. Un Carré de ciel bleu – tomes 2 à 4 par Sô | Fant'asie
Bagooor 21/09/2012 1
  • Scénario
  • Graphisme

Un Carré de ciel bleu tomes 2 à 4 par Sô

Une histoire en tranche de vie

La classification en titre seinen reste très surprenante pour ce Un Carré de ciel bleu, qui tire plus du côté du shôjô.
Entre le triangle amoureux qui s’est installé entre les personnages et les relations qu’ils entretiennent, le côté seinen n’est pas clairement définit.

Mais si outre son côté shôjô, c’était plutôt l’aspect tranche de vie qui primait ?

J’ai chroniqué le premier tome il y a de cela plus d’un an et je m’attaque maintenant aux 3 tomes suivants, qui concluent la série.
Les 4 volumes d’Un carré de ciel bleu sont donc disponibles chez Doki-Doki.

Résumé des tomes

Depuis que Fumika est de nouveaux parmi eux, les relations entre Shuîchi et Miyuki ne cesse de se détériorer.

Le mensonge commence à s’introduire dans leurs relations et ce n’est pas l’arrivée d’une nouvelle comédienne, amie de Fumika et particulièrement franche qui va arranger les choses.

Comment vont évoluer les relations entre chacun des personnages ?
Le lien qui unissait les 3 amis d’enfance est remis en cause depuis que Miyuki a perdu sa mémoire, mais est-ce que ce ne serait pas leur relation actuelle qui les caractérise ?

Malheureusement, il va bien falloir faire un choix…

Anecdotique ?

Le souci avec ce titre, c’est qu’il tente de reproduire le quotidien de ces jeunes qui, il faut le dire, ne vivent pas énormément d’aventures.

Ce qui fait par exemple qu’il est difficile de faire un résumé de ce qui s’y passe, mais aussi qu’après la lecture de ces 3 tomes, j’en garde un très bref souvenir.

Ainsi, contrairement à un titre comme Vamos Là, où nous suivons la vie de sans événements marquants, mais qui a su rester à l’esprit, Un carré de ciel bleu ne reste pas du tout en mémoire. C’est donc difficilement que je vais tenter de critiquer la conclusion de cette série.

Le récit se base complètement sur les personnages. Le lieu n’a aucune importance, car tout se joue sur le lien entre les 4 principaux personnages.
D’ailleurs, on ne voit que très rarement d’autres personnages, comme si nos 4 jeunes vivaient à l’écart de la civilisation. Et à suivre uniquement ce groupe restreint de personnages, l’on se retrouve à suivre une histoire complètement coupée du monde, très loin des véritables préoccupations que pourraient avoir des jeunes aujourd’hui.

L’histoire avance au rythme de la relation entre les 4 personnages, mais très vite, on commence à la suivre de très loin. Les personnages ne font que ça, ne pense qu’à ça et cela perd malheureusement beaucoup en réalisme.
C’est là le principal problème de ce titre. Autant la relation entre les personnages aurait pu être très bien menée, mais l’omniprésence de leurs questionnements autour de leurs relations et de leurs amours rend la lecture lourde. En arrivant au 4ème tome, je commençais à ne même plus vouloir savoir comment cela allait se terminer, alors que je m’approchais pourtant de la conclusion.

Je pense qu’il manque un autre thème à ce titre pour qu’il soit intéressant. Par exemple, Vamos Là nous montrait l’évolution de face à ces amis, mais le tout se passait dans le cadre d’un club de futsal. Ici, il n’y a aucun cadre à leurs relations, ce qui en devient très lourd.

Sans vouloir descendre complètement le titre, j’en viens à me demander quel est l’intérêt de ce titre. Car ce que l’on pouvait imaginer dès le premier tome se produit et la longueur de ce titre ne joue pas du tout en sa faveur.
Donc après un tome d’introduction classique, l’œuvre a perdu de son effet de nouveauté pour sombrer progressivement.

Le dessin est assez classique, mais j’ai cependant noté qu’en approchant de la conclusion, la qualité du trait se « dégradait » un peu. C’est peut être voulu par l’auteur, mais autant dans les premiers tomes les traits des personnages étaient précis, autant le dernier laisse souvent apparaître les traits de constructions, ce donne une sensation de fouillis.
Peut être l’auteur manquait-il de temps pour conclure son histoire ? Ou bien il souhaitait faire évoluer son trait ? Quoi qu’il en soit, ce changement de style se remarque.

Du coup, malgré tous ces défauts, je me retrouve avec un avis vraiment très moyen sur ce titre.
Les relations entre les personnages sont bien menées, mais l’omniprésence de celles-ci fait que cela perd complètement de son intérêt.

Cet article critique normalement les 3 derniers tomes de la série, mais je n’arrive même pas à savoir quoi dire. Le souvenir qui me reste de cette lecture est très vague et les mots pour la décrire sont difficiles à trouver.

Finalement, Un carré de ciel bleu n’est pas du tout une lecture qui m’a marqué. Elle rejoindra même certainement le podium de mon Flop Manga de l’année.
Si Doki-Doki publie ce genre de titre, j’imagine quand même qu’il y a un public en face. Mais je n’en fait clairement pas parti.

Y a-t-il parmi vous des personnes qui ont lu ce titre ? Qu’en avez-vous pensé ?

Un commentaire »

  1. Zoptirik 21/09/2012 at 15:11 -

    Je me souviens avoir lu le tome 1, mais je n’avais pas spécialement accroché, tout comme toi. Du coup, je n’ai pas continué sur les autres tomes. J’irai quand même pas jusqu’à dire que c’est un flop…

Laisser un commentaire »