. Strange : le début et la fin de J. Michael Straczynski et Brandon Peterson | Fant'asie
Del Poyo 25/08/2014 0
  • Scénario
  • Graphisme

Strange : le début et la fin de J. Michael Straczynski et Brandon Peterson

Origines revisitées

Panini nous propose une réédition d’un récit complet relatant les origines du Docteur Strange. Pour ceux qui ne le savent pas, le Docteur Strange représente la partie mystique de l’univers Marvel. Alors que les super-héros combattent de super-menaces ou des extraterrestres venant d’autres galaxies, Strange, lui, combat les nombreux ennemis qui proviennent d’autres dimensions ou de plan d’existence différent du nôtre… Panini nous propose alors de découvrir les origines de ce héros, peu connu en France mais pourtant un incontournable de l’univers Marvel (d’ailleurs un film est en préparation pour la phase 3 de Marvel Studios), origines qui pourtant ont été effacées de la continuité Marvel… Va savoir pourquoi !

Strange : le début et la fin de J. Michael Straczynski et Brandon Peterson, édité par Panini, est disponible en librairie depuis Décembre 2013.

Résumé de Strange : le début et la fin chez Panini

Découvrez les origines secrètes du Docteur Strange ! Ce récit complet relate les débuts du fameux chirurgien jusqu’à sa transformation en Sorcier Suprême, sous la supervision éclairée de l’Ancien.

Univers magique mais pas que

Je connais très peu de chose du Docteur Strange, et je suis un peu déçu de ne pouvoir juger du renouveau du personnage par Straczynski et Peterson. D’autant plus que les origines contées ici ont été supprimées de la continuité Marvel, sûrement par un tour de passe-passe éditorial, comme Marvel et DC seuls en ont le secret ! Je me contenterai donc de vous présenter le Docteur Strange que je connais, c’est-à-dire celui qui évolue dans les pages de ce Strange : le début et la fin.

Ce récit intégral se décompose en six numéros US, mais la partition est quasiment invisible pour nous, lecteurs français. Strange : le début et la fin est une mini-série écrite par Straczynski (on reviendra là-dessus) et magistralement illustré par Peterson (on reviendra là-dessus aussi). Joe Quesada, le directeur éditorial, demande à Straczynski de réinventer les origines du personnage du Docteur Strange afin de moderniser la série régulière et de donner un coup de boost aux ventes.

Lorsqu’on connaît un petit peu le monde des comics, on comprend pourquoi Straczynski a été choisi pour ce travail. Straczynski adore les mini-séries, et surtout, c’est un auteur renommé. Un auteur dont les scénarii sont parmi les meilleurs. Si je vous cite Rising Stars (sa plus grosse réussite), Midnight Nation, Supreme Power, un très bon Thor dont nous avons parlé sur Fant’Asie, mais aussi The amazing Spiderman ou Superman Earth One et plus récemment Before Watchmen (le Hibou et Dr Manhattan dispo chez Urban). C’est un scénariste qui reste encore très actif comme en attestent les séries toutes récentes (et certaines encore en production) : Apocalypse Al, Dream Police, Ten Grand (actuellement chez Delcourt), Protectors Inc., Sidekick… Toutes ces séries sont des succès relatifs, c’est un auteur productif qui sait faire de la qualité. Et ce renouveau de Strange ne déroge pas à la règle, prouvant une fois de plus que Straczynski est un gage de qualité.

Le titre de ce Strange est un peu mal choisi. On aurait pu se contenter d’un simple début, car c’est bien tout ce dont il s’agit. Uniquement le début. Et tout commence au Tibet alors que le jeune Stephen Strange fait ses classes pour devenir médecin et qu’il est parti en Himalaya pour apprendre de nouvelles méthodes et aider les gens démunis dans le besoin. Il fera une promesse au jeune Wong : je reviendrai. Puis Straczynski s’amuse à nous balader par bonds successifs : trois ans plus tard, le moins jeune Stephen Strange est diplômé. Il n’est toujours pas reparti au Tibet et se promet d’y aller l’été prochain. Trois ans plus tard, le jeune docteur chirurgien plastique possède son cabinet pour riches et retape les vieilles bourgeoises. Pas vraiment la vocation qu’il avait à l’époque du Tibet…

Puis suite à un accident de ski, Stephen Strange se casse les mains et la rééducation de celles-ci lui permet de récupérer 60% de ses capacités. Impossible d’exercer à nouveau son talent de chirurgien. Commence alors une enquête effréné qui le mènera à nouveau au Tibet pour trouver une personne qui sera capable de lui rendre l’usage de ses mains. Au cours de ce voyage, il va rencontrer un vieux sage, l’Ancien, qui lui révèlera des choses sur la nature de la réalité. L’Ancien est la clé qui maintiens le monde en paix, mais bientôt, Strange devra prendre la relève.

Et c’est là que le talent de Straczynski fait mouche, parce qu’après toutes ces péripéties, je ne vous ai rien révélé. Car Strange ne va pas plonger tête baisser sur les traces de l’Ancien, il devra se convaincre, il va alors découvrir des secrets sur le monde et sur sa vie. Le Docteur Strange, le héros tel qu’on le connaît, ne fera son apparition qu’au dernier acte. Et finalement, Straczynski nous aura vendu un superbe récit d’investigation, un thriller intime et une aventure fantastique, tout ça en six chapitres rondement bien menés. Le super-héros n’existe pas dans ce livre, c’est le parcours initiatique de Stephen Strange, et c’est bien là la force du récit.

Pour le graphisme, mise à part son travail sur Strykeforce (TopCow), je ne connais pas du tout Brandon Peterson. Il a un style réaliste, finalement très comics moderne, assez classique aujourd’hui. C’est un style qui s’accorde bien au ton de Straczynski, d’autant plus que l’auteur travaille très souvent avec des dessinateurs plutôt classiques. Les planches sont sombres et dynamiques, on accroche tout de suite. Si le dessin ne demande pas beaucoup d’effet, on prend son pied autant au niveau du dessin que de l’intrigue lors du dernier chapitre et que le Docteur Strange entre enfin en action. La grosse bataille de fin clos l’intrigue magistralement. Une petite conclusion plus sereine qui suit, et on ferme le livre. Après ça, on en redemande encore.

Pour conclure, ce Strange : le début et la fin est une sacrée surprise ! Encore une fois, j’ai l’impression que c’est bien Straczynski qui fait le gros du boulot et qui fournit le meilleur de Marvel. C’est une jolie petite claque ce docteur Strange, et il est bien dommage que Marvel ai eut la mauvaise idée de l’ignorer et de l’exclure de la continuité (pour des raisons que j’ignore, honnêtement). Panini a été bien avisé de nous le réédité et de le proposer en version intégrale plutôt sympa. Le petit côté frustrant, c’est qu’on a envie d’avoir une suite, que Straczynski et Peterson nous proposent une fin au personnage, en une seconde mini-série pourquoi pas !

Et vous ? Avez-vous apprécié ce récit sur les origines du Dr Strange ? Partagez-vous mon opinion ?

Laisser un commentaire »