. Soul Eater – tome 25 d'Atsushi Ohkubo | Fant'asie
Kameyoko 06/02/2015 0
  • Scénario
  • Graphisme

Soul Eater tome 25

Soul Eater – tome 25 d’Atsushi Ohkubo

La fin de ce shônen

Ce tome 25 marque la fin de la série Soul Eater. Forcément aborder la conclusion d’une série longue, que j’ai apprécié lire au cours de ces années, est toujours spécial. D’un côté il y a la hâte de voir comment cela se termine, mais en même temps, et paradoxalement, l’envie que ça ne se finisse jamais pour pouvoir continuer à lire du Soul Eater.

Mais bon, il faut se faire une raison. C’est la fin !

Soul Eater – tome 25 d’Atsushi Ohkubo est édité par Kurokawa et est disponible à la vente depuis le 03 juillet 2014.

Résumé de Soul Eater 25

Résumé de l’éditeur :

Une âme saine repose dans un corps sain et un esprit sain. Mais pour que ce monde conserve son équilibre, ce cercle vertueux doit être contrebalancé par une folie sombre, profonde, inextricable. Découvrez le combat final contre le grand dévoreur dans un dernier tome virtuose qui ébranlera toutes vos idées préconçues.

Death vs Le Grand Dévoreur. L’ordre vs le Chaos

Le shônen Soul Eater, titre phare de l’éditeur Kurokawa tire sa révérence avec ce 25ème et dernier tome. Ce manga aura été un shônen que j’ai beaucoup aimé suivre ces dernières années, notamment grâce à l’ambiance de ce titre et ses personnages barrés mais attachants.

Et pour finir en apothéose, nous avons le droit à un volume beaucoup plus épais qu’à l’accoutumée. Mais il faut relativiser puisque dedans est compris une longue preview du manga Red Eyes Sword – Akagame Ga Kill. Je trouve cet ajout très limite. J’aurais préféré qu’on ait un petit livret en plus, sans que ça vienne « polluer » cette conclusion. Peut-être pensez-vous que ça ne change pas grand chose. Et bah si ! Personnellement, arrivé à la fin de l’affrontement avec Asura, je croyais que l’auteur prendrait son temps pour son épilogue vu le nombre de page restant. Mais ce ne fut pas le cas, d’où une certaine déception.

Hormis ce chapitre « incruste » de Red Eye Sword, l’immense majorité de cet opus concerne le combat contre le Grand Dévoreur. Pour l’apothéose, ce dernier est donc dantesque, épique, bourré de rebondissement et d’élans très shônen, typé nekketsu. Ainsi pour faire face à cette menace, nos héros se tiennent devant lui et luttent de toute leur force, malgré les blessures, les pertes et l’écrasante puissance du Grand Dévoreur.
Evidemment notre trio d’équipe mènera l’offensive, mais s’ils seront aidés par des personnages secondaires. Chaque personnages un peu développés auparavant aura le droit à son petit moment, comme si Ohkubo voulait leur offrir un dernier baroud d’honneur, un moment de « badasserie » avant de quitter ses personnages adorés.

Mais c’est bien Maka, Death, Patty, Liz, Tsubaki, Soul et Black Star qui feront le gros du boulot. Chacun devra puiser au plus profond de lui-même, faire des level-up pour pouvoir tenir tête à Asura et peut-être même à le battre.

D’ailleurs, il est étonnant de voir que le duo MakaSoul, qu’on pensait être le principal duo de Soul Eater, se fait voler la vedette par un Death the Kid appelé à reprendre les rênes du Maître Shinigami. Et dans une moindre mesure Black Star leur fait un peu d’ombre également.

De par sa mise en scène et son sens du rythme, le mangaka parvient à rendre passionnant ce long combat. Pour cela, il s’appuie sur de nombreux rebondissements et révélations, qui viennent conclure certains points en suspens, tout en amorçant la fin. Mais l’accent reste mis sur le combat avec des élans nekketsu. Ainsi la force de l’amitié, la persévérance malgré la douleur et la difficulté, les level-ups,… seront bien présents et utilisés comme il se doit. On aura aussi le droit à de tirades opposant le méchant et les gentils.
Dit comme ça c’est très classique, et ça l’est un peu, mais sous la plume d’Ohkubo il y a cette originalité, cet esprit qui lui est propre. Surtout qu’il continue, à petite dose, à proposer de l’humour.

Je trouve simplement, qu’il peine un peu à créer de l’émotion, à émouvoir son lecteur. Ainsi certains faits censés créer de l’intensité, de l’émotion tombent un peu à côté.

Le tout se finit par un petit épilogue sympathique et fort en émotion. On sait que c’est le dernier chapitre de Soul Eater et qu’on en fini avec 5 ans de parution en France. Le petit pincement au coeur est là.

Pour conclure, Soul Eater – tome 25 d’Atsushi Ohkubo conclue très bien cette longue série shônen. Tout ce qui fait la singularité de Soul Eater est bien présente dans cette conclusion. On y retrouve l’ensemble des personnages phares, contribuant plus ou moins, au combat, cette ambiance proche de l’imaginaire de Tim Burton, des phases d’actions démentes… Le mangaka ponctue ce long combat avec beaucoup de rebondissements et de révélations. Le tout se lit avec facilité et une fluidité étonnante.

Vraiment une fin digne de ce nom, pas parfaite mais plus que satisfaisante. On regrettera juste un léger classicisme dans le déroulement, très typé nekketsu et un duo MakaSoul pas forcément à la hauteur de leur statut de héros centraux. Mais pour le reste, c’est du shônen comme j’aime. Tout n’aura pas été exempt de reproches, mais Atsushi Ohkubo aura su créer son univers, nous le faire partager, et nous y faire adhérer. Le tout en proposant une vraie fin sans trop tirer sur le filon. Merci Monsieur !

Je suis quand même triste de ne plus revoir les Black Star, Kid et autres personnages forts de Soul Eater. Au cours de ces 5 ans de publication en France, j’avais appris à les aimer eux et leurs défauts (ahhh Death et son sens de l’ordre et de la symétrie).

Une des très bons shônens de ces dernières années qui s’achève ! J’ai envie de lâcher ma petite larme.

Et vous qu’avez-vous penser de cette fin et de cette série ?

Laisser un commentaire »