. Tales of wedding rings – tome 1 de MAYBE | Fant'asie
Kameyoko 26/06/2017 0
  • Scénario
  • Graphisme

Tales of Wedding Rings - tome 1

Tales of wedding rings – tome 1 de MAYBE

Mariage dans un monde de fantasy

MAYBE est en réalité un duo de mangakas qui a déjà officié, déjà chez Kana, sur Dusk Maiden of Amnesia. Ils quittent le style du fantastique lycéen, pour un manga de fantasy.

Que vaut ce Tales of Wedding Rings (Kekkon Yubiwa Monogatari en VO) ?

Tales of wedding rings – tome 1 de MAYBE est édité par Kana et est disponible à la vente depuis le 3 février 2017

Résumé de Tales of wedding rings

Résumé de l’éditeur :

Satou est projeté avec son amie d’enfance, Hime, dans un monde médiéval fantastique ! Hime est en réalité la princesse d’un royaume ! Alors que Satou tente de comprendre se qui se passe, un monstre fait irruption et les attaque. Dans la panique, Satou se retrouve nez à nez avec le monstre… pour le sauver, Hime lui passe au doigt un anneau et l’embrasse. Satou prend en main une épée et parvient à abattre le monstre… En vérité, Satou vient d’endosser un lourd destin : sauver le monde où est née Hime. Mais pour cela il devra récupérer 4 autres anneaux afin de combattre et de vaincre le « Roi des Abysses ».

Vaincre le « Roi des Abysses »

L’histoire se focalise sur Satô et Hime, deux amis d’enfance, même si lui est amoureux d’elle. D’emblée, les auteurs nous laissent présager d’un récit centré autour de la romance. Et quelques pages plus tard, le lecteur n’a plus aucun doute. En effet, Hime annonce à son ami qu’elle va retourner dans son pays natal. Sauf qu’en réalité, elle vient d’un monde parallèle où elle est princesse. Et au moment de « voyager », Satô, sur un coup de tête, la suit, ignorant tout de l’endroit où il atterrira.

Il se retrouve donc dans le monde de naissance de Hime. Il apprend son statut royale, et surtout qu’elle doit épouser l’homme destiné à devenir le Roi des Anneaux et combattre le redoutable Roi des Abysses. Sauf qu’au lieu d’épouser le prince qui lui est destiné, elle épouse Satô. Ce dernier devient donc l’homme le plus important d’un monde qu’il ne connait pas. Un monde de fantasy où se côtoie magie, monstres et autres peuples fantastiques.

Le couple Hime et Satô est donc central dans l’intrigue. Si au départ on pense être dans une comédie romantique où le héros est dans la fameuse friendzone, la suite surprend plus. Car ce mariage imprévu va placer Satô dans une situation étrange, où il se retrouve propulsé héros d’un monde qu’il ne connait pas. Mais au moins, il a épousé sa Hime. Les auteurs utilisent ce couple pour quelques scènes de fanservice, un peu grossières, mais ça passe encore, même si la fin du tome me fait peur pour la suite.
L’avantage c’est que le duo MAYBE ne va pas jouer la carte du couple qui s’aime mais qui ne le se dit pas, et qui cherche à sauter le pas. Là-dessus, l’histoire avance et on ne tombe pas dans ce cliché. Bien évidemment, la particularité de cette romance vient de son univers de fantasy et de l’implication à être marié à Hime.

Mais la voie prise par ce scénario est assez simpliste. Il suffit de voir le nom du héros et du méchant pour être convaincu de ce petit air de « déjà-vu » et cliché. Les mangakas présentent donc ce nouveau monde typé héroïque fantasy, avec sa situation « géopolitique » (enfin les gentils et les méchants), ses créatures et les différentes factions. Là aussi rien de neuf sous le soleil. Ce tales of Wedding Rings semble donc se diriger vers un banal affrontement du héros novice contre le terrible méchant et ses hordes de sous-fifres, avec une romance à côté. Même si le tout se lit bien, avec facilité, ça manque cruellement de personnalité. Surtout que le héros est très fade, même si Hime a plus de charme.

Une introduction un peu simpliste et passable. Néanmoins, la fin du tome réserve une surprise qui pourrait redéfinir le style de ce seinen. Le rebondissement arrive un peu abruptement, mais il ouvre de nouvelles voies de développement. Même si je dois avouer que ça ne m’enchante pas trop. Car cette « orientation » est souvent quelque chose que je n’aime pas, trop axé sur le fanservice. Mais laissons une chance à ce titre.

Graphiquement, MAYBE offre un style plutôt fin, même s’il y a cette propension à donner des formes voluptueuses aux femmes (mais sans verser dans l’improbable pour autant). Les décors et monstres sont plutôt efficaces et aident à se plonger dans ce monde de fantasy. Ce tome 1 étant un peu avare en purs éléments de fantasy et en action, difficile de voir comment les mangakas s’en sortiront sur cet aspect.

Pour conclure, ce Tales of wedding rings – tome 1 de MAYBE est certes introductif mais manque quand même de saveurs. Le scénario a quelques pointes d’originalité mais s’appuie sur des éléments trop convenus : la comédie romantique et une fantasy un peu datée. Même si le rebondissement de fin de tome donnera plus de piquant, difficile de s’enthousiasmer pour ce titre assez quelconque. Pas mauvais, mais avec un vraie défaut de « charisme » et d’intérêt.
Espérons que la suite booste un peu le tout et surtout développe ce monde qui pourrait avoir de l’intérêt.

Laisser un commentaire »