. Top Ten – tome 3 de Alan Moore, Gene Ha et Zander Cannon | Fant'asie
Kameyoko 18/03/2014 0
Top Ten – tome 3 de Alan Moore, Gene Ha et Zander Cannon
  • Scénario
  • Graphisme

Top Ten - tome 3

Top 10 – tome 3 : Retour aux sources de Alan Moore, Gene Ha et Zander Cannon

Un recueil de 2 mini-séries

Alors que la trame principale de Top 10 s’est conclue, Urban Comics persévère, à juste titre, avec cette série, avec un nouveau volet.
Ce troisième opus contient les deux mini-séries « The Forty Niners » et « Smax« .
Top Ten – tome 3 : Retour aux sources de Alan Moore, Gene Ha et Zander Cannon est édité par Urban Comics et est disponible à la vente depuis le 06 décembre 2013.

Résumé de Top Ten 3 chez Urban Comics

Résumé de l’éditeur :
Deux récits complets sur les personnages de Néopolis, la ville créée par Alan MOORE où tous les habitants sont des super-héros. Smax, le barbare retrouve sa dimension et emmène sa nouvelle partenaire à la découverte d’un monde fantastique. Les 49ers dévoilent quant à eux la fondation de Neopolis et la création de son plus prestigieux commissariat : le Top 10.

Pour les amoureux de Top Ten !

Top Ten n’est probablement pas le travail le ^plus connu d’Alan Moore. Et c’est bien dommage car c’est juste excellent. Lors des deux premiers numéros, le génial scénariste nous avons proposé le quotidien d’un commissariat un peu spécial. On suivait les enquête et la vie de policiers aux super-pouvoirs dans une ville, où tout le monde en possède et habitée par des robots, des super-héros, super-vilain, créatures…
Je vous laisse lire ma critique du tome 1 !!

Urban Comics ne s’arrête pas là et nous édite un nouveau volume contenant deux mini-séries. la première, the Forty Niners, se focalise sur les début de la ville de Neopolis et les premiers pas de Steven Traynor, alias Jetboy. La seconde, intitulée Smax, comme son nom l’indique, se concentre sur le géant bleu : Smax. Deux histoires, deux ambiances, deux styles radicalement différents, mais le même point commun : celui de nous faire plus aimer l’univers de Top 10.

Dans Forty Niners, nous suivons l’arrivée de Steven Traynor et Leni Muller dans la nouvelle cité de Neopolis. Cité édifiée pour les personnes possédant des super-pouvoirs. L’action se situe en 1949, donc à peine quelques années après la fin de la seconde guerre mondiale. On y croise donc plein d’anciens nazis reconvertis, ou de savants allemands réhabilités. L’ambiance est assez semblable à Top 10. On suit donc le quotidien de ces deux personnages dans leur nouvelle vie, et dans une cité hétéroclite, aussi fascinante qu’étrange. Il y a aussi l’aspect policier avec cette enquête sur la « racaille » vampire. Le récit est mené de main de maître et on prend plaisir à évoluer dans cette ville nouvelle, avec cette ambiance rétro, mais tout en conservant le charme du titre Top Ten. On apprend plein de choses, et les personnages des gravures du commissariat de Top Ten, prennent vie ici.
Il y a évidemment plein de références et de clin d’œil à la série originelle. C’est amusant d’essayer de les retrouver. Comme à son habitude, il y a derrière ce récit de vrais thèmes comme le traitement des allemands après la guerre, le retour des vétérans, ou encore le racisme et la tolérance. Et tout ça est fait avec beaucoup d’intelligence, sans être moralisateur. Cela s’intègre bien à ce récit passionnant.

Le tout est renforcé par le travail graphique de Gene Ha, tout bonnement superbe. C’est détaillé, fin, avec de superbes planches fournies, qui transpirent le détail. Il s’en dégage un esprit rétro succulent, renforcé par une superbe mise en couleur. Le dessin de Gene Ha nous permet vraiment de plonger dans ce Neopolis rétro de la fin des 40’s et de s’y sentir bien.

La deuxième mini-série, Smax change radicalement, au point qu’on se demande si nous sommes bien dans le même univers. Retour au présent avec un Smax et une Robyn, que l’on connait bien, qui se retrouvent à devoir voyager vers le monde d’origine du géant. Et là, le récit va basculer dans le style Heroic-Fantasy avec beaucoup d’humour, mais surtout avec un ton très parodique. On va donc en apprendre plus sur Smax, son passé, sa famille et pourquoi il est ainsi. Le moins que l’on puisse dire c’est que ça sera surprenant mais également terriblement drôle et inventif. Alan Moore s’amuse avec les codes de l’héroic-fantasy, pour les tordre et les adapter à sa sauce, avec beaucoup d’humour et de références. Les mœurs de ce monde sont étranges, les coutumes également.
Au cours de cette histoire barrée, on apprend que Smax était un chasseur de Dragon, fils d’une humaine et d’un ogre, élevé par des nains. Sur ce monde, il devra finir une quête qu’il avait laissé inachevé en terrassant un redoutable dragon-chat.
Mine de rien, il y a beaucoup de révélations sur le personnage de Smax, mais il y aussi tout un développement des personnages, notamment Robyn et la sœur du géant. Le scénariste s’attache beaucoup à développer des personnages tous plus attachants et fendards les uns que les autres, entre les nains lubriques, l’elfe voleur et bonimenteur, la sœur bodybuildée…. Il y a également beaucoup de référence à la culture populaire fantastique, entre les maisons de Schtroumpf, Harry Potter, le Seigneur des Anneaux, les jeux de rôles…
Bref, Alan Moore nous embarque dans un monde féerique, loin d’être idyllique, voir même amoral, grossier, mais totalement imprévisible. Cette mini-série Smax est une bouffée d’air frais, vraiment très légère et plaisante à lire. Alan Moore joue sur un autre registre mais y arrive très bien aussi. L’humour lui va à ravir.

Malheureusement, le style graphique de Zander Cannon pourra décevoir. Ce n’est pas le style de Gene Ha. C’est beaucoup plus simple, cartoony, avec des charadesigns simplistes, des détails grossier… Ca fait un peu tâche. Même si cela convient plus ou moins avec le style de récit, ce n’est clairement pas à la hauteur.

Pour conclure, Top 10- tome 3 : Retour aux sources de Alan Moore, Gene Ha et Zander Cannon est un très bon recueil. Ces deux mini-séries s’éloignent, certes, de la trame principale de Top Ten, mais elles n’en demeurent pas moins à recommander. Pour tous ceux qui aiment le monde et l’esprit imaginé par Alan Moore, alors c’est à lire d’urgence !

Les deux histoires sont sensiblement différentes, avec deux ambiances, deux styles graphiques que tout oppose presque. Et pourtant, le lecteur prendra son pied à lire ses deux mini-séries, chacune étant bourrée de qualités. Forty Niners joue plus la carte du rétro, quant à Smax c’est celle de l’humour à base de créatures féeriques délurées.

Une très bon moment de lecture qui me ne fait que confirmer mon amour pour l’univers de Top Ten, et le génie d’Alan Moore !

Et vous qu’en avez-vous pensé ? Êtes-vous fan de Top Ten ?

Laisser un commentaire »