. The Sacred Blacksmith – tome 6 par Kôtarô Yamada | Fant'asie
Bagooor 19/11/2012 1
  • Scénario
  • Graphisme

The Sacred Blacksmith tome 6 par Kôtarô Yamada

Une atmosphère confirmée

Cette série est assez particulière.
Si l’on prend en compte différents critères, elle se classe parmi les titres classiques : le graphisme est classique et l’histoire n’est pas la plus originale qui soit.

Mais malgré tout, je trouve que l’ensemble reste cohérent et intéressant, proposant ainsi une aventure Fantasy tout ce qu’il y a de plus classique, avec une évolution qui parvient à maintenir le lecteur.
Un bon moment de lecture donc, qu’il est difficile de partager…

La série est publiée chez Doki-Doki et ce 6ème tome est disponible depuis juin dernier.

Résumé du tome

Jadis, le Continent fut ravagé par une effroyable guerre où les « pactes démoniaques » étaient monnaie courante… Alors que l’Empire se fait de plus en plus pressant, Cecily et ses compagnons sont envoyés en mission dans l’État Militaire. Pendant que Cecily est reçue par Zenobia, la « petite reine », Luke et Lisa sont conduits à l’atelier où sont forgées les épées sacrées. Pendant ce temps, l’Empire s’allie avec l’Union des Foules et prépare ses troupes d’inhumains à affronter les hommes de l’État Militaire durant une bataille imposée par la nouvelle Union Impériale. Luke fait tout son possible pour mettre en œuvre les techniques nouvellement apprises grâce aux forgerons de l’État Militaire, mais il semble que le jeune homme soit pressé par le temps…

Résumé de l’éditeur

Place à la politique

Les tomes précédents ont permis de mettre en place les différents personnages, ainsi que les ennemis à venir.
Maintenant que le lecteur connaît tout ce beau monde, ainsi que les maux qu’ils ont vécus par le passé, l’auteur va pouvoir se lancer dans quelque chose de plus grand.

Notre héroïne et notre ami le forgeron vont donc maintenant se diriger vers leur voisin afin de mettre en commun leurs expériences pour réaliser des armes capables de venir à bout du plus grand danger de leur monde.
La politique et les relations entre les états commencent donc à être de la partie, avec la nécessité de s’allier pour affronter une grande menace comme il se doit.

Rien ne va cependant se dérouler correctement et cela apportera ainsi un peu de surprise à la lecture.
Ce ne sera pas non plus une avancée considérable dans le récit, mais les choses avancent à leurs rythmes, avec quelques idées sympathiques.

J’espère tout de même que sur la durée le titre parviendra à conserver une avancée constante, car malgré quelques retournements de situations, la lecture donne l’impression que le titre ne bouge plus beaucoup.

Quoi qu’il en soit, j’aurai beau expliquer encore et encore les points forts et les points faibles de ce titre, j’ai l’impression que je dirais toujours la même chose : c’est sympa à lire, avec quelques idées sympathiques, sans pour autant révolutionner le style.
Malgré une qualité plutôt moyenne de l’oeuvre, elle parvient à conserver mon intérêt, là où d’autres titres auraient déjà été sorties de mes lectures. Car la lecture de The Sacred Blacksmith permet de passer un moment sans grande réflexion, sans pour autant devoir laisser son cerveau dans un coin.

A vouloir rédiger un article sur ce manga, je me rends compte que je tourne en rond et que les arguments sont difficiles à trouver, car toujours similaires et pas vraiment imparables.
Du coup, The Sacred Blacksmith est un « petit » coup de coeur personnel, car malgré tous les défauts que je recense depuis le début, je lis jusqu’à présent chaque tome avec beaucoup d’intérêt, tout en sachant très bien que cela ne sera pas ma lecture de l’année.

La partie graphique reste toujours agréable à l’oeil, bien que cela ne soit pas non plus à tomber.
Le trait est précis et l’on sent que l’auteur maîtrise son dessin, mais globalement certaines planches restent très vides, avec peu de décors.

D’ailleurs, ce style classique accentue l’impression de normalité du titre, qui propose ainsi un titre classique, basé sur une histoire et un monde fantasy classique. Pas de grosses extravagances ou de prises de risque de l’auteur : c’est le fonctionnement de base d’un récit de fantasy qui sert de socle au titre.

Du coup, bien que j’accroche plutôt bien à la série, tout le monde ne sera pas forcément de mon avis.
Je pourrais un peu rapprocher l’univers de The Sacred Blacksmith à celui de Guin Saga, sans le côté trop sérieux et le gore à gogo. Mais j’espère que vous voyez un petit peu le topo.
Bref, il n’est pas possible de désigner The Sacred Blacksmith comme une très bonne lecture ou un navet, mais cela dépendra de l’avis de chacun et de ce que chaque lecteur recherche. Si vous souhaitez une lecture sans prétention dans un univers d’héroic fantasy, vous pouvez tenter le coup. Sinon vous savez à quoi vous attendre !

Avez-vous lu ce titre ? Qu’en avez-vous pensé ?

Un commentaire »

  1. conjuguer dessiner 20/11/2012 at 09:03 -

    Personnellement j’ai eu du mal à accrocher sur les deux premiers tomes, donc je n’ai pas poursuivi. Pourtant graphiquement je trouvais ça pas mal, mais bon…

Laisser un commentaire »