. Reine d'Egypte – tome 1 de Chie Inudoh | Fant'asie
Kameyoko 08/06/2017 1
  • Scénario
  • Graphisme

Reine d'Egypte - tome 1

Reine d’Egypte – tome 1 de Chie Inudoh

Future grande reine egyptienne

Ki-oon a récemment lancé un nouveau label plus « grand public et universel » nommé Kizuna. Et le premier titre de cette collection est ce Reine d’Egypte. Mais qu’est-ce qui se cache derrière ?
Reine d’Egypte – tome 1 de Chie Inudoh est édité par Ki-oon et est disponible à la vente depuis le 09 mars 2017

Résumé de Reine d’Egypte 1 chez Ki-oon

Résumé de l’éditeur :

C’est le début d’une nouvelle ère dans l’Égypte des pharaons : le mariage de la jeune Hatchepsout et de son demi-frère Séthi fait de ce dernier l’héritier légitime du trône, sous le nom de Thoutmosis II. Représentants des dieux sur terre, ils resplendissent sous leurs parures et forment à première vue un couple parfait. Seulement, sous ses airs d’épouse idéale, Hatchepsout cache une colère profonde… Elle ne veut pas être simple reine, mais plutôt devenir pharaon elle-même, comme son guerrier de père ! Enfant, elle ne cessait d’humilier Séthi au combat à l’épée, et elle est imbattable au tir à l’arc. Pourquoi ne serait-elle pas digne d’accéder au rang suprême, juste parce qu’elle est née femme ? Pour Hatchepsout commence alors un combat pour s’affranchir des conventions ancestrales d’une des plus grandes civilisations du monde !

L’histoire de Hatchepsout

Ce Reine d’Egypte s’intéresse à Hatchepsout, première femme à avoir diriger l’Egypte ancienne. Le récit commence avant sa prise de pouvoir, lorsque Thoutmosis Ier décide de renoncer au pouvoir. Ce pharaon connu pour ses exploits guerriers et sa grande force va laisser sa place à son fils Sethi, qui épousera sa demi-soeur Hatchepsout. Sauf que cette dernière n’est pas encore prête à être une reine de « gala ». Elle refuse de laisser son statut de « femme » dicter sa vie et sa place dans la société. Elle va devoir prouver sa valeur et lutter contre le pouvoir et les coutumes.

Outre sa thématique autour de l’Egypte ancienne, finalement peu utilisée en manga, et sa dimension un peu historique (même si j’avoue ne pas savoir dans quelles mesures c’est juste historiquement), ce Reine d’Egypte va aborder de manière directe la place de la femme dans ces sociétés et la place qu’on leur accorde.

Pour ce qui est de la représentation de l’Egypte antique, Chue Inudoh effectue un vrai travail de véracité. On sent dans les détails : vêtements, monuments, structure sociétale, faits historiques… que la mangaka a effectué un vrai travail de recherche. Ce qui donne un récit immersif, crédible et donc instructif. Car au-delà des détails « esthétiques », il y a un vraie volonté de dépendre la société de cette époque, l’importance des pharaons, la place de la femme… Et c’est clairement central dans l’intrigue.

Ce premier tome va beaucoup insister sur la psychologie et la personnalité de Hatchepsout. Elle en est vraiment le personnage central et on suit tout son parcours. Le fait de savoir qu’elle a vraiment existé rend encore plus passionnante cette histoire. Rapidement, elle devient reine, et ce n’est que par flashbacks qu’on en apprend plus sur son enfance / adolescence. Et on voit une jeune fille éprise de liberté, fougueuse et qui s’avère excellente en combat. Elle est même meilleure que son demi-frère Sethi sur bien des points. Mais son statut de femme l’empêche de briguer plus que la place presque honorifique de Reine. Tout au long du récit, on la voir refuser ce que la société lui impose pour avoir plus d’influence sur le devenir de son peuple. Tout d’abord elle devra s’afférer en tant que Reine, prouver qu’elle peut diriger mais aussi répondre aux aspirations de son peuple.

Mais la magaka a eu la bonne idée de l’entourer de quelques personnages secondaires importants. Elle souligne ainsi l’importance de soutien dans son destin. Seule, elle ne peut s’opposer à ce système patriarcal. Et l’auteure va insister sur la constitution de son probable cercles de proches (un peu comme dans Arslan). A cet effet, les personnages de Tabia, une experte en séduction et de Sennout, sorte de bureaucrate expert, sont terriblement intéressants. Surtout ce dernier qui va la suivre alors que c’est un « homme » faisant parti intégrante de la société, et qui pourtant semble être porteur du souffle de rébellion.

Malheureusement, je trouve que certains personnages sont un peu trop caricaturaux, en commençant par Sethi (devenu Thoutmosis II depuis qu’il est pharaon) assez antipathique, complètement égocentrique et incompétent. Certes, il fait facilement figure de « méchant » et de l’homme à renverser, mais sa caractérisation est un peu trop simpliste à mon goût.

Si à la lecture vous faîtes le rapprochement avec Bride Stories c’est un peu normal. Les deux mangas partagent beaucoup de points communs : une héroïne forte, la dimension historique, la finesse du personnage principal, la fine description d’un peuple et aussi le coup de crayon.
En effet, Chie Inudoh, tout comme Kaoru Mori, a cette recherche de la finesse et du détail. Toutes les cases sont pleines de détails avec un vrai travail sur les tenus, décors et tous ces petits trucs qui aident à l’immersion. Si je trouve le travail de Mori plus fin, Inudoh réalise aussi des planches de toute beauté. Comme pour contrebalancer cette finesse historique, ses personnages ont un côté très manga, rond qui donnent un côté plus accessible, plus grand public.

Pour conclure, ce Reine d’Egypte – tome 1 de Chie Inudoh offre de très belles promesses. Cette introduction est très réussie et nous plonge aisément dans cette Egypte Ancienne avec cette volonté de suivre les pas de Hatchepsout dans sa recherche d’émancipation et de briser les codes de sa société pour mieux l’aider. Son héroïne forte et intéressante, la minutie du graphisme, l’impression de recherche historique qui se dégage, la description sociétale font que la lecture est passionnante. Les pages défilent sans que l’on s’en rende compte. Ce qui fait beaucoup de points communs avec Bride Stories. Or ce dernier étant excellent, on peut donc espérer que la Reine d’Egypte soit à la hauteur ! Vivement le tome 2 !

Un commentaire »

Laisser un commentaire »