. The Promised Neverland – tome 1 de Kaiu Shirai et Posuka Demizu | Fant'asie
Iteza 25/05/2018 1

9782820332233_1_75The Promised Neverland – tome 1 de Kaiu Shirai et Posuka Demizu

Informations générales sur The Promised Neverland 1 :
Date de sortie : 25 avril 2018
Scénariste : Kaiu Shirai
Dessinateur : Posuka Demizu
Type : Shônen
Éditeur : Kazé Manga
Résumé de l’éditeur :

Emma, Norman et Ray coulent des jours heureux à l’orphelinat Grace Field House. Entourés de leurs petits frères et sœurs, ils s’épanouissent sous l’attention pleine de tendresse de “Maman”, qu’ils considèrent comme leur véritable mère. Mais tout bascule le soir où ils découvrent l’abominable réalité qui se cache derrière la façade de leur vie paisible ! Ils doivent s’échapper, c’est une question de vie ou de mort !

Un Shônen pas comme les autres…

En 2016, le Weekly Shônen Jump (magazine de prépublication japonais) connaît une véritable crise avec l’arrêt de plusieurs séries à succès. C’est ainsi que 4 séries phares parmi lesquelles nous retrouvons des titres parus chez nous : Assassination Classroom (Kana), Nisekoi (Kazé Manga), Toriko (Kazé Manga) ou encore Bleach (Glénat Manga) mais également le très célèbre Kochikame (jamais publié en France)qui prennent fin.

Ne reste maintenant plus que One Piece, Haikyu, My Hero Academia et Food Wars! pour assurer le prestige du magazine en terme de ventes sur le marché. Mais c’était sans compter sur le manga qui a le plus marqué les lecteurs dès sa première publication au sein du magazine : The Promised Neverland. Après les fins successives de Bleach et Nisekoi, il aura pas fallu attendre au Jump pour trouver leur tout nouveau bijou, qui fait beaucoup parler de lui.

Donc, The Promised Neverland est le tout nouveau hit du Jump qui a un succès phénoménal au Japon, et c’est donc tout naturellement que cette pépite se voit publiée chez nous fin avril 2018. Le manga a bénéficié en France d’une campagne promotionnelle exceptionnelle. Mais ce succès est-il mérité ?

On suit l’histoire de Emma, Norman et Ray et de tous leurs amis, qui sont des enfants orphelins et vivent des jours heureux à l’orphelinat Grace Field House auprès de celle que tous appelle « Maman », leur donnant amour et affection. Cependant, l’orphelinat est encerclé par mur imposant. Pour quelles raisons ? Pourquoi celle que tous considèrent comme leur mère leur interdit de passer outre ces murs ? Quels secrets s’y cache ? À vous de le découvrir…

De cette manière, je pense que vous vous en êtes rendu compte : The Promised Neverland n’est pas un manga comme les autres, loin des shônens nekketsu à la Dragon Ball, des mangas school life comme c’était le cas pour Assassination Classroom, ou encore des mangas de sports comme Slam Dunk pour ne citer qu’eux. Ici The Promised Neverland propose quelque chose de neuf et de nouveau. Mélange de thriller, aventure, drame et  surnaturel, le manga est très certainement l’un des titres les plus originaux du Jump depuis quelques années !

L’histoire de The Promised Neverland est des plus intéressante et très intrigante. De fait, à chaque page, Kaiu Shirai et Posuka Demizu arrivent à maintenir un atmosphère plutôt étrange et installer un suspens haletant avec des révélations et retournements de situations imprévisibles. Ainsi, le lecteur est très impliqué dans la lecture du manga ressentant peur, angoisse, ou encore crainte pour les personnages. C’est Kaiu Shirai qui est au scénario et il mène l’histoire d’une main de maître car ici, ce n’est pas l’action qui est au centre de l’histoire (même s’il y en a à certains moments), mais bel et bien l’aventure et la psychologie des personnages qui oscillent entre peur, angoisse et courage. Le récit prend son temps pour bien développer certains éléments et pour maintenir le lecteur dans l’histoire. Pour autant Kaiu Shirai et Posuka Demizu semblent vraiment savoir où mener leur manga. Tout est calculé au détail près, mûrement réfléchi et rien n’est laissé au hasard. Et c’est ce qui fait l’une des forces de ce titre et qui explique en partie son succès phénoménal.

Pour ce qui est des dessins, on retrouve la patte de Posuka Demizu. Elle arrive à donner de l’épaisseur psychologique aux émotions des personnages et les paysages sont des plus magnifiques. Encore une fois, un très bon point pour ce titre. De plus, le découpage est très ingénieux puisqu’il n’a pas seulement une utilité esthétique mais participe au dramatique des scènes car le découpage des cases choisis et la mise en scène des dessins renforcent ce sentiment de malaise, de glauque et de désespoir des différents personnages. Pour ce qui est des personnages, ils sont très attachants, chaque personnage à sa propre personnalité et même si pour le moment nous en savons peu sur eux, vu que nous en sommes au premier tome, on s’attache très vite et on arrive sans problème à s’impliquer dans leurs mésaventures car nous sommes aussi démunis qu’eux face aux diverses situations auxquelles ils sont confrontées.

Au final, le succès de The Promised Neverland est totalement mérité car on sort de ce que l’on a l’habitude de lire et de ce qui se fait, emportant sous le coude une histoire prenante, des dessins  ingénieux en plus d’être originaux, et une ribambelle de personnages tous aussi attachants les uns que les autres. Les auteurs ont l’air de savoir vers où ils se dirigent, et c’est une très bonne chose. La fin nous laisse sur un twist et nous donne envie de lire la suite immédiatement ! Pour cela, il nous faudra attendre la sortie du tome 2 de The Promised Neverland qui est prévu pour le 23 juin 2018. Pour ce qui est de l’édition Kazé Manga nous propose une couverture réversible avec d’un côté la couverture originale, et de l’autre une couverture de Benjamin Lacombe. C’est très clairement mon gros coup de cœur de cette année actuellement. Donc, si vous n’avez toujours pas lu ce titre, allez-y, ça en vaut le coup. Pour ceux qui l’auraient déjà lu, qu’en avez-vous pensé ?

Un commentaire »

  1. Sophie 07/06/2018 at 11:35 -

    J’ai adoré ce manga !!

Laisser un commentaire »