. Q – tome 1 de Tatsuya Shihira | Fant'asie
Kameyoko 20/05/2016 1
Q – tome 1 de Tatsuya Shihira
  • Scénario
  • Graphisme

Q - tome 1

Q – tome 1 de Tatsuya Shihira

Ne pas lever les yeux au ciel !

Et la palme du titre le plus court revient à Q ! Difficile de voir ce qui se cache derrière ce titre, d’autant plus que la couverture ne va pas aider non plus.
Mais la lecture du synopsis nous éclairera et montrera un potentiel certain. Se confirme-t-il dans les faits ?

Q – tome 1 de Tatsuya Shihira est édité par Ki-oon et est disponible à la vente depuis le 25 février 2016.

Résumé de Q tome 1 chez Ki-oon

Résumé de l’éditeur :

Voilà déjà dix ans que, dans un monde désormais en ruines, une mystérieuse sphère, Solaris, est apparue dans le ciel. Créature d’une autre dimension ou envoyé des dieux missionné pour punir les humains ? Nul ne le sait. Une seule certitude : la regarder en face provoque l’apparition immédiate sur terre d’oeufs géants qui donnent naissance en quelques heures à des monstres effrayants, les Demi, détruisant tout sur leur passage. L’humanité est réduite à vivre dans la crainte, échine courbée, et regard fixé au sol. Le jeune Rem Serizawa, voyou au grand coeur qui peine à assurer la survie du groupe d’orphelins dont il s’occupe, tombe un beau jour sur une petite fille qu’il sauve in extremis des griffes d’un de ces monstres. Mais l’enfant cache un pouvoir incroyable : c’est une extra-terrestre capable de dévorer les Demi ! Très vite, la fillette va attirer le regard et les convoitises des organisations qui luttent pour la destruction de Solaris…

Un étrange monde post-apocalyptique.

Q se passe dans un monde post-apocalyptique où des monstres déciment la population. Cela pourra faire penser à du Hakaiju, Vs Earth ou autre manga de ce type. Mais ce Q a plusieurs spécificités qui ont font un titre à part.
Tout d’abord, Tatsuya Shihira a un postulat de base assez étrange, voir même WTF. Ainsi, dans le ciel, une gigantesque et mystérieuse créature appelée Solaris est apparue. Mais la petite particularité c’est que dès qu’on la regarde, elle envoie sur Terre ses engeances : des œufs qui deviennent rapidement d’horribles créatures : des Demis. Ces créatures se développent et ont des puissances destructrices différentes. De fait, plus personne n’ose regarder le ciel et il est même interdit de le faire.

C’est dans ce monde ravagé que vit notre héros : Rem. Ce garçon, un peu étrange voir louche de prime abord, exerçant des activités peu recommandables est rapidement présenté comme un bienfaiteur. Il prend soin d’une communauté d’orphelins. Ce dernier semble bien savoir comme échapper, voir lutter contre les montres issus des oeufs.
Un jour, il va sauver une jeune fille des griffes d’un Demi. Il s’agit de l’énigmatique Q. La jeune fille se révèle ne pas être une pauvre fille sans défense. Au contraire, avec ses bras particuliers, elle est capable de dévorer les monstres.

Rien qu’avec ce bref résumé, on se doute que nous ne sommes pas devant un titre classique. Les éléments introduits sont divers, atypiques, voir même parfois sans rapport. Pourtant malgré tout, le scénariste arrive à créer quelque chose de singulier à partir de ce bric-à-brac.

Le premier point qui attire l’œil est le monde post-apocalyptique, détruit par des créatures énigmatiques. Cet aspect est bien retranscris via de superbes décors ravagés. L’aspect survie est également abordé via Rem et son groupe d’orphelins qui éprouvent beaucoup de difficulté à se nourrir et survivre aux attaques des Demis.

En plus de ça, on trouve aussi ces fameux Demis, dont on e sait rien et aux designs effrayants. Le mystère est également entier sur Solaris. On ne sait encore pas grand chose d’elle si ce n’est la menace qu’elle représente et cette « règle » très originale de ne pas devoir regarder en l’air.

Il y a également tout un thème sur un monde protégé et réservé à l’élite faisant miroiter des développements possibles autour de cette dichotomie avec le monde de Rem.

A ces points, nous pouvons rajouter la présence d’armes et de troupes d’élites qui seront probablement encore développées par la suite. Mais le point le plus WTF, le plus improbable, est cette mystérieuse Q, adepte de donuts, pourvue de long bras étranges et dont on ne sait rien. Sauf qu’elle pourrait être la solution face aux Demis. On ne sait rien sur ce qu’elle est, qui elle est et ces desseins. Par contre, même sans ça, elle s’attire la sympathie rapidement grâce à son charadesign, sa candeur et son manque de connaissance du monde et des mœurs humaines. Sa relation avec Rem promet également. Au départ, le jeune homme s’en méfie et ne sait pas encore quoi penser d’elle. S’en suit une phase de rejet, somme toute classique, qui va sûrement se changer en amitié par la suite.

Rem est un personnage pour l’instant un peu classique, sorte de faux bad boy mais au grand coeur, cachant un lourd passé. Pourtant, on sent un certain potentiel en lui, du fait de son passé et de ses anciens liens, même s’il déçoit un peu dans un premier temps. Les autres personnages, eux, sont encore un peu en retrait et pas très développés.

 

Mais  avec ces thèmes forts et dramatiques, Tatsuya Shihira n’en oublie pas de parsemer son récit de moments drôles. L’humour est bien présent, jouant sur le farfelue et sur le décalage entre le comportement de Q, sa force et surtout le comportement normal d’un humain. Et puis on s’amusera de sa façon de « dévorer » les Démis, en toute décontraction.

 

Graphiquement, le dessin de Tatsuya Shihira est très réussi. On l’a déjà abordé mais les décors et arrières-plans sont fouillés et très réussis. Ses charadesigns sont dans l’ensemble réussis notamment au niveau des monstres. J’émettrais plus de doutes sur Rem. Malgré l’aspect post-apocalyptique, le potentiel destructeur des Démis, le tout est lisible et compréhensible, sans avoir l’impression que c’est surchargé.

 

Pour conclure, Q – tome 1 de Tatsuya Shihira est une série aussi étrange qu’enivrante. Les thèmes, les idées sont variées mais encore un peu brouillonnes. On ne sait pas encore bien ce que le mangaka va pouvoir tirer de tout ça. Mais le charme fonctionne quand même, et on pourrait avoir là un titre original mais bien maîtrisé. Le potentiel est à l’évidence présent avec ce monde en ruine, ces créatures, cette Q intrigante et un graphisme percutant.

Hâte de lire la suite pour y voir plus clair sur les intentions de l’auteur !
Et vous qu’en avez-vous pensé ? Ces éléments fonctionnent-ils bien ensemble ?

Un commentaire »

  1. Yveline Perrier 04/08/2021 at 18:37 -

    Dans un futur proche, une mystérieuse sphère que les humains ont appelée Solaris s’est installée dans le ciel. À chaque fois que quelqu’un regarde le ciel, Solaris lâche un œuf de monstre qui détruit tout alentour. Rem se bat contre ces monstres et a pris sous son aile tout un groupe d’orphelins aidé par Mana.

Laisser un commentaire »