et la perte d’êtres chers. L’histoire se recentre sur Rick et Carl. Ces deux personnages gagnent encore en profondeur. Le garçon revient sur le devant de la scène et devient un personnage à part entière. Rick gagne en complexité et en humanité. On voit bien ses faiblesses et sa phase de détresse. Tout ça est assez touchant.

Pour autant, Kirkman remet les zombies à l’honneur en faisant évoluer les deux personnages dans un environnement hostile au milieu de ces créatures. On quitte un espace sécurisé (la prison) pour retomber dans un monde dangereux et incertain.

Puis, j’ai beaucoup apprécié la direction que Walking Dead semble prendre. Cette intrigue s’annonce passionnante. C’est un excellent tome de transition entre deux arcs, et un bon préambule pour la suite.

Pour conclure Walking Dead – tome 9 montre encore une fois tout le talent de Robert Kirkman. Après un volume 8 énorme et intense, il réussit à relancer sa série sans passer par une phase de transition molle et inintéressante. C’est de suite captivant et intense. Et puis rapidement, il introduit ce qui pourrait être l’intrigue principale pour les tomes à venir.

Du très bon Walking Dead qui fait bien la transition entre deux phases. C’est toujours aussi passionnant et addictif.

What else!

Qu’avez-vous pensé de la transition? La possible future trame vous convient-elle?

Un commentaire »

Laisser un commentaire »