. Vertical – tomes 1 et 2 par Shinichi Ishizuka | Fant'asie
Bagooor 17/03/2014 1
Vertical – tomes 1 et 2 par Shinichi Ishizuka
  • Scénario
  • Graphisme

Vertical tomes 1 et 2 par Shinichi Ishizuka

Quotidien d’un passionné

Vertical est un manga seinen édité par les éditions Glénat Manga depuis le mois d’août 2013, avec pour thème central le secourisme en montagne.

Chaque chapitre permet au lecteur de suivre le personnage de Sanpo, un véritable passionné de montagne et d’alpinisme, qui est secouriste bénévole dans les Alpes japonaises.

Et c’est au travers de son travail de bénévole que l’on va découvrir au fur et à mesure tous les dangers de la montagne et les risques qu’encourent les alpinistes, amateurs comme chevronnés.

Au Japon, la série comporte 18 volumes et à ce jour 3 sont disponibles chez nous.

Résumé de l’oeuvre

Sanpo Shimazaki est un amoureux de la montagne. Il lui consacre toute sa vie, et a choisi de résider dans les Alpes japonaises. Considéré comme un grand spécialiste des sommets, il est engagé en tant que secouriste volontaire, pour aller sauver les promeneurs imprudents, les skieurs en danger, les alpinistes inconscients. Car si Sanpo aime la montagne et la connaît parfaitement, il sait aussi quels innombrables dangers elle recèle… et toutes les méthodes pour y survivre dans des conditions toujours plus dantesques !
Découvrez les aventures époustouflantes de ces hommes qui repoussent sans cesse leurs limites pour sauver nos vies ! Des histoires poignantes, où le héros nous apprend aussi les bons gestes et les attitudes correctes à avoir en montagne.

Résumé de l’éditeur

Sauvetage en montagne

Vertical va nous faire suivre le quotidien de Sanpo, un passionné de montagne, bénévole dans l’équipe de sauvetage dans les Alpes japonaises.

Bien que Sanpo soit le personnage principal de l’oeuvre, c’est surtout la montagne qui y joue un rôle important, car tout va tourner autour.

Les 2 facettes de la montagne sont mises en avant.

D’un côté, il y a la beauté du paysage et le plaisir de gravir une montagne pour profiter de la vue une fois arrivé au sommet. Que ce soit pour le plaisir de gravir un obstacle ou tout simplement pour profiter de l’environnement, tous les types de personnes sont abordés, avec toujours le plaisir de la montagne en ligne de mire.

Malheureusement, à côté de ça, c’est également le danger de la montagne qui est mis en avant, avec tous les obstacles que l’on peut rencontrer ou les conditions difficiles qui peuvent intervenir.
Tout cela est présenté de manière très réaliste, presque brutale. Sans donner dans le sensationnel, certains passages ne sont ainsi pas destinés aux plus jeunes.

Les 2 volumes se composent chacun de 8 chapitres, avec à chaque fois une histoire indépendante. Toutes les histoires concernent le quotidien de Sanpo, lors de ses interventions en tant que secouriste bénévole.
Ainsi, chaque histoire permet de découvrir des alpinistes pris au piège de la montagne, avec un sort qui peut être heureux comme malheureux.

En effet, le point fort de ces histoires est de placer l’intrigue dans un cadre très réaliste. Ainsi, les dangers de la montagne sont vraiment bien présentés et les victimes n’ont pas toujours de la chance.
Les « happy end » sont donc plutôt rares et les victimes nombreuses. Cependant, l’ensemble est suffisamment bien réalisé pour ne pas sombrer dans le pessimisme et l’overdose de macabre. Certains passages ne sont cependant pas destinés à tous les publics, car l’auteur n’hésite pas à illustrer un corps détruit par la chute, ou sectionné par une corde suite à une avalanche. Ce sont des illustrations chocs, mais qui sont insérées naturellement dans le déroulement de l’histoire (ce n’est pas là pour choquer ou montrer de la violence).

Cette représentation du danger de la montagne se veut donc très réaliste, mais aussi très directe. Si la disparition des alpinistes dure trop longtemps, ce ne sont plus des victimes qui sont recherchées, mais des corps.
J’ai trouvé ce réalisme très intéressant, car cela change des récits toujours trop optimistes que l’on peut lire tous les jours dans les fictions.

Le point noir de ce réalisme, c’est le caractère de Sanpo. Celui-ci est vraiment trop optimiste et enjoué, évitant toujours le danger malgré l’omniprésence de ceux-ci.
Voir ce personnage presque insensible à la mort des victimes et braver tous les dangers par bénévolat le rend presque caricaturale. Il n’est pas assez terre à terre pour correspondre à l’ambiance brute du récit.
Mais bon, il s’agit là du seul défaut du récit, qui parvient à maintenir le lecteur sans réel fil rouge pour le moment.

Il faut voir maintenant sur la durée comment va se comporter le titre, car j’ai peur que s’il ne s’agit que de successions de sauvetages, cela deviennent redondant.

Graphiquement, le trait est simple, mais suffit amplement à représenter correctement les personnages et les paysages. Les principaux protagonistes sont toujours identifiables et l’ensemble est bien détaillé.

Je ne suis pas expert en escalade, mais je pense que les techniques utilisées ou même le matériel doit correspondre à la réalité de cette pratique. Cela renforce encore une fois la réalité du récit.

Les chapitres proposés jusqu’à maintenant sont cependant très bien dosés, avec des histoires parfois touchantes, parfois émouvantes. Mais quel que soit la finalité, l’auteur sait faire ressentir la bonne émotion.
Malgré l’indépendance de chaque chapitre, Shinichi Ishizuka prend le temps de revenir sur la vie des protagonistes ou de développer le train de vie de Sanpo.

C’est cet équilibre entre tous les éléments qui rend la lecture de Vertical très intéressante et agréable.
J’ai été très agréablement surpris par la réalisation de l’ensemble, alors que j’imaginais déjà suivre une succession d’intrigues redondantes. Je m’attaquerais donc à la suite de ce titre dès que possible, mais j’espère qu’un fil conducteur va se développer pour maintenir l’intérêt du lecteur. A la longue, il risque de ne plus y avoir de surprise.

Comment avez-vous trouvé ces premiers volumes de Vertical ? Avez-vous accroché à ce seinen ?

Un commentaire »

Laisser un commentaire »