. Starborn – tome 2 de S. Lee, C. Roberson et K. Randolph et M. Scalera | Fant'asie
Kameyoko 17/01/2012 0
Starborn – tome 2 de S. Lee, C. Roberson et K. Randolph et M. Scalera
  • Scénario
  • Graphisme

Starborn – tome 2 de Stan Lee, Chris Roberson, Khary Randolph et Matteo Scalera

Le meilleur des nouveaux titres de Stan Lee ?

Des trois dernières sorties comic signées Stan Lee, Starborn était pour moi la meilleure des trois et celle qui semblait posséder le plus gros potentiel. Sans être une tuerie, elle s’avérait sympathique avec sa dimension galactique, l’humour, la dualité imagination/ réalité…
C’est donc avec plaisir que j’ai lu la suite. Je voulais voir où ce titre allait nous conduire. Même s’il se montre moins surprenant que le premier opus, il réserve son lot de surprises et montre qu’il peut-être original sur certains aspect.

Starborn – tome 2 de Stan Lee, Chris Roberson, Khary Randolph et Matteo Scalera est édité par Emmanuel Proust Editions et est disponible à la vente depuis le 13 octobre 2011.

Résumé de Starborn 2 chez Emmanuel Proust Editions

Résumé de l’éditeur :

Poursuivi par des extraterrestres, Benjamin s’enfuit dans l’espace. Mais en quittant sa petite vie tranquille d’employé de bureau, il a déclenché des forces maléfiques. Désormais, sa vie ne sera plus jamais la même… d’’autant plus quand il découvrira la vérité sur sa naissance.

De bonnes surprises!

Le premier volet Starborn était le meilleurs des 3 derniers Stan Lee parus chez Emmanuel Proust Editions (Starborn, Soldier Zero et The Traveler). Du moins, était-ce celui qui me paraissait le plus prometteur.

Et je dois dire qu’à le lecture du deuxième volume, ça confirme un peu mon impression (même si je n’ai pas encore lu Traveler 2 et Soldier Zero 2). Même si on est loin du chef d’œuvre et de l’indispensable, la lecture demeure plaisante et encore prometteuse.

Benjamin Warner s’est échappé de la Terre en compagnie de Tara et du Capitaine Talon. Ils sont poursuivis et essuient des tirs. Ils sont forcés d’atterrir sur une planète dangereuse. Là-bas, il comprendra ce que signifie son gant  et verra qu’il fait peur. Mais pourquoi ?

Le scénario de Chris Roberson évolue plutôt bien. Sur une base de simple fuite, le scénariste développe certaines pistes potentiellement intéressantes. On garde toujours le jeu entre imagination du héros et faits réels, même si cet opus joue moins là-dessus.

Mais les grosses nouveautés c’est cette interrogation sur qui sont les méchants et les gentils, sur la filiation et l’ascendance du héros mais aussi sur le fameux autre auteur et enfin sur la place des humain et de la terre sur cet échiquier galactique.

De fait, le récit se ramifie et réserve son lot de surprises, même si on reste sur les classiques courses-poursuites. Le scénario se montre plus travaillé que ce que je pouvais penser initialement. On a même le droit à un petit caméo de Soldier Zero.

Même si le déroulement de l’histoire, laisse la part belle à l’action, on sent bien que Starborn travaille d’autres axes de développement pour la suite. Il y a encore pas mal de « terrains à défricher », notamment en ce qui concerne l’histoire de la famille royale, la révolte, les expatriés sur Terre, les origines des personnages, le Gant…

Benjamin, le personnage principal évolue de façon significative et devient plus intéressant. Son questionnement sur ses origines, sur ce qu’il représente maintenant et sur le fait de savoir s’il fait partie des bons ou des méchants est plutôt bien menée et est un choix scénaristique bien trouvé.

Néanmoins, il manque encore de charisme, notamment parce que son charadesign manque de singularité.

Le capitaine Talon gagne aussi en peu en intérêt avec une histoire personnelle qui se voir un peu traitée et qui pourrait bien être centrale ensuite.

Starborn arrive à proposer plein de bonnes petites idées qui me font croire en un titre qui pourrait être de qualité. Ce n’est pas pour autant que nous sommes devant du Alan Moore ou du Warren Ellis. On est loin d’attendre cette finesse et cette profondeur, mais ça reste pas mal pour du comic « divertissant ».

La lecture est plaisante car rythmée, car il se passe pas mal de choses, simple et accessible. Nous ne sommes pas devant un titre complexe, bourré de réflexion profonde. C’est du divertissement « classique » mais avec quelques bonnes idées.

Graphiquement, le style de Khary Randolph, aidé par Matteo Scalera est assez cartoony, mais il manque de profondeur, de personnalité et de finesse. J’ai trouvé que le tout était de moins bonne qualité que le tome 1. Ca manque vraiment de détails et de finesse. Le découpage, le cadrage et la mise en scène sont trop simples. Il y a un déficit de créativité et de prise de risque.

Pour conclure, Starborn – tome 2 confirme que c’est un titre correct, et peut-être le meilleur des 3 derniers Stan Lee. Il y a des prises de position scénaristiques intéressantes qui méritent d’être encore développées. Nous sommes devant un comic accessible, simple et tout public. Ca manque de finesse dans la réalisation, mais aussi sur le fond. C’est du pop-corn comic, mais agréable.

Starborn souffre surtout d’un graphisme bien trop simple et convenu pour attirer le lecteur. Il est juste suffisant pour lire l’histoire, mais gagnerait à une plus grande maîtrise et plus de travail.

Ce n’est pas du grand comic, capable de remporter un Eisner Awards, mais c’est divertissant et il le fait plutôt bien. Starborn est à lire si vous voulez vous aérer l’esprit, sans se prendre la tête.

Et vous que pensez-vous de ce Starborn 2 ? Pensez-vous que ce soit le meilleur des 3 derniers titres de Stan Lee ? Pensez-vous que ce titre est au comic, ce qu’est un roman de gare pour la littérature ?

Laisser un commentaire »