. Superman : Red Son de Mark Millar | Fant'asie
Kameyoko 25/05/2010 2

Superman : Red Son de Mark Millar, Dave Jonhson et Kilian Plunkett

Superman, le russe!

Superman : Red Son est un comic du très controversé Mark Millar à qui l’on doit Kick-Ass ou Ultimates. Il part d’une idée intéressante, à savoir proposer une uchronie sur Superman, un « what if » à la sauce DC Comics.

Mark Millar propose donc un scénario basé sur un Superman, non pas originaire du Kansas, mais d’une province de l’URSS gouverné par Staline, en pleine période de Guerre Froide.

Ce postulat de base m’a plu et m’a fait franchir le pas. Initialement, je ne connais que peu de choses sur Superman et plus généralement des personnages de DC Comics. Ce personnage me parait trop lisse, trop « parfait ».

Néanmoins, comme avec ce volume on a une histoire complète et finie, et qui ne nécessite pas de grosses connaissances préalables, j’ai décidé de me l’acheter.

Résumé Superman : Red Son chez Panini Comics

Les autorités russes ont dévoilé leur nouvelle arme capable de faire pencher la balance dans cette guerre froide. Il s’agit d’un homme sorti du Kolkhoze où il a été élevé par des paysans et dans le communisme. Ensuite, il a été pris en charge par le pouvoir et devient un symbole. Avec son costume pétrole, sa cape rouge, son emblème représentant la faucille et le marteau, cet homme, surnommé Superman, possède de nombreux super-pouvoirs et sert le régime mené par Staline.

Face à cette menace, les Etats-Unis sont en alerte. Le président demande au génie scientifique : Lex Luthor de trouver un moyen pour arrêter Superman

Multipliant les actes héroïques, Superman devient rapidement l’idole de tout un peuple, et sera utilisé dans la propagande communiste.
Mais Superman n’est pas un soldat, ni un politicien. Il veut simplement sauver des gens et rétablir l’ordre et la justice. C’est pour cela qu’il n’hésitera pas à empêcher un satellite de s’écraser sur Metropolis.

A la mort de Staline, Superman prendra la tête du pays et améliorera la situation. Mais pour cela il deviendra une sorte de Big Brother communiste et fera subir des lavages de cerveau aux opposants.

Son régime totalitaire commence à faire grincer des dents chez certaines personnes et pas forcément que dans le camp ennemi.

Une uchronie avec de bonnes idées et au nombreux personnages DC

Après avoir découvert Marvel il y a quelques mois, j’ai voulu m’intéresser de plus près à l’univers de DC Comics. Mais comme avec la Maison des Idées, c’est compliqué de prendre le train en marche. D’ailleurs j’hésite toujours à me prendre Final Crisis en Deluxe.

Et c’est là qu’est apparu ce titre. Vu que cette histoire s’appuie sur la légende Superman, avec des personnages récurrents de l’univers de DC, et surtout qui peut être lu sans connaissance particulière (à part connaitre un minimum Superman, mais avec les films, séries, dessins animés… c’est jouable), c’est l’idéal pour se mouiller.

En plus, voir sur la couverture le nom de Mark Millar c’est quand même signe que ça peut être bon. Oui, car le peu que j’ai lu de lui, m’a beaucoup plu : Civil War, Kick Ass et Ultimates.

Superman Red Son est donc une uchronie qui se pose la question « qu’est-ce qu’il se serait passé si Superman avait atterri en URSS, en pleine guerre froide ? »

Partant de ce postulat, Mark Millar va nous proposer une vision différente du super-héros et réinventer certains personnages de l’univers DC.

Outre notre héros, affublé d’un nouveau costume et d’un nouvel emblème pectoral, on retrouve un Batman en résistant à l’omniscience du kriptonnien. Son charadesign a été modifié avec notamment son ouchanka en couvre-chef. C’est assez rigolo de le voir dans cette position et de le voir s’opposer à sa manière. Par contre, il a perdu sa technologie ce qui le rend moins charismatique, plus cheap.

Il y a également Wonder Woman, qui vient en aide à Superman, et qui en vient même à l’aimer. Personnellement, je ne la connais pas trop, et c’est pas avec ces apparitions que je vais avoir envie d’en apprendre plus. Elle ne m’a que très peu intéressée.

Lex Luthor est bien évidemment de la partie et campe toujours le rival du surhomme. Il va s’évertuer à établir des plans, créer des créatures et des machines pour éliminer son ennemi, grâce à son intelligence hors-norme Il va même devenir président.

Par contre, au départ, il est risible et ridicule. Millar veut le montrer comme étant le plus grand génie de tous les temps, mais si prend maladroitement. En effet, il est capable de trouver une super invention, tout en apprenant un dialecte africain, et en jouant contre les meilleurs joueurs aux échecs, et c’est limite s’il ne résout pas le problème de la crise grecque. C’est complètement inutile et stupide.

De fait, il n’y a que peu d’empathie autour de ce personnage.

Le scénario fait aussi intervenir des « Green Lantern » dont les pouvoirs proviennent d’une grosse lanterne issue d’un vaisseau qui s’est écrasé sur Roswell. C’est d’ailleurs assez récurrent. Le scénariste s’amuse à réinventer certains passages ou faits historiques. Intention louable et plutôt bien faite.

Il y a aussi quelques références à Flash et Green Arrow avec quelques journalistes du Daily Planet.

Lana et Lois prennent part au récit, mais bien différemment de l’univers classique (Lois s’appelant Lois Luthor)

Superman aura fort à faire avec quelques célèbres méchants comme Lex Luthor donc, Brainiac ou encore Bizarro.

Une panoplie de personnage qui réussit le double objectif d’adresser des clins d’œil aux habitués DC, et de rester accessible aux noobs et leur permettre de les connaitre un peu mieux.

Le scénario qui nous est promis était alléchant. La réussite est presque au rendez-vous. Presque? Oui car tout n’est pas parfait.

L’idée de base est superbe et Millar va presque au bout de son idée avec de l’action, quelques éléments de réflexion, un peu de provocation, très bien menés. On ne s’ennuie jamais, c’est dynamique, avec une trame en fond toujours présente, une bonne montée en puissance du héros et de Luthor. Personnellement, j’ai beaucoup aimé la ficelle scénaristique de la fin que je trouve plutôt bien trouvée et surprenante.

Les dessins de Dave Johnson et Kilian Plunkett sont bons, dynamiques et avec des découpages de certaines planches plutôt inspirés. Ils ont fait un travail remarquable sur les modifications visuelles et de costumes des personnages DC (que l’on voit bien avec les travaux préparatoires en bonus). J’ai beaucoup aimé leur version « camarade » de Superman .

Pourtant tout n’est pas parfait. Premièrement, il y a la première partie avec ce Luthor surréaliste, qui gâche un peu le plaisir de lecture. Ensuite, un peu comme dans Kick Ass, Mark Millar part d’une bonne idée, commence un travail critique en voulant mettre en exergue certaines dérives et certaines réflexions, mais on n’a jamais l’impression qu’il va au bout.

L’aspect totalitaire du régime soviétique fait presque « cool » avec des résistants assez mal représentés (même si le coup de Batman est bien trouvé). Les notions de propagande, de « Big Brother », de liberté  et de guerre froide sont juste abordées et se révèlent finalement plutôt aseptisées, là où on pouvait espérer quelque chose de plus critique et plus poussé. On sent que la volonté est de privilégier une certaine facilité de narration, préférant l’action à une profonde réflexion ou critique. C’est qui est rageant, c’est que c’est abordé, lancé, mais pas alimenté par la suite.

Pour conclure, si on peut regretter un manque d’ambition dans le message et le discours, Superman Red Son remplit pleinement son rôle. Mark Millar propose une vision alternative de Superman, travaillée, crédible (sauf Lex Luthor) et palpitante. J’ai pris beaucoup de plaisir à lire ce comic, que je trouve, de qualité.

Et vous qu’en avez-vous pensé? Trouvez-vous aussi Lex Luthor assez improbable au début? Avez-vous aimé la façon dont les héros DC Comics (Wonder woman, Green Lantern, Batman…) sont utilisés?

2 commentaires »

  1. Mitchel 10/08/2012 at 16:10 -

    « Ce personnage me parait trop lisse, trop « parfait ». »

    C’est exactement ce que je pense de Superman aussi ^^

    Mais du coup j’hésite vraiment à l’acheter, DC je connais vraiment pas et en plus ça m’intéresse pas trop. D’un coté, voir Superman en communiste peut être assez intéressant … J’arrive pas à me décider :/

Laisser un commentaire »