. Princess Jellyfish – tome 1 d'Akiko Higashimura | Fant'asie
Bagooor 14/11/2011 0
  • Scénario
  • Graphisme

Princess Jellyfish tome 1 d’Akiko Higashimura

La passion des méduses

Les histoires sur les Otakus semblent être plus ou moins à la mode en ce moment et les éditions Akata sortent leur titre sur le sujet.

Ayant entendu beaucoup parler sur ce titre, je l’ai lu sans grande conviction, pour finalement apprécier cette lecture très sympathique.

Dans Princess Jellyfish, nous suivons la vie de Tsukimi, passionnée de méduses vivant dans une résidence réservée aux femmes otakus.

La série compte actuellement 8 volumes au Japon.

Résumé du tome 1

Tsukimi est une jeune fille qui rêve de devenir illustratrice.
Pour cela, elle part vivre à Tokyo où elle vivra dans une résidence avec 5 autres jeunes femmes. Cette résidence est interdite aux hommes et toutes les habitantes de celle-ci ont une passion.

Pour Tsukimi, il s’agit des méduses. Elle s’est vraiment intéressée aux méduses depuis une visite dans un aquarium avec sa mère, peu avant le décès de celle-ci.
Elle est tellement attirée par les méduses que Tsukimi en dessine énormément et passe beaucoup de temps à l’animalerie du coin à regarder les méduses dans les aquariums.

Mais un beau jour, elle remarquera que 2 méduses de races différentes partagent leur aquarium. Or l’une d’elle risque de mourir si elles restent toutes les 2 ensembles.
Prenant son courage à deux mains, elle va tenter de prévenir le vendeur, sans grand succès.

Heureusement qu’elle fera la rencontre de Kurashita, qui lui permettra de remporter avec elle la méduse qui était sur le point de mourir.
Tsukimi vient de se faire une nouvelle amie !

Une découverte amusante

Je dois dire que ce premier volume de Princess Jellyfish est une très bonne découverte.

L’histoire s’intéresse dans un premier temps à un petit groupe de filles, toutes Otakus ! Chacune à sa passion et cela va de la passion des trains à celle des méduses, en passant par la mangaka réalisatrice de Boy’s Love, toujours cloîtrée dans sa chambre.

Les personnages ne sont par contre pas facilement attachants, car très particulier. La fille fan des trains est par exemple assez étrange, car elle a une coupe de cheveux afro très volumineuse, ce qui donne bien souvent lieu à des situations amusantes.

Ce qui rend la galerie de personnages intéressante c’est leur décalage avec le reste du monde. Elles ne veulent surtout pas vivre avec des hommes et ont même des difficultés à pouvoir s’adresser à eux. Mais leurs passions les rends tout de même un peu attachantes, malgré des thèmes très différents (les trains, les vieux, les poupées, les 3 Royaumes et les Boy’s Love).
Le petit groupe d’Otaku a ses petites habitudes, mais tout cela va être changé par l’arrivé d’un personnage vraiment différent !

Tsukimi est la jeune fille au centre de ce récit, mais elle ne sort pour le moment pas de l’ordinaire. Elle est comme ses colocataires, passionnée par les méduses. C’est en présence de Kurashita que Tsukimi va commencer à évoluer.
Elle servira de lien entre le petit groupe d’otaku avec lequel elle vit et le monde extérieur.

Bien que cela soit un petit peu prévisible, la véritable nature de Kurashita permet de tenir correctement le récit, ajoutant une bonne dose d’humour et des situations vraiment loufoques. Il n’était pas rare durant ma lecture d’esquisser un sourire face à la situation de Tsukimi devant ses colocataires.

Avec les pistes lancées par Akiko Higashimura, il est difficile de savoir pour le moment comment évolueront les choses. Le groupe de jeunes filles parviendra-t-il à faire accepter auprès des autres leurs façons de vivre ? Ou bien s’ouvriront-elles au monde extérieur ?

Malgré un avenir un peu flou, ce premier volume de Princess Jellyfish est une lecture très agréable, qui ne m’a pas ennuyé une seule seconde. Le récit n’a rien de très exceptionnel, mais la narration et les scènes de vie de ce groupe d’Otaku est vraiment très sympathique à découvrir et à suivre.

Le dessin rappel l’aspect shojo de l’oeuvre, mais nous n’avons pas droit à des pages surchargées, ce qui rend la lecture très fluide et facile. Au début j’ai eu un petit peu de mal avec les personnages, qui ont vraiment des visages très ronds et des grands yeux, mais une fois la surprise passée, on s’y fait vite et cela ne gêne pas à la lecture.

Ce premier tome de Princess Jellyfish est donc une très bonne lecture et j’espère que le second tome confirmera cette impression.

Qu’avez-vous pensé de ce premier tome ? Suivrez-vous la suite de cette histoire ?

Laisser un commentaire »