. Soldat Inconnu – tomes 1 et 2 | Fant'asie
Del Poyo 18/12/2012 0
Soldat Inconnu – tomes 1 et 2
  • Scénario
  • Graphisme

Soldat Inconnu – tomes 1 et 2 de Joshua Dysart et Alberto Ponticelli

Un comics en Afrique

Une nouvelle série est apparue sur les étagères des libraires cette année 2012. Comme tout bon passionné, j’ai ouvert, au hasard, le volume que je tenais entre mes mains. Deux choses m’ont marqué : un visuel agressif et un personnage charismatique. Il ne fallait pas grand-chose de plus pour me convaincre : un bref aperçu du contenu fourni par l’éditeur en quatrième de couverture. « Ouganda 2002 ». Pas besoin de lire plus loin. Un comic dont l’intrigue se situe lors du conflit ougandais en « Afrique des grands lacs », pour un amoureux de l’Afrique et des comics, il n’y a pas meilleur mariage. Je me suis donc laissé happer dans cette aventure.

Mais qu’en est-il ? Le contenu est-il aussi prometteur que ce qu’on peut s’imaginer ? Cette série arrive-t-elle a s’intégrer dans la réalité des faits ? Qui est ce « Soldat Inconnu » : le symbole que l’on connaît tous ou un remake d’un personnage déjà épuisé par DC Comics reclassé en Afrique pour vendre ?

Soldat Inconnu tome 1 : Possédé de Joshua Dysart et Alberto Ponticelli est disponible depuis le 24 février 2012 chez Urban Comics. Le tome 2 : un meurtre pieux est quant à lui disponible depuis le 14 septembre 2012.

Résumé de Soldat Inconnu 1 et 2 chez Urban Comics

Résumé du tome 1 :

Ouganda, 2002. Le Dr Moses Lwanga, médecin humanitaire américain, revient avec son épouse dans son pays natal afin d’y apporter une aide précieuse. Rapidement, il est confronté aux différentes factions qui mettent la région à feu et à sang. Piégé en pleine guerre civile, Moses, pacifiste dans l’âme, se découvre une force et une violence qu’il ne se connaissait pas. Mutilé, il est désormais prêt à mener sa propre guérilla.

Résumé du tome 2 :

Moses continue sa vendetta personnelle contre Joseph Kony, le leader charismatique des insurgés ougandais. Il est à nouveau contacté par Jack Howl, barbouze de la CIA, et se retrouve embrigadé dans la préparation d’un plan tortueux consistant à abattre la star de cinéma Margaret Wells, en espérant que sa mort attire l’attention de la communauté internationale sur les exactions commises en Ouganda.

OUGANDA, 2002

Lorsque je me suis lancé dans la lecture de Soldat Inconnu, j’ignorai alors qu’il s’agissait d’un titre déjà existant. Le Soldat Inconnu est apparu pour la première fois dans les pages du comics SGT. ROCK. Robert Kanigher et Joe Kubert, les créateurs du personnage, ont à l’origine mis en scène un personnage réellement énigmatique, sans nom et sans visage qui guerroyait contre le nazisme durant la Seconde Guerre Mondiale. Il avait la particularité de prendre l’apparence de n’importe qui. Mais je ne vais pas ici rentré dans le détail de l’histoire de ce personnage. En guise d’avant-propos, Urban Comics nous dresse un petit historique du Soldat Inconnu depuis sa création en 1966. Je vous laisse le loisir de vous y plonger vous-même si cela vous chante. En effet, connaître le passé éditorial du héros ne sert absolument à rien pour la compréhension de cette nouvelle série ! Ce qui est important, en revanche, c’est de savoir que cette version, si elle s’inspire du personnage de 1966, se détache complètement de tout cela et nous dévoile un personnage nouveau à 100%.

Pour commencer, le Soldat Inconnu n’est plus inconnu et encore moins soldat. Il s’agit de Moses Lwanga, docteur en médecine diplômé d’Harvard. Ensuite, Joshua Dysart introduit son personnage en Ouganda, Afrique, et en 2002, c’est-à-dire en pleine guerre civile. Adieu l’Europe et la bonne vieille Guerre Mondiale qui a déjà été à maintes fois retournée dans tous les sens par bon nombre de scénaristes.

Parlons de l’Histoire. Oui, avec une majuscule. Cette série est avant tout un projet ultra-personnel de Joshua Dysart et pas seulement un « relauch » de Vertigo pour le titre. C’est une série qui, avant toute chose, nous enseigne des réalités historiques. Aussi, en guise de postface, l’auteur dresse une « brève histoire de l’Ouganda » en trois parties, réparties sur les différents tomes de la série. C’est là que je vais devenir un peu barbant… Pour faire simple, suite au départ des colons britanniques, l’Ouganda, comme beaucoup de pays à cette époque, est en crise et va connaître l’arrivée au pouvoir du tristement célèbre Idi Amin Dada qui n’a de drôle que son nom. En 1979, le mouvement de résistance ougandais et l’armée tanzanienne renverse le gouvernement.

Les années suivantes voient arriver au pouvoir le président Museveni. Si le Sud de l’Ouganda connaît une relative stabilité, au Nord, la LRA (Armée de Résistance du Seigneur) veut renverser Museveni et instaurer un gouvernement basé sur les Dix Commandements et la Bible. Joseph Kony, le chef de la LRA, se dit être le messie et l’envoyé de Dieu. Pour gonfler son armée, il kidnappe des enfants afin de faire des garçons, des combattants et des filles, des esclaves sexuelles. Nous sommes en 2002, durant les nombreux raids de la LRA perpétrés contre les camps de réfugiés au Nord de l’Ouganda.

Il m’est apparu important de poser un peu le décor. Pour deux raisons. La première est purement un devoir de mémoire, Joseph Kony est encore, à l’heure actuelle, recherché et continue à massacrer des populations et enrôler des enfants en Afrique centrale. La deuxième raison est simplement de bien faire comprendre que cette série décrit une réalité dure et violente.

Revenons un peu à notre Soldat Inconnu. Moses Lwanga est un jeune docteur pacifiste né en Ouganda mais qui a grandit dès son plus jeune âge aux Etats-Unis. Après son diplôme d’Harvard, il décide de dédier sa vie à sa patrie d’origine, l’Ouganda, et de travailler là bas pour aider son peuple. Qu’à cela ne tienne, le voilà dans le premier avion pour Kampala (capitale de l’Ouganda). Notre jeune docteur se retrouve à travailler dans un camp de réfugiés dans le Nord de l’Ouganda. Confronté à la réalité de la barbarie et de la folie humaine, une sombre voix fait son apparition dans sa tête. Moses Lwanga devient fou, il se défigure et devient le fameux Soldat Inconnu.

C’est là que Joshua Dysart nous laisse entrapercevoir un passé louche lié au gouvernement américain (CIA peut être ?) et à la création de « soldat parfait ». Cette voix, ce Soldat Inconnu dans sa tête, semble revenir de son passé, dont il ignore tout. Mais cette trame-là n’est pas plus exploitée que cela dans ces deux premiers tomes, et fera certainement office d’une intrigue plus détaillée dans la suite de la série.

Joshua Dysart dépeint une réalité absurde, et face à cela, son héros, un brillant docteur pacifiste, malgré un passé douteux, n’en devient pas moins fou. Défiguré, Moses va mener sa propre guérilla contre la LRA, seul contre tous. Soldat Inconnu raconte l’histoire d’un homme, qui n’a rien d’extra-ordinaire si ce n’est son altruisme, évoluant dans un univers qui n’a pas la place pour une telle qualité. Ce soldat inconnu n’a rien de plus qu’un autre, il n’est pas sur-puissant, c’est juste un bon combattant. Ce personnage est, d’une certaine manière, un prétexte pour parler de la situation en Afrique.

Au-delà de ça, l’auteur l’avoue lui-même, Soldat Inconnu est une série qui en jette. De l’action, des intrigues prenantes, un héros qui

présente bien, des explosions, du gore, tout ça, au fond, c’est aussi pour les amateurs du genre. Oui, c’est du gore et de la violence, mais ça n’a rien à voir avec la scandaleuse gratuité de Crossed, ou la violence-décors de Walking Dead, ou encore le gore-fun de Luther Strode. Avec Soldat Inconnu, on a de la violence-réelle. Ni trop ni pas assez. C’est dur parfois, mais pas par la vision des corps soumis à l’explosion d’une mine anti-personnelle. C’est dur parce qu’on sait que c’est vrai.
Au commande de la réalisation graphique, on ne peut que saluer le travail de Alberto Ponticelli. Il a travaillé à partir de photos ramenées d’un voyage de Joshua Dysart en Ouganda, et cela afin de retranscrire au mieux la réalité de la vie ougandaise. Je qualifierai son style de tranchant, sans mauvais jeu de mot. La mise en scène est excellente, le dessin s’adapte aussi bien à l’action quasi-permanente qu’à des planches superbement posées.

En conclusion, Soldat Inconnu est une vraie révélation. J’ai traité ici des deux tomes comme s’il s’agissait d’un seul car la continuité dans le récit ne justifie pas une double critique. Joshua Dysart nous livre une œuvre cruelle de réalisme. Le scénario n’est pas ultra-original si ce n’est le contexte dans lequel se déroule l’intrigue. Ce qui fait la force de cette série est son goût pour la réalité, produisant nécessairement des planches sévères et violentes. Pour résumer, Soldat Inconnu raconte la lutte d’un homme, Moses Lwanga, que la guerre a changé en monstre et qui mène sa propre guérilla pour libérer son pays. Une œuvre qui est déjà culte sur mon étagère, un incontournable. Qui se laissera tenter ?

Et vous, pensez-vous que la série puisse être cataloguée d’incontournable ? Avez-vous aimez la série ? Vous laisserez-vous tenter ?

Laisser un commentaire »