. Une tempête aux couleurs des cerisiers d'Aï Yazawa | Fant'asie
Bagooor 12/12/2012 2
  • Scénario
  • Graphisme

Une tempête aux couleurs des cerisiers d’Aï Yazawa

Une oeuvre de jeunesse

Grâce au succès de Nana chez nous, les précédentes oeuvres de l’auteure Aï Yazawa ont pu voir le jour dans notre langue.
Gokinjo, Last Quarter et Paradise Kiss ont ainsi eu droit à une publication française, mais ce one-shot reprend des chapitres précédemment édités par l’auteure.

Le fait de publier des histoires plus anciennes de l’auteure montre bien qu’elle a su s’implanter chez nous et que les fans sont au rendez-vous.
Reste à espérer d’autres publications plus antérieurs !

Ce one-shot est proposé par Delcourt, depuis juin dernier.

Résumé du tome

Kiyoshi et Takashi sont frères. Tous deux rêvent de réaliser le souhait de leur défunt père : faire remporter la première place du championnat de la ligue lycéenne de base-ball à leur équipe pour devenir un joueur professionnel. Mais seul l’un d’entre eux pourra obtenir ce privilège…

Et pour ne rien arranger, Kumiko, dont Kiyoshi est amoureux depuis toujours, n’a d’yeux que pour Takashi. Pour le jeune frère, s’en est trop ! Comment trouver sa place dans l’ombre de cet aîné trop parfait ?

Résumé de l’éditeur

Romance classique

Ce One-shot est composé de 3 chapitres différents, dont les 2 premiers se suivent pour ne former qu’une seule histoire, donnant par la même occasion son nom à ce volume.

Évidemment, les 2 histoires mettent en place des histoires d’amours, pas toujours possibles ni faciles. Mais leurs déroulements sont suffisamment bien maîtrisés pour rentre le tout intéressant à suivre.

Le résumé du tome concerne ainsi la plus longue des 2 intrigues, qui m’a un peu fait penser à certains titres de Mitsuru Adachi (Touch par exemple), en prenant place dans le milieu du base-ball avec bien évidemment un triangle amoureux impliquant les 2 frères.
Du coup, le déroulement de l’histoire n’était pas original du tout, bien que la lecture soit restée agréable tout le long. Rien de bien innovant donc, que ce soit dans la construction de l’histoire ou dans les éléments la constituant.

Le dernier chapitre prend place durant les années lycée, où une jeune fille tombe amoureuse de son entraîneur de foot en dernière année, fan de surf.
L’amour non réciproque de l’entraîneur est donc bien évidemment présent, ainsi qu’une petite touche positive en guise de conclusion.

Du grand classique en somme, ce qui ne m’a pas empêché de passer un bon moment de lecture.
Car outre le fait que les histoires ne soient pas originales, la construction des récits ainsi que l’évolution des intrigues sont bien réalisées et donnent envie de poursuivre la lecture.

S’agissant d’une oeuvre de jeunesse d’Aï Yazawa, on sent qu’elle utilise de grosses ficèles pour la mise en place de ses histoires, mais que la dynamique de lecture est très bien gérée, parvenant à captiver le lecteur du début à la fin. On sait donc pourquoi, avec des histoires plus originales, cette auteure rencontre un tel succès parmi les lecteurs.

L’équilibre entre les personnages est correctement dosé, tout comme la dose de flashback et de révélations sur leur passé.
Juste ce qu’il faut est fourni au lecteur pour qu’il puisse comprendre les réactions des personnages, ainsi que leurs buts. Là où chez certains mangakas cet équilibre n’est pas toujours facile, Aï Yazawa fait preuve d’un grand talent et d’une maîtrise de son intrigue.

Graphiquement, on ressent également le poids des années. Les dessins ne sont pas vieillots comme pourraient l’être certains titres, mais l’on sent que l’auteure manquait d’un peu d’assurance et se cherchait encore un style.
Cela ne gêne cependant en rien à la lecture des histoires proposées par le titre et permet de voir tout le chemin parcouru par l’auteure pour arriver à des titres tels que Nana ou Paradise Kiss.

De manière générale, je pense que ce one-shot se destine principalement aux fans d’Aï Yazawa. Le style graphique à un petit peu vieillit et l’originalité des histoires ne sont pas extraordinaires.
Hormis ces quelques défauts, la lecture n’est pas désagréable du tout et montre ainsi la maîtrise de cette auteure dans la manière de raconter ses histoires.

Si vous souhaitez découvrir cette auteure, pas sûr que ce one-shot soit le meilleur moyen de la découvrir. Il existe cependant des intégrales ou des séries courtes de l’auteure pour les lecteurs souhaitant découvrir son travail, sans forcément se lancer dans la longue série Nana.
Quoi qu’il en soit, j’espère que le titre aura rencontré du succès auprès des fans pour que d’autres oeuvres de jeunesse de l’auteure puissent voir le jour chez nous.

Avez-vous lu ce one-shot ? Pour les fans d’Aï Yazawa, qu’en avez-vous pensé ?

2 commentaires »

  1. Valeriane 13/12/2012 at 08:08 -

    Mais sinon…. Le tome 22 de Nana… Pas d’info sur sa sortie?? Un jour??
    🙂

Laisser un commentaire »