. Trillium de Jeff Lemire | Fant'asie
Kameyoko 22/01/2015 5
  • Scénario
  • Graphisme

Trillium de Jeff Lemire

Une expérience de lecture

Le trillium est un genre de plantes, dont la fleur comporte 3 feuilles. Mais c’est aussi le nom de ce comic made in Vertigo.
Ce dernier est écrit et dessiné par le talentueux Jeff Lemire.

Ce titre a tout pour surprendre son lecteur. Entre une histoire très science-fiction, un graphisme singulier et une expérience de lecture hors du commun, vous ne pouvez pas passer à côté. Même si c’est particulier, il faut lire Trillium pour se forger son propre avis.

Trillium de Jeff Lemire est édité par Urban Comics et est disponible à la vente depuis le 24 octobre 2014.

Résumé de Trillium chez Urban Comics

Résumé de l’éditeur :

En 3797, la botaniste Nika Temsmith recherche une plante dans les confins les plus reculés de l’espace connu. En 1921, l’explorateur anglais William Pike mène une expédition pour trouver un temple Incas aux propriétés salvatrices légendaires. Isolés à des années-lumière l’un de l’autre et alors que les murs de la réalité s’effondrent autour d’eux, ces deux âmes soeurs vont se rencontrer et vivre la dernière histoire d’amour de l’humanité.

De la science-fiction passionnante

Après avoir connu Jeff Lemire en tant que scénariste sur des titres comme l’excellent Green Arrow ou encore Animal Man, le voici dans ce nouveau titre. Il s’occupe aussi bien des dessins que du scénario.

Dans ce Trillium, l’artiste canadien développe son récit autour de deux personnages et deux époques bien différentes. La première se déroule en 3797, donc on nage en pleine science-fiction. On y suit les pas de Nika Temsmith, sur une planète ou réside une partie de ce qui reste de l’humanité. Celle-ci est chargé d’entrer en contact avec une tribu d’extra-terrestre en vue d’utiliser une plante, le trillium, qui pourrait sauver l’humanité.
Dans l’autre temporalité, nous suivons un survivant de la première guerre mondiale, William Pike, alors qu’il est dans la jungle du Pérou en 1921. Après diverses péripéties avec des aborigènes, il va découvrir une mystérieuse pyramide.
Les circonstances vont amener ces deux personnages à se croiser.

La force de ce Trillium réside en 2 points : son expérience de lecture (nous y reviendrons plus tard) et son histoire.

Alors qu’on croit suivre deux récits, à priori distincts, sans lien particulier, Lemire va nous prendre à contre-pied en les mêlant de façon intelligente. Un peu comme un jeu de la séduction, les héros, se croisent, apprennent à se reconnaitre, se rapprochent puis s’éloignent. Une valse amoureuse magnifiquement orchestrée par un Lemire qui maîtrise totalement sa narration. Ces deux êtres que tout sépare vont se rapprocher et vivrent une histoire d’amour impossible mais qui prend aux tripes. Ces deux personnes seules, rongées par la culpabilité et de profondes blessures vont défier l’espace et le temps pour se trouver. Cette love story s’accompagne d’un fond de fin de l’humanité dans le futur, mais aussi de découverte d’une nouvelle civilisation alien.

Si l’histoire d’amour impossible est un classique, la construction narrative, cumulée à une thématique SF avec des aliens, la fin de l’humanité, un virus, une pyramide étrange et des voyages spatio-temporels, est démente. En plus, le scénariste arrive à caractériser les deux héros superbement. On ressent bien le poids de leur histoire, leur doute, la solitude qui les gagne. Deux personnages différents, mais poignants et attachants.
Jeff Lemire joue aussi très bien avec les époques, avec ses codes, et ses thèmes, au point d’en faire presque des personnages à part entière.

Outre ce scénario de grande qualité, Trillium c’est aussi une expérience de lecture. Le découpage de Lemire est du jamais vu. Il nous fait litterallement tourner la tête. C’est simple, pour suivre l’histoire, il faut tourner son livre dans tous les sens. Ce qui, évidemment, perturbe, surtout quand on se demande dans quel sens on doit lire les cases. Parce que le scénariste est capable de mettre deux histoires sur une même double page, mais à lire dans un sens différent.

Evidemment cela marque le lecteur qui ne vit que rarement ce genre d’expérience. C’est aussi un excellent moyen de différencier les différentes parties composant ce comic et de vraiment créer une histoire, une narration, autour de ces changements de sens du livre.
Jeff Lemire utilise son médium jusqu’à ses limites, avec toute son inventivité. Il exploite au maximum les possibilités offertes par le neuvième art. C’est partiulièrement stimulant et jouissif. Cela démontre encore une fois, toute la maîtrise et la créativité du monsieur. Rarement, voir jamais, un comic, ne m’avait procuré une telle expérience de lecture. Une sacrée « User Experience » comme on aime bien dire dans le digital. Sauf qu’ici c’est sur  papier !

Par contre, pour en arriver à ce plaisir de lecture, il faut dépasser le coup de crayon singulier de Lemire. Si son découpage est incroyable, ses dessins sont pour le moins particuliers. Les personnages ont un charadesign discutable, manquant un peu de panache. Ils sont aussi tout en longueur, très filiformes et manquent de vie. On a l’impression qu’ils sont en fin de vie, proche du malaise. De plus, son style s’éloigne quand même des standards de la SF. Le graphisme n’est donc pas très accessible et peut rebuter au premier abord. Mais paradoxalement, plus on avance, plus on s’y fait et plus il apporte du charme à ce titre un peu métaphysique, pour finalement aller de pair.

Pour conclure, ce Trillium de Jeff Lemire est l’un de mes coups de cœur de 2014. J’ai été happé dans le récit de Jeff Lemire et dans sa manière déroutante de nous le faire découvrir. Il nous faire vivre une vraie expérience de lecture qui ne vient qu’apporter plus de profondeur à une histoire puissante et maniée de main de maître. Lemire prouve son grand talent de conteur. Si on peut émettre plus de réserve sur son coup de crayon, son découpage exceptionnel prouve bien l’inventivité du monsieur, la connaissance du 9ème art et sa volonté de l’exploiter à fond. La façon dont il jongle avec les deux époques, avec le lecteur (en lui faisant tourner et retourner son livre) confine au génie.

Trillium est un excellent comic que tout amateur de cet art se doit de lire !!

Et vous qu’avez-vous penser de cette expérience, de cette façon de s’approprier le livre ?

5 commentaires »

  1. Dionysos89 22/01/2015 at 12:22 -

    Trop de retard dans la quantité de bonnes sorties chez Urban Comics et celui-ci fait partie des dommages collatéraux… :'(

  2. Del Poyo 23/01/2015 at 00:31 -

    Je te trouve un peu dur avec les dessins de Lemire, perso je suis fan de ce style, mais effectivement, c’est particulier…

    Sinon j’ai eu la chance de découvrir cette mini-série en fascicules et je trouve que cette « expérience de lecture » perd de son charme sur un gros volume alors que c’est jouissif sur du format chapitré.

    Un peu déçu par la fin par contre. Mais… A LIRE !!

  3. Kameyoko 23/01/2015 at 10:22 -

    @Dionysos89 : Je comprend cette problématique, je la vis aussi ^^. Mais ce Trillium est vraiment à découvrir. C’est une expérience de lecture singulière. Et rien que pour ça, faut tester.

    @Del Poyo : Ouais je suis un peu dur avec Lemire, qui reste pour moi d’abord un scénariste. J’accroche pas trop, même si ça donne un petit quelque chose.

    En fasicule, j’imagine que ça peut-être sympa aussi. L’effet marche déjà bien en TPB.

    La fin ne m’a pas choqué perso. Mais on est d’accord, c’est A LIRE !!

  4. Cheat Jeux 24/01/2015 at 10:27 -

    J’adore Lemire pour ma part, je trouve ça super ce qu’il fait.

  5. Clash of clans astuces 17/05/2016 at 18:46 -

    Je dirai qu’il en a dans la tête, moi en tous cas je suis adepte.

Laisser un commentaire »