. Scott Pilgrim – tome 6 de Bryan Lee O'Malley | Fant'asie
Kameyoko 06/09/2011 0
  • Scénario
  • Graphisme

Scott Pilgrim - tome 6 - finest hour

Scott Pilgrim – tome 6 : Scott Pilgrim Finest Hour

La conclusion d’un des comics les plus WTF !

Ce n’est pas sans une certaine émotion que j’écris ces quelques lignes. Et oui, Scott Pilgrim Finest Hour est l’ultime tome de ce comic si particulier, si barré mais que j’ai adoré. C’est la dernière fois que je parlerai du bébé de Bryan Lee O’Malley.

Ce sixième opus, intitulé Finest Hour conclue donc cette série avec l’affrontement contre Gideon. Après nous avoir tant fait « kiffer », ce final se montre-t-il à la hauteur ? Scott Pilgrim a-t-il la conclusion qu’il mérite ?

Scott Pilgrim tome 6 : Finest Hour de Bryan Lee O’Malley est édité par Milady Graphics et est disponible à la vente depuis juin 2011.

Résumé de Scott Pilgrim Finest Hour chez Milady Graphics

Depuis que Ramona est partie, Scott Pilgrim est à la dérive, complètement léthargique. Pourtant ses amis essaient de lui remonter le moral. Mais rien à faire, même en rêve il pense à elle.

Pourtant un soir, il va réussir à se bouger pour se rendre à une soirée. Là-bas il croisera Knives qui vient d’avoir 18 ans. Ensemble ils vont évoquer les moments passés ensemble. Scott va lui proposer de faire l’amour mais comme amis. Ce que la lycéenne refuse. Mais ils finissent quand même par s’embrasser. Mais le résultat n’est pas à la hauteur.

Après cela, Scott va rencontrer une autre ex : Envy.

Pour se remonter le moral, Scott va partir voir Kim chez ses parents et se mettre au vert. Il espère réussir à reprendre sa vie en main et aller de l’avant afin d’affronter Gideon et se remettre avec Ramona.

Accepter son passé et aller de l’avant

Le moment que je redoutais depuis que j’ai commencé à dévorer Scott Pilgrim est arrivé : la fin de cette série. La question qui se pose c’est de savoir comment Bryan lee O’Malley va réussir à conclure son œuvre après avoir réussi à créer un univers si barré, avoir rendu ses personnages si attachants ?
La conclusion va-t-elle se montrer la hauteur ?

La réponse est oui et re-oui !

Le résultat est à la hauteur des attentes. Scott Pilgrim a une fin digne de la qualité de la série, malgré toute la frustration de savoir que c’est la dernière fois qu’on suivra Scott et Ramona.

On y retrouve tout ce qui fait la singularité de ce comic, donc on ne sera pas perdu.

Dans la première partie, on y verra un Scott perdu, désorienté et ne sachant pas où il en est de sa relation avec Ramona. Il fera un point sur ses précédentes relations amoureuses de Knives à Kim, en passant par Envy. Ce retour aux sources du personnage va lui permettre de remonter la pente afin de  se battre littéralement contre lui-même, pour reconquérir Ramona. C’est une métaphore de son passage de l’adolescence à l’âge adulte. Au cours des 6 tomes ont a vu Scott changer et devenir de plus en plus mâture (mais à sa façon, hein donc totalement adulescent quand même).

Les relations sentimentales ont toujours été importantes dans ce comic. Elles nous ont toujours offertes, des moments drôles, touchants, irréalistes mais parfois on s’y retrouve. Ces relations sont traitées à la manière d’un Bryan Lee O’Malley, donc complètement barrées, survitaminées, bourrées de référence à la pop-culture et très rock !

Même si cette première partie est un peu lente (dans le sens pas beaucoup d’action), elle permet de creuser encore Scott Pilgrim, qui est vraiment un personnage terriblement attachant. L’auteur prend le temps de le développer. Cette phase suit un cheminement logique pour amener à la seconde partie du tome, déjà plus rythmée.

La narration est un exemple de maîtrise. Bien que le rythme soit stromboscopique, l’enchainement est fluide, travaillé et tellement personnel !
Dans cette partie, Scott va affronter Gideon, avec pas mal de rebondissements qui tiennent en haleine.

Et là, c’est une orgie visuelle et créative.

Tout est ultra référencé, très orienté jeu-vidéo. C’est construit à la manière d’un niveau de jeu vidéo (typé RPG) avec en point d’orgue le boss final.

Cette ultime phase, clôturant cette série, est incroyablement dense, enchainant de l’action pure et dure, du fun, de l’humour déjanté, des passages complètement hallucinants et improbables, mais aussi de la romance et de l’amitié.

Bien que complètement WTF ! jouissif au possible, matérialisation de tous les délires geek de son auteur, cette conclusion reste raccord avec ce qui a été fait avant et parait être la conclusion logique, dans le fond et la forme. Un bouquet final délirant et marquant. Quel panard à la lecture !

Et ce d’autant plus que le style cartoony de l’artiste, ses trouvailles graphiques donnent un dynamisme et une personnalité incroyable. Certes, c’est pas très beau, ça ne donne pas envie quand on le feuillette, mais au final, on se dit que c’est le style qu’il fallait à Scott Pilgrim. C’est indissociable et impensable d’imaginer autre chose !

Bryan Lee O’Malley conclue son titre merveilleusement bien, totalement en adéquation avec les précédents tomes, et en n’oubliant pas tous les aspects qui fait que Scott Pilgrim est Scott Pilgrim, un OVNI dans la production comic.

J’ai adoré cette série et ce tome. O’Malley m’a attrapé par la main, présenté son délire visuel, ses personnages attachants. Il m’a fait rentré dans son délire pour ne jamais me lâcher, en me portant sur 6 tomes pour m’amener à cette conclusion.
Et c’est à ce moment là que j’ai réellement pris conscience que c’était fini, que je ne pourrais plus me plonger dans Scott Pilgrim. Là, la nostalgie, la frustration m’a envahit.

Pour conclure, Bryan Lee O’Malley nous propose une fin à l’image de son comic : géniale, poignante et délirante. Cette série barrée, inclassable, complètement WTF!? m’aura totalement conquis. Ça a été un vrai bonheur de lire Scott Pilgrim. Je me suis éclaté à lire tous ces délires, mais tout en ayant beaucoup d’empathie pour Scott mais aussi tous les autres personnages. Car ce n’est pas seulement Scott et Ramona c’est toute une galerie de personnages charismatiques et empathiques.

Bref, Scott Pilgrim est un comic totalement à part, culte et totalement jouissif. Un vrai coup de cœur pour ce titre. Merci Milday Graphics d’avoir publier ce titre.

Même s’il est très spécial de premier abord, quand on rentre dedans c’est juste une bombe. Une œuvre culte, indispensable à toute bibliothèque.

Trouvez-vous que cette fin soit à la hauteur ? Avez-vous ressenti cette sensation étrange de ravissement à la fin de lecture mais de déception de savoir que c’est fini ?

Laisser un commentaire »