. Terra Formars – tomes 3 et 4 de Yû Sasuga et Ken-ichi Tachibana | Fant'asie
Kameyoko 06/12/2013 0
  • Graphisme
  • Scénario

Terra Formars - tome 3

Terra Formars – tomes 3 et 4 de Yû Sasuga et Ken-ichi Tachibana

Sus aux cafards martiens !

Terra Formars est l’un de mes seinen chouchous du moment, alors que je sais que ce n’est pas un chef d’oeuvre pour autant.
Mais je trouve ce manga terriblement excitant et jouissif. C’est peut-être régressif et basique mais c’est du lourd ! Et j’aime ça.
J’avais donc hâte de lire la suite et voir ce qu’allait donner cette expédition sur Mars.
Terra Formars – tomes 3 et 4 de Yû Sasuga et Ken-ichi Tachibana sont édités par Kazé Manga et sont disponibles à la vente depuis respectivement les, 21 août 2013 et 30 octobre 2013.

Résumé de Terra Formars 3 et 4 chez Kazé Manga

Résumé du tome 3 :

« _Avril 2620. Vaisseau spatial « Annex 1 », deux heures avant l’atterrissage sur la surface martienne.
Les 100 membres de l’équipage essuient une attaque surprise de Terraformars inexplicablement présents à bord. Voyant ses équipes sur le point d’être décimées et contraint par des ordres venus d’en haut, le commandant Komachi doit enclencher l’ultime recours : le plan Delta. Forcés d’évacuer, les membres de la mission se séparent alors dans six navettes dirigées par leurs officiers pour rejoindre Mars. Mais une fois sur place, difficile de se rassembler quand le comité d’accueil grouille d’hostilité… »

Résumé du tome 4 :

Planète Mars. Plusieurs heures après l’évacuation d’urgence du vaisseau.

L’équipe nippo-américaine menée par Michelle se retrouve confrontée à des Terraformars d’un genre inédit. Afin de protéger ses camarades, Akari et elle devront déployer pleinement leur pouvoir respectif. Mais la bataille s’annonce d’autant plus rude que les spécificités de ses cafards mutants ne sont pas sans rappeler celles des membres de la mission “Bug 2”…
L’Humanité n’est pas au bout de ses peines pour exterminer le démon qui règne en maître sur Mars !

Des humains plus forts… mais les cafards aussi !

Après l’échec de la précédente mission sur Mars, la Terre envoie un autre groupe de surhommes ayant survécu à leur opération. Ces 100 hommes (et femmes) entraînés et, cette fois-ci bien préparés, vont revenir sur Mars et affronter ces redoutables cafards humanoïdes martiens. Cette troupe est placée sous les ordres de Komachi, survivant de la mission BUG2.
Ce personnage servira de liens entre ces deux générations, puisqu’on s’intéressera plus aux petits nouveaux comme Akira, Marcos, Sheyla ou encore Michelle.
Tout ce petit monde est censé avoir une meilleure chance de survie avec une opération améliorée.

Mais, on s’en doute avec le scénariste, tout ne va pas se passer comme prévu. En effet, sans trop savoir comment, des cafards se sont introduits dans le vaisseau mère et font des ravages dans les rangs des recrues aussi démunies que prises au dépourvu. Face à cet imprévu, mettant en péril la mission, le commandant Komachi va appliquer le plan Delta.
L’ensemble de l’équipage est ainsi séparé en 6 navettes envoyées dans différentes directions, aux ordres de 6 officiers. On devine que ces derniers sont des monstres de puissance !
Ce choix de narration est assez intéressant car il va permettre de s’intéresser à pleins de personnages et d’avoir plein de situations différentes. c’est surtout un moyen de montrer à quel point les cafards sont redoutables et encore plus que ce que l’on avait déjà vu. En effet, très rapidement, on s’apercevra qu’ils ont fait un petit levelup. Ce rebondissement était un peu attendu et sortant un peu de nul part, mais je dois dire que je trouve ça jouissif.
Ce fameux plan Delta va aussi mettre en lumière une sorte de hiérarchie de puissance au sein de l’équipage. Les guerriers sont triés par puissance, et avec un numéro.
Ce procédé est assez classique, mais que c’est efficace ! Le lecteur n’a qu’une envie : découvrir les hauts placés et voir leurs capacités. Surtout qu’ici les différentes capacités ont évolué. Les pouvoirs accordés ne sont plus forcément liés aux insectes. De fait, ça ouvre un nombre de possibilités assez incroyable.

Et pour le moment, Yu Sasuga et Ken’ichi Tachibana s’en donne à cœur joie et utilise bien ça. Les révélations sur les animaux/ insectes/ arachnides… associées à certains humains sont bien trouvées, bien exploitées et toujours divertissantes.

Le tout est incroyablement rythmé. L’action est non stop, ça tranche, tue dans tous les sens. Avec 100 personnes à bord, on se doute que ça va mourir à foison, que ce soit chez les humains ou les cafards ! Mais c’est diablement excitant. Surtout que tout le monde peut mourir, même les personnages qu’on a appris à apprécier. Cela rend la lecture addictive.

La mise en scène est assez excellente et palpitante. C’est nerveux, violent, sans concession mais que c’est bon !

Les auteurs n’en oublient pas pour autant de distiller certains mystères, éléments pour la trame globale, ne se contentant pas d’une simple bataille rangée sanglante. Il y a beaucoup d’interrogation autour des cafards, de leur présence dans le vaisseau, de leur mutation… Il en est de même avec les humains et notamment les desseins du groupe d’Asimov ou encore le profil spécial de Michelle et Akira.

Le défaut de ce Terra Formars réside dans un côté un peu convenu et linéaire, qui va de pair avec le côté très bourrin du titre. Du coup, le scénario marque le pas et n’est pas encore beaucoup développer. On pourra aussi tilter sur le charadesign des cafards.

Graphiquement, Ken-ichi Tachibana se révèle très bon. Son style assez fin, plaisant, avec pas mal de détails fait merveille ici. Surtout qu’il se montre très doué dans le découpage et la mise en scène lors des combats. Tout se lit aisémment et avec beaucoup de dynamisme.

Pour conclure, Terra Formars – tomes 3 et 4 de Yû Sasuga et Ken-ichi Tachibana est un vrai régal. Personnellement, j’adore. C’est simple, bourrin, parfois linéaire, mais bon Dieu que c’est jouissif ! Ce mélange de SF, de violence, de combats, de capacité animales, je trouve que ça marche terriblement bien et procure un pur moment de lecture. C’est ultra divertissant. Surtout que derrière les personnages ont un bon charadesign, sont assez bien travaillés. De plus, j’adore l’idée des cafards ayant évolués, des nouvelles capacités et ce « classement de puissance ».

Terra Formars est rentré dans le vif du sujet, et j’adore ça ! Vivement la suite !

Et vous qu’avez-vous pensez de ces volumes ? Prenez-vous aussi votre pied ?

Laisser un commentaire »