. Superman, l'homme de demain – tome 1 | Fant'asie
Kameyoko 27/04/2016 0
  • Scénario
  • Graphisme

Superman l'homme de demain - tome 1

Superman, l’homme de demain – tome 1 de Geoff Johns et John Romita Jr

Ce Superman, l’homme de demain est un petit événement en soi car il marque le « transfert » de John Romita Jr de Marvel à DC Comics. Après des années de services chez Marvel, ce dernier va donc s’atteler à des personnages de la Distinguée Concurrence. Personnellement, je n’ai jamais été un grand admirateur de ce monsieur. Mais je suis curieux de voir ce que ce run va donner.

Superman, l’homme de demain – tome 1 : Ulysse de Geoff Johns et John Romita Jr est édité par Urban Comics et est disponible à la vente depuis le 20 novembre 2015.

Résumé de Superman, l’homme de demain 1 chez Urban Comics

Résumé de l’éditeur :

Aussi longtemps qu’il se souvienne, Superman s’est toujours senti seul au monde, en tant que dernier survivant de sa planète. Et, alors que son alter ego Clark Kent tente de se rapprocher de ses anciens collègues du Daily Planet, un nouveau surhomme fait son apparition dans le ciel de Metropolis. Baptisé Ulysse, l’étrange visiteur propose alors un choix cornélien aux habitants de la Terre : la possibilité pour une partie d’entre eux de vivre sur une planète paradisiaque !

( Contient : SUPERMAN #32-40 )

Un nouveau surhomme !

Pour redynamiser sa série Superman, qui n’a pas remporté un grand succès d’estime, DC Comics a décidé de la confier à deux poids lourds de l’industrie : Geoff Johns et John Romita Jr. Si Geoff Johns est un scénariste confirmé et renommé, la grosse attraction était de voir Romita Jr basculer de Marvel à DC Comics. Mais est-ce que le run est à la hauteur de l’ambition. La réponse penche plutôt du côté négatif.

L’histoire se focalise sur l’arrivée d’un nouveau personnage, en l’occurrence Ulysse. Ce dernier a des pouvoirs similaires à Superman. Mais menace ou nouvel allié ? Ce nouveau venu partage de nombreux points communs avec Clark Kent/ Kal-El.

Bien qu’il soit terrien d’origine, il fut envoyé dans une dimension parallèle par ses parents, pour lui sauver la vie. Il fut recueilli et élevé par des formes de vie locale. Dans ce monde, il s’est vu doté de pouvoirs.
Comme le dernier fils de Krypton, il pensait être le dernier survivant de son monde et être un alien sur cette planète. Comme lui, il fut élevé par des parents adoptifs et est devenu aussi une sorte de sauveur.

De fait, le parallèle entre les deux est évident. Outre l’histoire inversé, leur différence réside dans leur vision du monde et sur la façon de le sauver.

Le récit peut se décomposer en deux parties. La première se concentre sur Ulysse, son arrivée, ses origines et un approfondissement de sa personnalité. Geoff Johns le caractérise bien et en fait un homme curieux, soucieux de découvrir son monde d’origine, ainsi que ses parents qu’ils croyaient mort. On sent également que Superman a de l’affection pour lui, retrouvant en ce personnage son double. Surtout que l’auteur entretient bien le doute sur ses velléités et son « positionnement  » sur l’échiquier du bien et du mal.

Mais plus en avance, plus on se fait une idée du personnage et de sa philosophie. Une opposition de pensée va avoir lieu entre Superman et lui. Les deux n’envisage pas la protection de la population de la même façon. Ulysse veut un monde purgé de toute haine, guerre…

 

La seconde partie s’accélère et met en exergue les différences de perception des deux protagonistes. Mais un événement va amener à voir différemment toute cette histoire. Je ne peux en dire trop sans spoiler. Malheureusement cette fin de volume est décevante. Déjà l’enjeu est assez classique et le retournement de situation presque attendu (du moins sa portée plutôt que la véracité de ce dernier). Et ce rebondissement va amener à provoquer des choses, bizarrement, un peu sous-estimées par Superman.

Mais surtout, j’ai trouvé que Johns enchaînait les mauvaises idées. Premièrement, il ajoute à la panoplie de Superman un nouveau super-pouvoir (je reviens de suite dessus). Ce qui entraîne une perte de ses autres pouvoirs. Mais bon, ce passage faisant de l’intouchable Sup’, un humain, n’est pas ce qui se fait de plus original. L’idée aurait pu être sympa avec un bon traitement; mais, ici elle est gâchée par ce nouveau pouvoir.

Tout d’abord, Superman souffre déjà d’un statut presque divin, avec des pouvoirs à faire pâlir tous les autres super-héros. Je ne vois donc pas l’intérêt de lui en offrir un nouveau, surtout vu son potentiel destructeur. Il y a également un souci de crédibilité (oui ça fait rire quand on parle d’un extraterrestre qui vole, qui a des rayons optiques et est super fort). J’ai eu beaucoup de mal à intégrer ce pouvoir à Superman et à en trouver son fonctionnement logique. Surtout que ça entraîne quelques longueurs avec un Superman sans pouvoir.

Vous l’aurez compris, je n’accroche pas du tout à ce choix scénaristique et à ce que ça implique. J’ai peur que Superman devienne encore plus un personnage presque parfait et surpuissant. Et donc moins intéressant et encore plus iconique.

 

Graphiquement, le travail de John Romita Jr est du Romita Jr ! Je n’aime pas cet artiste et c’est pas sur ce Superman, l’homme de demain qui va me réconcilier. Je sais que je ne vais pas me faire d’amis, mais je trouve son travail d’une qualité médiocre, moche (même si c’est complètement subjectif) et plat ! Certes, il est en forme tellement je l’ai vu mauvais sur du Avengers par exemple. Mais je ne l’apprécie toujours pas. Son trait est particulier et pas esthétique, le découpage quelconque et surtout il y a de telles erreurs de proportions et de choix de poses douteux que ça empêche de profiter de l’action. Il n’excelle pas non plus dans les détails ou dans les arrière-plans. Ses phases d’action ne respirent pas la lisibilité. Mais surtout je lui reproche la platitude de ses compositions et de son dessin. Il n’y a pas de dynamisme ou de mouvement. Tout semble figé, comme si les personnages posaient en stoppant ce qu’ils faisaient.

Bref du Romita,  à peine mieux qu’à l’accoutumée.

 

Pour conclure, ce Superman, l’homme de demain – tome 1 : Ulysse est une déception. J’étais très confiant en découvrant le personnage d’Ulysse et avec la première partie, mais la suite est une succession de déceptions. Je n’ai pas du tout accroché à ce nouveau pouvoir de Superman, au twist de ce tome sur Ulysse et la conclusion de cet opus. On sent que tout est fait pour introduire le nouveau pouvoir de Superman. Mais quand celui-ci ne convainc pas, difficile d’apprécier ce qu’il y autour. Et ça a été mon cas.

Et pour enfoncer le tout, c’est John Romita Jr aux dessins. Un artiste que je n’ai jamais apprécié et qui représente ce que j’aime le moins dans le dessin. C’est expédié, plat, mal composé, avec des grosses erreurs d’anatomie…

 

Une déception !

 

Et vous partagez-vous ma déception ? Êtes-vous aussi critique que moi sur Romita Jr ?

Laisser un commentaire »