. Sk8r's – tome 1 de Hajime Tojitsuki | Fant'asie
Kameyoko 16/12/2016 3
  • Scénario
  • Graphisme

Sk8rs - tome 1

Sk8r’s – tome 1 de Hajime Tojitsuki

Un manga de skateboard

Kana vient enrichir son catalogue d’un nouveau manga de sport. Au programme du skateboard ! C’est un sujet assez peu exploité en manga (voir pas du tout à ma connaissance). Pourtant, je trouve que ça se prête bien à un manga.
Ce seinen, car il s’agit bien d’un seinen et non d’un shônen, comporte 3 tomes pour le moment en VO.

Sk8r’s – tome 1 de Hajime Tojitsuki est édité par Kana et es disponible à la vente depuis le 23 septembre 2016.

Résumé de Sk8r’s 1 chez Kana

Résumé de l’éditeur :

Akio a 10 ans quand il découvre « l’homme volant » : un skater de génie virevoltant dans les airs dans des figures acrobatiques. Impressionné, Akio ne va cesser de se perfectionner sur son skate, la nuit, loin du regard d’une mère trop protectrice.
À 16 ans, Akio est devenu un skater talentueux mais qui le cache, toujours à cause de sa mère trop protectrice. Il rêve en secret de participer à des tournois, mais pour cela, il devra se faire connaître, s’exposer au grand jour et rentrer dans la cour des grands ! Deviendra-t’il le nouvel « homme volant » ?

Akio, le roi des ollies ?

Le titre en dit suffisamment long sur le sujet de ce manga. Il sera donc bien question de skate. Il est à noté qu’à ma connaissance c’est le seul manga du genre pour un sport assez universel pourtant.

L’histoire est assez classique pour un manga sportif. On suit les pas d’Akio qui va faire la connaissance du « Prof », un type extrêmement doué pour le skate. Ce dernier va lui donner goût au skateboard et va lui servir de mentor. Sauf qu’il va subitement quitter le Japon, laissant Akio vivre seul sa passion. Quelques années plus tard, le jeune homme est devenu très doué et continue de cacher son passe-temps à son entourage. Et il continuera à nourrir sa passion pour le ollie, ce trick consistant à effectuer des sauts avec figure.

Après une introduction rapide où l’on voit Akio se rapprocher de son mentor et se passionner pour le skate, la suite le retrouve quelques années après. Il a toujours le skate dans la peau et a passé ses années à se perfectionner. Mais il le fait en secret car cette passion est désapprouvée par sa mère (et sa sœur). De fait, il ne le crie pas sur tous les toits et vit sa hobbie en solitaire. Mais un jour, un nouvel élève va remarquer ses chaussures abîmées à la façon d’un skateur et va s’en rapprocher. Commence alors une amitié entre ces deux skateurs, mais pas avec le même niveau.

Petit à petit, notre héros nouera des connaissances avec d’autres skateurs et va se faire connaitre dans le milieu. Le mangaka place donc les bases de l’ascension d’Akio dans le milieu de la glisse. Mais, Hajime Tojitsuki a eu la bonne idée de proposer un héros qui sort un peu des carcans du héros de shônen sportifs (car au final, me^me si c’est un seinen, il y a beaucoup de similitude avec les shônen sportifs). Celui-ci n’est ni exubérant, ni démonstratif sur sa passion et se satisfait de bonheurs simples. C’est finalement un personnage simple, relax et assez détaché.

Son plaisir c’est de faire du skate, des ollies en toute discrétion. Et ce même s’il essaie toujours de faire des tricks dingues. Il ne se met pas en avant et c’est ce qui le rend sympathique. Surtout que son charadesign en fait un lycéen presque lambda, loin du style cool que l’on attribue habituellement aux skateurs. Ce qui est, du coup, l’exact opposé de son mentor et ses dreadlocks qui le font paraître comme une racaille.

Tranquillement l’auteur pose donc les bases de son futur récit avec un objectif annoncé, des personnages secondaires présentés et peut-être un semblant de rivaux. Mais la force de ce Sk8r’s c’est de finalement s’éloigner un peu de l’esprit d’un manga de sport compétitif pour presque être un manga tranche de vie, centré autour de cette passion. Je suppose que cette impression sera moins vraie pour la suite, mais j’aime bien ça pour le moment.

Néanmoins, le titre se veut assez technique avec plein de terme propres à ce sport : ollie, grind, grab, tail, nose… Mais Kana ou l’auteur lui-même, vulgarisent un peu ces termes barbares. Mais au-delà de ça, Hajime Tojitsuki a une approche presque didactique en expliquant, étape par étape, les différentes figures et comment y arriver. Au final, tout cela paraîtra clair au lecteur. Même si je dois avouer que même avec les explications, je ne me vois pas du tout capable de les faire ou même juste comprendre comment le faire. Mais ma dextérité et mon agilité sont un autre débat.
La décomposition du mouvement est limpide et un modèle d’accessibilité. Cela renforce l’impression de sobriété et de réalisme de ce manga.

Surtout que graphiquement, le trait de Hajime Tojitsuki est superbe. Son trait est fin, très détaillé et avec un découpage intelligent. On ressent bien l’intensité et la finesse de ce sport. Ses dessins contribuent grandement à l’immersion et rendent ce titre encore plus crédible. Le charadesign n’est peut-être pas à la hauteur du reste, même sil demeure bon, mais il n’y a pas grand chose à redire au style du mangaka. Tout se lit avec aisance, plaisir et simplicité.

Pour conclure, Sk8r’s – tome 1 de Hajime Tojitsuki est une très bonne surprise. La pratique du skate est magnifiée via un choix de réalisme et de sobriété bien venu. Même si l’histoire suit un peu les standard du shônen sportif : découverte de la discipline, le mentor, le talentueux petit jeune, les rivaux…, il n’en demeure pas moins que c’est très réussi et qu’on se passionne pour ce sport. Le Skateboard n’est pas la discipline la plus mise en avant en manga, mais ce Sk8r’s est un magnifique porte-étendard ! C’est qu’il donnerait presque envie de se saisir d’une planche et de tenter des ollies.

Si en plus, on rajoute un dessin de qualité, tout est réuni pour avoir un excellent petit titre. Mais ce manga souffre d’un défaut assez gênant : son rythme de parution. Alors qu’il est paru au Japon depuis 2014, seuls 3 tomes sont sortis.

Mais ça reste un titre à suivre de près car il a tout pour lui, pour peu qu’on aime ce type de récit.

Et vous qu’en avez-vous pensé ?

3 commentaires »

  1. Tony 30/12/2016 at 12:33 -

    Tiens c’est vrai qu’il n’y avait pas de manga sur le skate… pour les fans de sports de glisse il y avait Air Gear sur le Roller, mais bon, en général c’est un peu la gue-guerre entre les rollers et les skates :p
    Faudra que je me le prenne celui là, histoire de voir ce qu’il vaut même si je dois avouer que ton avis m’a déjà bien convaincu 🙂

  2. Jerome 02/01/2017 at 20:14 -

    Super découverte, merci de me faire découvrir cela ! ça me ramène quelques années en arrière quand j’étais sur ma planche jour après jour.

  3. Kameyoko 05/01/2017 at 12:05 -

    @Tony : Les mangas sur la glisse sont assez rare pour se laisser tenter… surtout quand c’est bien

    @Jerome : J’imagine que ce titre parle encore plus à ceux ayant déjà pratiqué le skate. Et c’est pas mon cas ^^

Laisser un commentaire »