. Walking Dead – tome 16 | Fant'asie
Kameyoko 20/12/2012 1
  • Scénario
  • Graphisme

Walking Dead - tome 16 : Un vaste monde

Walking Dead – tome 16 : Un vaste monde de Robert Kirkman et Charlie Adlard

Vers un nouveau virage ?

Plus besoin de présenter Walking Dead, tant cette licence est devenu un phénomène culturel : meilleure vente comic, série qui fait son trou et une aura toujours aussi grandissante.

Mais Walking Dead c’est d’abord un comic de très grande qualité. Chaque nouveau tome est attendu par des hordes de fans, dont je fais parti. Même après 16 volumes, je suis toujours autant amoureux de cette série de Robert Kirkman, même si elle peine un peu à se renouveler ces derniers tomes.

Et si ce 16ème opus marquait un nouveau virage, et relançait le titre ?

Walking Dead – tome 16 : Un vaste monde de Robert Kirkman et Charlie Adlard est édité par Delcourt et est disponible à la vente depuis le 05 septembre 2012.

Résumé de Walking Dead 16 chez Delcourt

La vie reprend doucement son cours pour les habitants de la communauté. Mais le danger n’est jamais très loin… Morts et vivants rôdent. Lorsqu’Abraham et Michonne découvrent l’existence d’un homme avec de fortes aptitudes pour se battre et ne semblant pas éprouver la peur, les souvenirs du Gouverneur resurgissent. Rick et les siens voient leur confiance en l’humain une nouvelle fois mise à l’épreuve.

Jesus, le sauveur ?

Walking Dead continue son petit bonhomme de chemin et parvient toujours à susciter l’engouement malgré, bientôt 17 tomes (le 17ème sortant en janvier). Même si je suis un fan de ce comic, que je trouve génial, je dois reconnaître que depuis quelques tomes, je trouve que Robert Kirkman peinait à se renouveler et à nous scotcher comme lors de la période du Gouverneur.

Mais à la lecture de ce seizième opus, je suis de nouveau très emballé et j’ai beaucoup d’espoir dans la suite.

Tout débute dans la communauté d’Alexandria qui panse ses plaies suite à une attaque zombie qui a beaucoup secoué cette ville. La prise de leadership par Rick et son groupe, même si elle apparaît maintenant légitime, ne fait pas le bonheur de tout le monde. En effet, Nicholas fomente un complot pour écarter Rick. Mais tout ne se passera pas comme prévu pour lui et cela aboutira à une situation tendue.
Mais de nouveaux problèmes vont affluer : la nourriture se fait rare, les munitions aussi et surtout un homme redoutable, capable de maîtriser à mains nues Michonne et Abraham fait son apparition. Jesus, de son prénom, sera-t-il le sauveur ou bien une menace ?

Ce simple personnage parvient à relancer l’intérêt de la série. Certes, Robert Kirkman s’appuie sur un rebondissement que l’on connait déjà et qu’il a déjà abordé. L’arrivée d’un nouveau personnage et d’une nouvelle communauté n’est pas sans rappeler l’épisode d’Alexandria ou pire de Woodbury. Pourtant, le scénariste arrive à tirer quelque chose de ça et à innover. Il joue également avec ce passif. Parce que le lecteur n’a de cesse de s’interroger sur ce Jesus et sa communauté. Il est clairement présenté comme une menace (maîtrise des arts martiaux), mais parait en même temps digne de confiance. Cette ambiguïté ne nous lâche pas et nous renvoit à l’épisode du Gouverneur. Et on sent que c’est ce à quoi veut aboutir Kirkman. On ne sait pas trop sur quel pied danser, surtout quand on connait le plaisir presque sadique que ce dernier a, à concocter des retournements de situation excellents.

La grosse nouveauté à propos de l’arrivée de ce personnage marque surtout le retour à une trame plus globale et le retour au monde qui entoure Rick et les siens. En effet, on apprend qu’il existe d’autres communautés bien établies, et qui communiquent entre elles. De fait, la survie du groupe de survivants ne dépend plus uniquement de leur capacité à se défendre face aux zombies. Elle doit maintenant tenir compte du moyen et long terme.

Ainsi Kirkman replace sur le devant de la scène l’absence de nourriture et le fait qu’il devient de plus en plus dur de trouver de quoi manger. De quoi penser sérieusement à rebâtir un monde. Or ce point là est assez sous-jacent dans ce tome, plus que dans les autres.

L’autre thème sous-jacent est la place de Rick et des siens dans cette nouvelle humanité. Comment vont-ils participer à sa reconstruction. Et là, on semble s’orienter vers une spécialisation de type « mercenaires ». Cet aspect-là n’est qu’évoqué, on verra par la suite comment il sera exploité. Mais il reste cohérent avec ce que nous avons vu avant. Andrea, Glenn, Carl, Rick, Abraham, Michonne et les autres sont devenus des experts de la survie et des « affrontements » contre des zombies ou des « humains ».

Ce Walking Dead 16 joue la carte du réalisme et centre moins son intrigue sur les relations entre personnages, bien qu’il ne les oublie pas. Les personnages sont toujours autant soignés. Les relations sont toujours bien gérées et regagnent un peu en crédibilité. Voir Rick et Andrea évolue est intéressant, de même que la relation étrange unissant Glenn, Maggie et la petite Sophia

Robert Kirkman change de braquet et propose une intrigue toujours aussi passionnante mais qu’il recentre plus sur la survie à plus long terme, l’extérieur et les autres communautés. J’ai vraiment qu’une hâte c’est de lire la suite ! Je crois bien être redevenu totalement accro à Walking Dead !!

Coté dessin, je ne sais pas si c’est la lassitude, mais j’ai l’impression que le charme de Charlie Adlard s’estompe un peu. Je le trouve trop irrégulier dans ses dessins. Il y a certains passages magnifiques et très puissants, alors que d’autres paraissent bâclés, sans vie. De plus, il peine aussi à uniformiser son trait et la représentation de ses personnages. Bref, je le trouve assez irrégulier. Pourtant, quand il se donne la peine, ça marche toujours aussi bien. Son style, un peu brut de décoffrage, à l’instinct, colle bien à l’univers imaginé par Kirkman.

Pour conclure, ce Walking Dead – tome 16 : Un vaste monde de Robert Kirkman et Charlie Adlard relance un peu la série, notamment grâce à l’arrivée d’un personnage déjà très charismatique : Jesus. On ne s’est pas encore ce qu’il peut nous réserver mais il promet de tenir une place importante par la suite. Mais surtout il emmène Rick et les siens explorer de nouvelles pistes très prometteuses pour la suite. Cette ouverture vers l’extérieur et sur la survie à plus ou moins long terme redonnent du souffle à la série Walking Dead, qui en manquait un peu depuis quelques tomes.

Vivement la suite !!

Et vous qu’avez-vous pensé de ce tome. Retrouvez-vous ml’entrain qui pouvait être le vôtre lors des premiers tomes ?

Un commentaire »

  1. Torospatillo 20/12/2012 at 14:16 -

    Tu me donne envi de m’y remettre…
    Perso j’avais complètement laché au milieu d’Alexendria… Se passage m’a clairement gavé…

    Je vais me motiver à lire ce passage pour enchainer !

Laisser un commentaire »