. Prophecy – tome 3 de Tetsuya Tsutsui | Fant'asie
Kameyoko 14/03/2014 0
  • Scénario
  • Graphisme

Prophecy - tome 3

Prophecy – tome 3 de Tetsuya Tsutsui

La conclusion de ce thriller technologique

Prophecy est un manga issu de la collaboration direct entre l’éditeur français Ki-oon et un de ses mangaka chouchous : Tetsuya Tsutsui. Ce seinen jouant la carte des nouvelles technologies était prometteur.
Il avait aussi l’avantage de n’être qu’en trois tomes. Le mangaka est un habitué des formats courts entre son Duds Hunt, Manhole ou Reset.

C’est donc avec ce tome que le lecteur va voir comment va se finir l’histoire de Paperboy !

Prophecy – tome 3 de Tetsuya Tsutsui est édité par Ki-oon et est disponible à la vente depuis le 12 décembre 2013.

Résumé de Prophecy 3 chez Ki-oon

Résumé de l’éditeur :

Cette fois, la police connaît enfin le visage de Paperboy ! Mais ce dernier ne compte pas en rester là : voilà qu’il poste une nouvelle vidéo dans laquelle il prédit la mort de Tadashi Shitaragi, politicien véreux partisan d’un strict contrôle du web…
Alors que les forces de l’ordre s’organisent pour assurer la protection du député, la pression devient trop forte pour Kôichi, qui craque et appelle la police. Ce sont maintenant deux membres du groupe qui sont dans le collimateur de l’inspecteur Yoshino… Les mystérieux hommes masqués parviendront-ils à mener leur grand projet à terme avant que le couperet ne tombe ?
Le dénouement palpitant de ce thriller-choc où se mêlent avec brio les thèmes de prédilection de Tetsuya Tsutsui : injustice sociale, vengeance et nouvelles technologies.

Et les motivations de Paperboy sont… ?

Ce 3ème opus de Prophecy marque la conclusion de ce seinen. Tetsuya Tsutsui aime bien proposer des oeuvres courtes et percutantes. C’est ce qu’il essaie de faire avec ce Prophecy. Mais y arrive-t-il ? Réponse : Oui et non. Je sais, c’est une belle réponse de Normands. Mais je vais tenter de développer ça un peu plus.

Avec ce genre de manga, la fin est prépondérante. Elle peut gâcher complètement une série, ou au contraire la sublimer. Car souvent, la conclusion, à base de grandes révélations remet en perspectives les événements passés et donnent un sens à tout les agissements précédents. Il est donc primordial de soigner la conclusion pour éviter le fameux effet « soufflé qui retombe ».

Et là malheureusement, c’est un peu le sentiment que j’ai eu. Pourtant, il est évident que Tetsuya Tsutsui maîtrise son récit. Les éléments se mettent bien en place. La tension s’accroit au fur et à mesure que l’on tourne les pages. Que se soit du côté des Paperboys ou des inspecteurs, chacun déplace ses pions pour nous livrer la conclusion finale. Il y a quelques rebondissements intéressants qui intensifient là encore le suspense. Tout se termine sur une série d’événements, de manipulations, très bien programmés et avec beaucoup de minutie. Le mangaka maîtrise donc clairement le rythme, avec cette montée crescendo en puissance et tous ces éléments qui s’emboîtent pour arriver à cette fin qui m’a déçu. Disons plutôt que c’est le choix de l’auteur qui m’interpelle.

Ce dernier prend un risque, propose une fin un peu différente de ce que l’on a l’habitude de voir. Si on part du postulat instauré par l’auteur cela se tient. Evidemment, il y a quelques invraisemblances, incohérences et facilités mais rien de bien méchant. Mais cela a beau tenir la route, je n’ai pas été emballé par les motivations des paperboys, de la conclusion de cette affaire et du rôle de l’inspecteur Yoshino. Même si cette dernière gagne en charisme, le rôle qu’elle joue dans cette résolution d’enquête me gêne un peu. Elle qui est si talentueuse, si fière et fonceuse, subit un peu trop. Très honnêtement je me suis dit « Tout ça pour ça ! ».
Néanmoins, il faut aussi lui reconnaître qu’il a su bien utiliser les nouvelles technologie et le virtuel pour faire avancer son histoire. Il y a quelques grosses ficelles mais les nouvelles technologies ont clairement le statut de personnage secondaire important.

Il m’est difficile d’expliquer plus en détail mon point de vue sans vous spoiler la fin. Disons qu’il fait le boulot, explique bien tout, mais de la part de Tetsuya Tsutsui, je m’attendais à mieux. Surtout que cette fin n’utilise pas outre mesure tout le discours qu’on avait entraperçu sur internet, ses dangers, la critique du buzz pour le buzz, la sécurité derrière l’anonymat… Internet et les nouvelles technologie ont été un moyen et non une fin en soit. Ce qui est dommage car lors des deux premiers tomes il avait bien réussi à mettre le doigt sur ses dérives, tout en montrant la puissance de ce dernier.

Mais ne boudons pas notre plaisir car Prophecy aura été un bon manga, avec un mangaka sachant parfaitement où il nous emmènerait.

Graphiquement, ça reste du Tetsuya Tsutsui, avec une volonté d’être réaliste. Son trait est aéré, clair et ne se charge pas de détails superflus. Il parvient à trouver l’équilibre entre lisibilité, clarté et réalisme. On pourrait lui reprocher certaines cases un peu vides, qui mériteraient d’être plus fournies. Mais son style réaliste est immersif et on se plonge dans cet univers technophile sans souci.

Pour conclure, c’est un sentiment partagé que j’ai à la lecture de Prophecy – tome 3, dernier tome de cette série. Autant j’ai le sentiment que Tetsuya Tsutsui maîtrise son sujet, parvient aisément à nous embarquer dans son histoire, à faire vivre ses rebondissements et à tirer parti des révélations précédentes, autant il déçoit sur la toute fin, notamment dans les motivations des coupables et dans le rôle de l’inspecteur Yoshino.
Ce n’est pas mauvais en soit, c’est juste qu’on attendait mieux de ce sujet, de cette thématique internet et surtout du mangaka. Mais il a au moins le mérite de nous surprendre jusqu’au bout.

Et vous qu’avez-vous pensé de cette conclusion (sans spoiler) ? Partagez-vous mon sentiment mitigé ?

Laisser un commentaire »