. Saint Seiya, The Lost Canvas – tome 5 | Fant'asie
Kameyoko 04/06/2009 5

Saint Seiya, The Lost canvas - Tome 5

Saint Seiya, The Lost Canvas – Tome 5

Aldebaran chevalier d’or du Taureau, prédécesseur d’Aldebaran

Cela fait maintenant quelques tomes que Teshirogi nous présente ses chevaliers d’or un à un. Elle nous les présente d’une façon à nous faire remarquer les similitudes existantes  (chara design, attaques…) tout en soulignant les différences (caractères…) avec ceux de l’époque à Seiya. Nous avons eu le droit à Albafica le chevalier d’Or du Poisson, à Asmita chevalier d’Or de la Vierge. Cette fois-ci c’est Aldebaran chevalier d’Or du Taureau qui nous est présenté et qu’on voit en action.

Teshirogi s’amuse à perturber nos références sur ces chevaliers, soit en les réhabilitant soit en les rendant moins charismatiques. La mangaka réserve-t-elle le même traitement au chevalier maîtrisant la « Great Horn »?

Mais avant cela un petit résumé

Résumé de ce tome 5

Le résumé de Kurokawa :
« Kagaho, le spectre du Bénou s’est introduit à travers le champ de force d’Athéna !!Mais il va trouver le Chevalier d’Or du Taureau, Aldebaran, sur son chemin. Une lutte d’une intensité rare s’engage entre les deux valeureux guerriers !Ne manquez pas ce formidable combat qui oppose le terrible Spectre au noble Chevalier d’Or ! « 

Mon propre résumé ne va  guère aller plus loin. Asmita le chevalier de la vierge, grâce aux fruits du Magnolier des Enfers, a réussi à rendre les spectres mortels. Mais le prix à payer est lourd puisque celui-ci meurt; Tenma ne pouvant qu’assister à ses derniers moments.

Les spectres revenus à la vie depuis le combat contre Albafica reprennent leur mission : tuer Athéna. Mais sur leur route ils vont croiser Aldebaran le chevalier d’Or du Taureau qui n’en fait qu’une bouchée. Mais un nouveau spectre avec une puissante cosmo-énergie fait son apparition : Kagaho du Bénou.

En gros ce tome est en grande partie consacré au combat entre Aldebaran et Kagaho.

Un combat titanesque entre le Taureau et le Bénou

Vous l’aurez compris ce tome est très axé sur l’action et le combat; le scénario tenant sur un post-it. Concrètement, ce tome ne fait pas avancer l’histoire. Il nous permet simplement de voir un autre chevalier d’or en action.

En revanche, le volume se termine par deux petits points alléchants : l’apparition d’un nouveau chevalier d’or et l’apparition de sa Majesté Hadès lui-même (en espérant que ce ne soit pas du flan).

Le chevalier d’Or du taureau est donc le personnage central de ce tome. Là où Teshirogi arrivait à différencier les nouveaux des anciens Gold Saint, ici je trouve que ce personnage est trop proche de celui que nous connaissons. C’est un chevalier puissant, qui forme des disciples tout en leur inculquant sa rhétorique. Donc un chevalier avec un bon fond, mais finalement assez plat. Même niveau puissance, en tant que représentant du signe astrologique du taureau, on se doute que sa puissance est assez importante mais ça s’arrête là. A part son attaque « Great Horn » il n’a pas grand chose d’autre. Ca fait un peu léger pour un membre appartenant à la caste la plus puissante de la chevalerie. Par contre, j’ai beaucoup aimé le fait de le faire paraître moins colossal, plus fin. Ca donne plus de charisme à ce personnage.

En revanche j’ai trouvé son adversaire beaucoup plus intéressant que se soit au niveau de sa puissance et de la variété de ses attaques que de sa personnalité. Il est un peu moins manichéen que ce qu’on pourrait imaginer. Cependant il faut relativiser ce n’est pas non plus extrêmement fouillé et complexe.

Un autre point qui m’a gêné c’est la façon dont cela se finit avec Asmita. A cause d’un découpage un peu bizarre du manga, cette scène sensée être un peu poignante tombe comme un soufflé. Forcément toute « la mise en bouche » s’est faite dans le Lost Canvas tome 4, et là, la fin est balancée comme ça. Du coup ça tombe comme un cheveu sur la soupe.

Concernant le combat, il est assez intéressant, peut être un des meilleurs depuis le début. Mais du fait du manque d’intérêt de ce chevalier d’or il n’atteint pas les sommets qu’il pourrait avoir.

Concernant le dessin, la mangaka nous livre une fois de plus des planches de fortes belles factures bien au-dessus de Kurumada. Certaines cases sont magnifiques avec beaucoup de détails, une volonté de magnifier les armures.

Néanmoins, le pendant de cela, c’est que j’ai trouvé le dessin assez fouillis. J’ai eu beaucoup de mal à saisir l’action et à visualiser ce que voulait montrer l’auteur.

Au final, c’est un tome qui m’a pas mal déçu. L’histoire n’avance pas trop, ce chevalier m’a parut un peu fade, et j’ai trouvé le tout brouillon. Paradoxalement, le combat est très intéressant et les dessins sont sublimes.

Saint Seiya The Lost Canvas commence à sombrer dans le train-train en présentant de nouveaux chevaliers d’Or. Le risque c’est que l’ennui risque de bientôt arriver. Ce manga a besoin d’un tome fort, prenant, profond et qui fasse avancer l’histoire au risque, sinon, de tomber dans certains mauvais cotés de Kurumada.

Et vous qu’en avez-vous pensez de ce Aldebaran? La succession de chevaliers d’or est-elle positive ou au contraire enlise la narration?

5 commentaires »

  1. Bakasan 04/06/2009 at 19:02 -

    Personnellement, je trouve que cette série souffre de deux gros défauts:
    -la narration est vraiment mauvaise, les transitions entre les différentes scènes ne sont maladroites, les ressorts scénaristiques usent de la facilité, on passe du coq à l’âne comme qui dirait! Le scénario se repose trop sur l’univers et le fait qu’on connaisse déjà les chevaliers du zodiaque.
    -les personnages sont mal introduits et pas assez profond, trop surfait, pas assez developper…

    si on ajoute à ça un dessin qui laisse parfois à désiirer et des combats parfois ridicules, la série n’a rien pour ellle^^ »

  2. Kameyoko 04/06/2009 at 22:31 -

    @Bakasan : C’est des défauts qu’on retrouvait aussi chez Kurumada. Mais c’est vrai qu’ici Teshirogi part peut être trop du principe que le lecteur est familier à Saint Seiya.

    Par contre pour les dessins je ne suis pas forcément d’accord. Je le trouve au global assez bon notamment pour les armures.

    « La série n’a rien pour elle » je suis pas d’accord. Elle a pour elle au moins la licence. Rien que pour ça je vais poursuivre. Mais autrement, j’aime bien quand même, même si ça met du temps pour arriver à une intrigue convenable. Les combats, le dessin, et la nostalgie font passer un bon moment.

    De toute façon je revendique mon coté subjectif. 😛

  3. Parisien93 06/06/2009 at 20:41 -

    Moi j’ai adoré cet tome, et j’aime beaucoup la série globalement. Le volume 3 et 5 sont les meilleurs avec la réhabilitation du chevaliers des poissons et du taureau.

  4. Helios 09/06/2009 at 22:39 -

    Je n’ai pas lu ce tome mais je voulais laisser un commentaire pour te dire que ton article est très bien écrit et soigné (malgré tout de même pas mal de répétitions) mais bon ^^ ça fait quand même plaisir de trouver des articles rédigés correctement.

  5. Kameyoko 10/06/2009 at 11:17 -

    @Helios : Merci. Je fais encore beaucoup trop de fautes et de répétitions mais promis j’essaie de m’améliorer. Je ne suis pas un littéraire 🙂

Laisser un commentaire »