. Walking Dead – tome 22 de Robert Kirkman et Charlie Adlard | Fant'asie
Kameyoko 24/02/2015 2
  • Scénario
  • Graphisme

Walking Dead - tome 22

Walking Dead – tome 22 : Une autre vie de Robert Kirkman et Charlie Adlard

Un flashforward pour relancer l’histoire

Pour certains, Walking Dead avait accusé un coup de moins bien depuis quelques temps, même si l’épisode Negan avait redonné de l’intérêt. Personnellement, je suis toujours aussi fan de l’oeuvre de Kirkman. Et chaque nouvelle sortie est un événement.
Mais ce tome 22 a un petit goût un peu particulier puisqu’il est annonciateur d’une nouvelle ère pour ce comic.
Que nous réserve donc Kirkman ?

Walking Dead – tome 22 : Une autre vie de Robert Kirkman et Charlie Adlard est édité par Delcourt et est disponible à la vente depuis le 21 janvier 2015.

Résumé de Walking Dead 22 chez Delcourt

Résumé de l’éditeur :

La Colline, Alexandria. Quelque temps après la Guerre totale. Une autre vie commence pour les survivants de la terrible bataille qui a opposé Negan, Rick et Ézéchiel. La menace directe de Negan écartée, chacun espère retrouver une existence à peu près normale. Mais c’est compter sans les zombies, le manque de vivres et surtout Robert Kirkman et son sens du drama… Une autre vie commence.

Construction de la civilisation !?

Après l’épisode de la guerre totale avec Negan, j’étais très curieux de voir comment Kirkman allait rebondir et faire avancer son intrigue. Et le moins que l’on puisse dire c’est que le scénariste nous surprend d’emblée et offre un nouveau souffle à son comic phénomène. Pour cela il use du flashforward, un bond en avant temporel. On retrouve donc l’histoire deux ans après les derniers événements. Et forcément, tous les personnages ont un peu évolué, aussi bien physiquement que dans leur comportement. Et pour cause, leur situation s’est considérablement améliorée.

Nous sommes toujours dans un monde remplit de zombies, sauf que Rick et les siens (mais aussi les autres communautés amies) sont bien installés et commencent à rebâtir un semblant de civilisation. L’agriculture et l’artisanat se remettent en place. Chacun a maintenant un rôle et contribue à améliorer le sort des siens, soit en faisant de la surveillance, de l’élimination de zombies, de la forge, de la culture de fruits et légumes, de la maçonnerie…

Cette idée, l’air de rien, est assez géniale. Bien sûr, cette pirouette a déjà utilisé, mais ici je la trouve vraiment bien pensé. Elle relance vraiment le titre Walking Dead en faisant presque table rase du passé. L’atmosphère change avec l’arrivée de l’espoir. La survie est donc moins présente, et Kirkman s’intéresse plus au futur, à la reconstruction de la société, plutôt que la simple survie. Pourtant, il a le don pour ne jamais laisser le lecteur dans un sentiment d’euphorie et d’apaisement.

Bien que la situation se soit considérablement améliorée, il distille un peu le doute et de potentielles menaces l’air de rien. Que se soit par la détention du dangereux Negan, l’arrivée de nouveaux occupants  à priori pacifistes, ou des zombies chuchotant, le lecteur est sur le qui-vive, attendant l’élément qui viendra perturber cet équilibre et cette sérénité.

De plus, le scénariste laisse encore planer énormément de mystères sur ce qu’il s’est passé durant ce laps de temps. Des nouveaux personnages sont présents, et semblent être membres à part entière de la communauté. Mais surtout, nous ne voyons pas certains personnages importants. Où sont-ils ? Que leur est-il arrivé ? Autant de questions qui suscitent la curiosité.

Pour développer cette nouvelle période, Kirkman baisse son rythme, en prenant le temps de s’attarder sur cette nouvelle vie : la construction de son moulin à vent, les terres cultivables, l’organisation d’une foire…. Autant d’éléments qui permettent de se sentir vraiment dans un monde moins dangereux et où l’espoir est de nouveau permis.

Le scénariste prend aussi le temps de s’attarder sur certains personnages et de nous les présenter dans cette nouvelle configuration. Ainsi, on voit un Rick Grimes sorte de légende vivante, chef adulé par la communauté, mais toujours mal à l’aise avec ce rôle et surtout sa notoriété. On s’amusera également de son nouveau look plus posé et moins survivaliste. Carl également fait l’objet de l’attention de Kirkman. Ce dernier a bien évolué et cherche à avoir une vie plus normale pour un adolescent, tout en cherchant à se trouver une utilité, notamment en s’émancipant de son père afin de devenir apprenti-forgeron.

Enfin, nous verrons également Maggie devenue mère et en charge, elle aussi, de sa communauté et toujours en étroite collaboration avec Rick et les siens.

Mais évidemment, nous sommes dans Walking Dead et pas dans la Petite Maison dans la prairie. Ainsi les événements vont s’accélerer à la fin du tome et annoncent un nouvel arc prometteur.

Graphiquement, aidé par Stefano Gaudiano, on retrouve un Charlie Adlard en très grande forme. J’ai trouvé que c’était son meilleur travail depuis quelques tomes. Son trait est plus soigné, ses compositions et cadrages plus artistiques et recherchés. Il est excelle aussi bien pour présenter ce nouveau monde, que pour planter les graines du doute et de la peur dans l’esprit du lecteur. Il arrive facilement à créer un climat de tension et de paranoia rapidement, avec quelques cases, quelques expressions faciales. C’est vraiment agréable de voir du Adlard de ce niveau !

 

Pour conclure, ce Walking Dead – tome 22 de Robert Kirkman et Charlie Adlard est une vraie réussite et prouve aux mauvaises langues que Walking Dead en a encore sous le coude. Ce tome 22 séduit tant sur la forme que sur le fond. Kirkman parvient à donner un nouveau souffle à son comic avec cette brillante idée du flashforward et son intelligente utilisation. C’est à la fois logique, intéressant et salvateur ! Cela donne une ambiance de suite différente, mais s’il sait comment faire revenir la peur et la tension.

Le scénariste réussit la prouesse de chambouler son univers et nos habitudes de lecture, pour mieux nous faire revenir aux angoisses les plus primaires quand il le désire. Car ce monde a beau être presque idyllique, on sait qu’il ne suffit pas de grand chose pour faire voler ça en éclat. Et vu la fin du tome, cela pourrait arriver vite.

Bref, du Walking Dead au sommet de sa forme, qui se réinvente, se relance pour le plus grand bonheur de tous !

2 commentaires »

  1. Dionysos89 24/02/2015 at 21:49 -

    Ah le malaise des dernières pages, ils ne reculent devant rien ! 😀

Laisser un commentaire »