. Vinland Saga – tome 6 de Makoto Yukimura | Fant'asie
Kameyoko 03/09/2010 0

Vinland Saga - tome 6

Vinland Saga – tome 6 de Makoto Yukimura

Le prince prend sa destinée en main

Vinland Saga est, typiquement, le genre de manga qu’on aimerait lire tout le temps. On aimerait que tous les titres atteignent au moins son niveau tant au niveau du scénario que de la qualité du dessin du mangaka.

Au risque de devenir plus que lourd, je le répète mais Vinland Saga c’est une tuerie! C’est criminel de n’avoir pas encore lu ce seinen.

Le tome 5 nous laissait avec une fin très prometteuse suite à une succession d’évènements marquants. Ce sixième opus démarre sur les chapeaux de roues pour ne jamais lâcher le lecteur. Encore un grand moment de lecture.

Vinland Saga – tome 6 est édité par Kurokawa et est disponible à la vente depuis le 11 mars 2010.

Résumé de Vinland Saga 6 chez Kurokawa

Thorfinn est toujours entrain d’affronter en duel le redoutable Thorkell. Malgré son agilité et sa technique, il a toutes les peines du monde à le blesser. Un moment, il pense y parvenir, mais se rend compte que le géant a une cotte de maille.

En plein combat, Thorkell fait référence à Thors, le père de Thorfinn qu’il semble avoir bien connu. Le guerrier maniant la hache acceptera de lui en dire plus s’il arrive à le distraire. Il reconnait dans le jeune garçon un valeureux guerrier, qu’il respecte.

Pendant ce temps-là, le Prince Knut voit Ragnar lui apparaitre en rêve, pour lui faire ses adieux. A son réveil, il se trouvera face à Björg déchainé, massacrant tous les adversaires qui s’attaquent à lui. Il est devenu une véritable bête enragée. Il se tourne vers le prêtre, qui regarde aussi la scène, et lui demande pourquoi il n’arrête pas les combats. La réponse de l’homme d’église va faire changer le Prince, qui va prendre en main son destin.

Du coté de Thorfinn, Thorkell annonce au jeune homme que sa technique est ordinaire et qu’il lui manque quelque chose pour être comme son père, pour être un « véritable guerrier ». Mais qu’est-ce qu’être un véritable guerrier?

Un tome charnière

Ce tome commence très fort et on est directement dans l’action avec le combat entre deux personnages très doués et charismatiques : Thorkell et Thorfinn.

Les deux vont se livrer un rude combat, le jeune garçon arrivant à tenir tête au géant et même à l’amuser.

Mais en plein combat, Thorkell va faire référence à Thors, le père du jeune héros. Thorkell l’a connu, a combattu à ses cotés, le respecte beaucoup mais surtout il lui était inférieur, un des rares guerriers à pouvoir le battre.

Habilement Makoto Yukimura va nous parler de Thors, de son passé et sa vision du guerrier. Au travers de flashbacks, on va en apprendre plus sur son passage dans l’armée des jomsvikings, ainsi que les évènements qui l’ont amené à fuir les combats.

Cela faisait quelques tomes qu’on avait pas eu de nouveaux élémentssur Thors. C’est assez agréable de le revoir parce qu’il est clairement charismatique et bien travaillé.

Au final, là où on pensait avoir un combat dantesque, limite le combat final, on se retrouve certes, avec un véritable affrontement passionnant à lire, mais surtout un prétexte pour parler du père de Thorfinn, et accessoirement du passé de Thorkell, qui nous apparait moins invincible.

De fait, le mangaka développe beaucoup ces deux personnages. Thorkell en ressort grandi, et apparait définitivement comme un vrai personnage possédant une aura incroyable.

Cette partie est intense, palpitante et on ne s’ennuie jamais. Que se soit les flashbacks ou le combat en lui-même, tout est terrible! Il y a du pur combat, de la tactique et de la roublardise, un peu d’Askeladd.

Dans ce tome, on s’attarde beaucoup sur le Prince Knut, et c’est d’ailleurs le principal intérêt. Je lui reprochais un coté exaspérant, inutile, faible et ne bénéficiant pas de la classe des autres personnages. Pourtant tous ces préjugés vont voler en éclat avec le réveil du Prince.

Il va enfin prendre son destin en main et agir en roi. Cette prise de conscience marque clairement le tournant scénaristique majeur du manga. Après cela, les évènements vont s’emballer et vont prendre une direction qui me ravit et que j’attendais depuis longtemps. Je ne vais pas en parler pour ne pas spoiler, mais j’ai « kiffé » la fin du volume. Cela annonce une suite épique et grandiose.

On peut quand même reprocher un changement de comportement un peu trop radical et qui manque un peu de réalisme. Mais ça n’est pas pour autant qu’on n’y croit pas et qu’on rentre pas dedans. C’est juste que c’est un poil grossier et facile. Mais c’est pour chercher la petite bête.

Le tome est assez violent et dur. Certaines scènes, de par leur réalisme historique, la violence des actes et le trait réaliste et dynamique, sont rudes et réservés à un public avertis.

Le personnage du Prince Knut prend une autre dimension, et devient incontournable. En moins d’un tome, le mangaka a réussi à me faire totalement changer d’avis sur lui. Il devient intéressant. Thorfinn et Thorkell qui sont aussi mis à l’honneur, en ressortent grandi et acquiert plus de charisme. J’ai un faible pour le grand viking.

Un tome passionnant, important et qui montre, s’il était encore nécessaire, que Makoto Yukimura est hyper talentueux. Aussi bien sur le fond, que sur la forme.

Encore une fois, il faut saluer le travail graphique exceptionnel du mangaka. C’est magnifique, tout simplement. Avec son trait fin, dynamique, détaillé, il se dégage une vraie puissance visuelle. On se sentirait presque au milieu de l’action.

Le cadrage, le travail sur le détail et le réalisme historique rendent les scènes d’actions époustouflantes et totalement immersives. Un vrai travail d’orfèvre, appréciable à l’œil.

Pour conclure, c’est encore un tome exceptionnel pour une série qui m’aura marqué. Que se soit au niveau du scénario, du charisme des personnages, du contexte historique, du trait exceptionnel, de la mise en page, des détails et du réalisme, le travail de Makoto Yukimura est juste excellent.

Il prouve qu’on peut faire un manga travaillé, recherché et un superbe graphisme.

Un volume charnière qui se dévore sans s’ennuyer. C’est passionnant et lire du Vinland Saga est un vrai moment jouissif, aussi bien sur le fond que la forme.

On peut juste reprocher, quelques légers détails moins crédibles que le reste, mais guère plus. Encore un coup de cœur, encore une confirmation de la qualité de la série. What else!

Et vous qu’en pensez-vous? Est-ce que je m’enflamme trop ou réellement ce manga est une tuerie absolu?

Laisser un commentaire »