. Taitei no Ken, l'épée de l'empereur – tome 1 | Fant'asie
Kameyoko 28/12/2009 3

Taitei no Ken, l'épée de l'empereur - tome 1

Taitei no Ken – tome 1 de Baku Yumemakura et Dohe

Des samourais, de la violence et de la science-fiction

Taitei no Ken est à l’origine un roman de Baku Yumemakura, à qui l’on doit le scénario de « Le sommet des Dieux » avec Jirô Taniguchi au dessin. Il y a également eu une adaptation live en 2007 réalisé par Yukihiko Tsutsumi.

A priori ce film live s’éloigne beaucoup du matériau d’origine.

Là, nous avons le droit à une adaptation en manga, avec aux dessins Dohe. En France c’est Glénat qui se charge de l’édition. Ce titre est présenté comme un manga de samourai, assez violent et teinté de SF.

Résumé de Taitei no Ken 1 chez Glénat

Au cœur de la nuit, dans une sombre forêt, une jeune femme est retenue en otage par des bandits réclamant une forte somme d’argent.

Mais au lieu de la rançon, c’est Yorozu Genkurou qu’ils vont trouver. Ce grand gaillard, armé d’une immense épée, va très vite les trancher et sauver la jeune femme.
Après le sauvetage de la demoiselle en détresse, le guerrier va apercevoir dans le ciel un étrange objet, surtout au XVIIème siècle, embrasé .

Juste après, dans la même forêt, la princesse Mai est escorté par plusieurs hommes de son clan. Mais le petit groupe est très vite attaqué par un clan ennemi. Ikichi son protecteur va tout faire pour la tirer de ce mauvais pas.

Un tome où on n’apprend pas grand chose

Ce Taitei no Ken nous est présenté comme un titre mélangeant du samourai et de la science fiction, le tout avec pas mal de sang et de violence. C’est vrai que dit comme ça, le mélange parait très étrange.

Mais ce n’est pas avec ce premier opus que l’on saura si l’alchimie se fait ou pas. En effet, ce tome est très spécial, puisqu’il ne se passe pas grand chose, et on a du mal à cerner l’atmosphère du titre.

Bien qu’on ne s’ennuie pas pendant la lecture, puisque nous avons le droit à de superbes combats, on ne sait pas trop quoi penser de ce titre.

Le coté samourai est bien présent mais le coté SF arrive comme un cheveu sur la soupe. Il y a un étrange objet qui traversent les cieux. Plus tard on apprendra qu’il s’agit d’un vaisseau, mais à part ça, on n’a rien d’autres Qu’est-ce que c’est? D’où vient-il? Qu’est le but de cet objet?…

Cet élément fantastique est introduit sans autre forme de procès. Il arrive d’un coup, sans introduction et sans but. Vraiment il semble sortir de nul part et sans que cela influe sur le récit.

Évidement, on se doute que ça aura son importance par la suite mais pour le moment ça fait tache.

De même, au niveau du scénario, il n’y a rien qui se développe. Le tome est découpé en deux partie. La première, a pour unique but, de nous présenter, très brièvement, le héros Yorozu Genkurou, et nous montrer qu’il est étrange mais également terriblement doué.

Mais à part ça, on n’apprend rien sur ce héros, qui, du coup, nous parait un peu fade et peu charismatique. Il est juste brutal et ne fait pas dans la dentelle.

La seconde partie ne semble mener à rien, même si on se rapproche très près du lieu du crash. Mais à part ça pas grand chose à se mettre sus la dent.

Néanmoins, il faut reconnaitre que les combats qui se succèdent sont très bien mis en scène, avec beaucoup de violence et de sang. Ca tranche dans tous les sens, mais c’est très divertissant.

Ce tome est donc très introductif, dans le sens où il présente plus une atmosphère qu’une trame globale. Pour ce qui est de l’ambiance, on en a une très brève idée. D’un coté des décors sombre et lugubre, de l’autre des combats où ça coupe dans tous les sens, et avec des corps mutilés, et le tout avec en arrière plan un élément SF.

Le dessin de Dohe est, à mes yeux, de toute beauté. C’est magnifique. Son trait est saisissant de réalisme. Sur certaines cases, on a presque l’impression d’être face à une photo. Les décors sont très beau, mais en même temps sombre, glauque et brumeux.

Les planches sont très lisses, dans le sens où tout se fond bien. Le trait est fin, pas grossier du tout.

La mise en case est très dynamique, presque cinématographique.

Pour conclure, Taitei no Ken bénéficie d’un graphisme magnifique mais pour l’instant le scénario est presque inexistant. Même s’il s’agit d’un tome introductif, relativement plaisant à lire, puisque c’est juste une succession de combats, il reste décevant. En effet, on ne sait rien, et il n’y pas le début d’une trame. On ne sait pas quelle orientation le manga prendra.

Il faudra voir par la suite ce que ça donne, mais la qualité du dessin de Mohe mérite qu’on laisse une chance à ce titre.

Et vous qu’avez-vous pensé du dessin? Avez-vous trouvé ce tome intéressant?

3 commentaires »

  1. Niko 28/12/2009 at 23:14 -

    Oui c’est beau, réaliste et dynamique mais ça ne m’a pas conquis pour autant, j’ai trouvé ce premier volume sans intérêt, il manque vraiment quelque chose. Alors à part si je lis des critiques très enthousiastes sur les prochains tomes, moi j’arrête là.

  2. Kameyoko 29/12/2009 at 17:29 -

    @Niko : C’est sûr que ce premier tome n’est pas des plus intéressants. On sent clairement que c’est ce qui suit qui pourra être jugé. Néanmoins, on voit que graphiquement c’est une tuerie.

    Sur juste ce premier tome, je ne continuerai pas la série. Mais on sait pertinnement, qu’on a rien vu encore de ce Taitei no Ken. Donc j’attends de voir la suite pour définitivement l’enterrer ou pas.

Laisser un commentaire »