. The Activity – tome 1 | Fant'asie
Kameyoko 11/11/2015 0
  • Scénario
  • Graphisme

The activity - tome 1

The Activity – tome 1 de Nathan Edmonson et Mitch Gerards

Le monde des forces d’élites

Avec sa thématique sur les nébuleuses et mystérieuses organisations secrètes de l’armée américaine, ce The Activity promet d’être riche en information, tant son scénariste s’est renseigné. Mais un comic documenté suffit-il à être un bon comic ?

C’est ce que nous allons essayer de voir au travers de cette critique.

The Activity – tome 1 de Nathan Edmonson et Mitch Gerards est édité par Urban Comics et est disponible à la vente depuis le 21 août 2015.

Résumé de The Activity 1 chez Urban Comics

Résumé de l’éditeur :

Les temps changent, et avec l’évolution brutale des moyens de communication, les conflits internationaux prennent une toute autre ampleur. Les États- Unis comptent aujourd’hui dans leurs rangs une force spéciale parfaitement adaptée à cette nouvelle donne : l’Intelligence Support Activity. Les agents qui la composent ont pour objectifs d’assister, rectifier, et effacer au besoin toutes traces des missions que leurs collègues de la NSA, du FBI et de la CIA n’auraient pas menées à bien.

L’espionnage façon réaliste et documenté

Urban Comics s’est fait une spécialité de dénicher des titres « indies » qui valent le détour. Souvent, ce dernier prend même des risques avec des oeuvres un peu moins mainstream. C’est le cas avec ce The Activity qui s’éloigne beaucoup du comic super-héroïque. Ici on parle des forces spéciales de l’armée américaine, à mi-chemin entre espionnage et missions d’élite.

Dans ce premier tome, Nathan Edmonson pose les bases de la série, en s’efforçant de présenter l’unité Omaha de l’ISA, unité d’élite très secrète de l’armée américaine. Tel un maître de conférence, le scénariste nous présente cette unité, son histoire, son rôle et ses interactions avec les autres unités et autres agences gouvernementales. Le tout se fait de façon assez didactique et réaliste. On sent que le scénariste a passer des heures à se renseigner. Ce qui donne quelque chose de très réel, et une ambiance tendue. Mais on perd en divertissement car l’aspect documentaire est peut-être un peu trop présent dans un premier temps.
Le contexte est aussi planté et on a des bribes de géopolitique expliquant pourquoi on fait appel à Omaha. De même, le scénariste nous fait bien comprendre quelles peuvent être les tâches confiées à cette unité, et qui consistent souvent à faire le ménage et réparer les erreurs des autres, tout en agissant dans le secret, sur des territoires hostiles.
L’ambiance est donc pesante et terriblement réaliste. Ce mélange action/ espionnage fonctionne très bien.

Le format de ce The Activity fonctionne par épisode, sans forcément beaucoup de liens entre deux missions, à part les personnages. Mais chaque épisode suit un peu le même schéma narratif avec une plongée dans l’action, un flashback qui enchaîne sur le briefing, puis l’exécution de la tâche et enfin le débriefing. Il n’y a donc pas trop de surprises surtout que le développement des personnages est assez réduit. Les membres ont peu de background. Ce qui fait qu’on peine à s’y attacher.
Ce choix de format, même s’il permet de bien voir le spectre des interventions possibles de l’unité et même si c’est dynamique, manque de fil rouge, et c’est dommageable. On va à l’essentiel et donc il y a beaucoup d’ellipses. De plus, le tout manque de liant et n’aide pas à avoir un minimum d’empathie. Le sentiment d’être devant un comic documentaire s’en fait d’autant plus ressentir.
Mais pourtant, ces mini-histoires sont bien écrites et intéressantes. Les pages se succèdent sans qu’on s’en rende compte. Surtout que pas mal de petits éléments sont introduits au fur et à mesure.

J’ai également eu l’impression que Edmonson était un peu trop sage et patriotique. Il y a une espèce de glorification et de patriotisme sous-jacent, léger, mais qui font un peu trop cahier des charges. L’auteur n’arrive pas à sortir du chemin balisé. Comme pour son unité, tout semble bien planifié et fait pour ne pas rencontrer d’anicroches. Ca manque de prises de risque et d’ampleur. M’est avis que la suite devra se montrer plus feuilletonnante avec un fil rouge plus clairement identifié, pour casser un peu le côté épisodique. Les personnages devront prendre plus de poids également. Car pour le moment, il sont, certes, introduits, quelqu’uns sont dôtés d’un minimum de background, mais il est difficile de s’y attacher. Heureusement que l’intégration d’une nouvelle recrue permet de s’apesantir sur certains membres. Pourtant, quand Edmonson se focalise un peu sur les individus composant cette unité ou même sur le groupe c’est intéressant. Comme ce passage où un agent est mort est que chacun s’explique sur les décisions prises.

Graphiquement, le trait de Mitch Gerards va très bien avec la thématique de ce comic. Il est très précis sur les personnages, équipements, armes et décors. Quelques planches sont magnifiques bourrées de détail. Son style renforce l’aspect presque documentaire. Mais du coup, il en devient presque froid et distant. La palette de couleur sombre rajoute à cette impression. Je ne suis également pas très fan du charadesign. Son découpage donne l’impression de suivre un film d’espionnage/ film d’infiltration, car c’est dynamique et maîtrisé.

Pour conclure, ce The Activity – tome 1 de Nathan Edmonson et Mitch Gerards est un comic rondement mené, très réaliste et avec une précision géniale. Mais son côté épisodique qui, même s’il permet de voir le scope des actions possibles de cette unité d’élite, empêche de s’intéresser aux personnages et de plonger pleinement dans la lecture. Cela manque de fil conducteur et d’ambition parfois. Pourtant ça reste une très bonne plongée dans ce monde des forces spéciales souvent inconnues du grand public mais dont l’importance est cruciale.
Le lecteur a vraiment l’impression de suivre un documentaire. On sent les heures de recherches du scénariste derrière. Graphiquement, le trait de Mitch Gerards, à la fois détaillé, réaliste et sombre contribue à cette impression d’être dans un reportage.

Donc une bonne lecture avec un certain potentiel mais peut-être trop précise. Ce comic gagnerait à être plus divertissant avec une intrigue sur le moyen et long terme. Mais on peut saluer l’aspect hyper réaliste de ce The Activity. J’ai hâte de lire la suite et voir comment va s’orienter les prochains numéros.

Et vous qu’en avez-vous pensé ? L’aspect épisodique vous a-t-il gêné ?

Laisser un commentaire »