. Sous un rayon de soleil – tomes 1 à 3 par Tsukasa Hôjo | Fant'asie
Bagooor 07/03/2014 0
  • Scénario
  • Graphisme

Sous un rayon de soleil tomes 1 à 3 par Tsukasa Hôjo

Un nouveau trésor ?

Après la lecture de la Mélodie de Jenny chez Ki-Oon, je me suis intéressé à ce nouveau titre de Tsukasa Hôjo, complet en 3 volumes.

Sous un rayon de soleil est la suite d’un récit one-shot publié précédemment. Ce chapitre est disponible dans le one-shot Le Temps des Cerisiers.

J’ai pour ma part directement entamé la lecture de Sous un rayon de soleil et je n’ai aucunement été embêté de ne pas avoir lu la première histoire.

C’est parti pour ce court récit en 3 tomes.

Résumé de l’oeuvre

Malgré son apparence tout à fait ordinaire, la jeune Sarah Nishikujo possède un don incroyable : celui de communiquer avec les végétaux ! Afin de ne pas éveiller les soupçons, elle est condamnée à changer régulièrement d’école et à vivre une vie de nomade.
Un grain de sable finit par se glisser dans cet engrenage bien huilé lorsqu’elle fait la rencontre de Tatsuya Kitazaki, un jeune garçon décidé à abattre l’arbre qu’il juge responsable de l’infirmité de sa petite sœur…

Une intrigue très verte

Nouvelle série de Tsukasa Hôjo à être proposée dans la collection lui étant dédiée chez Ki-Oon, Sous un rayon de Soleil est un court récit en 3 volumes, faisant suite à une première intrigue en one-shot.

La série semble prendre place quelques années après le one-shot, avec une histoire toujours centrée sur Sarah.

De nouveaux personnages vont néanmoins être introduits, avec une intrigue qui tournera toujours autour des plantes.

Je dois dire que le discours très vert qui ressort de ce titre est intéressant, quoi qu’un peu trop prononcé à mon goût. Cela ne m’a tout de même pas empêché d’apprécier les histoires proposées et de mener la lecture de la série à son terme.

Le récit va donc introduire au fur et à mesure Sarah et ses capacités si particulières. Les premiers chapitres sont tous sans lien les uns avec les autres, mais par la suite, certaines intrigues prennent plus de place.

Cependant, bien que toutes ces histoires soient agréables à lire, elles sont en générale sans conséquence sur la base de l’histoire. On se retrouve donc à lire un récit avec des moments qui sortent du lot, mais où l’on revient toujours au statut quo de base !

Je trouve cela dommage de ne pas avoir cherché à changer l’environnement dans lequel évoluaient les personnages.

Par contre, cela ne veut pas dire du tout que le récit n’était pas intéressant ou désagréable. Au contraire, la lecture des 3 volumes de ce titre a été rafraîchissante. Je trouve juste dommage qu’une fois terminé l’oeuvre, rien de très fort n’en ressort. C’est donc un récit très tranche de vie, où l’on suit seulement une année dans la vie de Sarah et de Tatsuya.

A travers les capacités particulières de Sarah, Tsukasa Hôjo propose des récits abordant la place de l’Homme avec la nature et l’impact qu’il peut avoir sur celle-ci.

Il est vrai que la personnification des plantes, arbres et arbustes permet de faire passer beaucoup d’idées et de développer l’histoire comme il le souhaite, mais c’est très bien dosé : on n’a pas l’impression que toute la nature suit nos faits et gestes, mais plutôt qu’elle les subit.

Dans un sens, j’ai un peu eu l’impression que Tsukasa Hôjo souhaitait faire une oeuvre poétique, avec la nature et la place de celle-ci. Mais soit la sauce ne prend pas avec moi, soit l’ensemble ne prend pas. Car le titre paraît presque banal : il ne s’engage pas dans un sens ou dans l’autre, ne révèle pas grand-chose sur Sarah et se contente d’assister à l’année que Tatsuya a passé en compagnie de Sarah.

Sous un rayon de soleil fait également un petit clin d’oeil à City Hunter, en réutilisant le physique d’Umibôzu ! C’est une réutilisation intéressante, qui propose ainsi un colosse chauve, toujours caché derrière une paire de lunette noire, tenant le rôle de fleuriste (mais également le père de Sarah). Tout le monde a donc peur de lui, ce qui ne facilite pas la vie de la boutique !

La partie graphique est quant à elle toujours aussi bien réalisée.
Le style est identique à celui de La Melodie de Jenny, qui proposait déjà un réalisme et une précision de haut niveau.
Les personnages sont toujours parfaitement bien réalisés et les décors sont correctement représentés.

J’ai également été content de retrouver les représentations humoristiques de l’auteur, avec ces dessins exagérés et son humour qui fait mouche !
Cet humour n’était pas présent dans La mélodie de Jenny (et pour cause, vu le sujet traité, ce n’était pas possible), mais c’est un vrai plaisir de le retrouver ici. C’est vraiment cette simplicité que j’adore chez l’auteur et qui a fait le succès de City Hunter.

En refermant le 3ème tome de cette courte série, j’avoue avoir été un peu déçu.
La conclusion de l’histoire est touchante et intéressante, mais j’ai eu l’impression d’avoir lu un récit sans incidence.
Sous un rayon de soleil est cependant un titre agréable à lire, qui mise tout sur le quotidien presque ordinaire d’un jeune garçon.

Malgré mon avis qui semble plutôt négatif, la série reste cependant un bon titre, qui vaut le coup de lire. J’en attendais peut être un peu trop, après les très bonnes lectures de l’auteur, mais il n’en reste pas moins un récit sympathique et bien construit, qui n’est peut-être pas assez ambitieux.

Cependant, pour le moment, si je devais conseiller un titre court de Tsukasa Hôjo, je conseillerais plutôt le One-shot La Mélodie de Jenny, qui est bien plus marquant à la lecture. Sous un rayon de soleil est également un bon titre, mais un poil en dessous.

Tout cela c’est bien sûr en se limitant aux oeuvres courtes, plus faciles pour découvrir l’auteur. Sinon nul doute que City Hunter est sans hésitation la référence.

Avez-vous lu Sous un rayon de soleil ? Qu’en avez-vous pensé ?

Laisser un commentaire »