. Plum, un amour de chat – tomes 1 et 2 par Natsumi Hoshino | Fant'asie
Bagooor 31/10/2014 0
  • Scénario
  • Graphisme

Plum, un amour de chat tomes 1 et 2 par Natsumi Hoshino

Après la lecture de Yanaka chez Komikku, j’ai pu découvrir les 2 premiers volumes de Plum, édités chez Soleil Manga.

Le titre est également consacré aux chats, mais avec un traitement bien différent.

Les enfants sont donc maintenant une cible intéressante pour les éditeurs, qui développent de plus en plus des collections à destination de ce public. C’est un investissement sur la durée.
Mais est-ce que tous les titres de ces collections valent le coup ?

Plum est édité par Soleil et la série compte actuellement 8 volumes au Japon.

Résumé des tomes

Plum est une petite chatte qui vit heureuse dans sa famille. Un jour, elle voit tomber du ciel une petite boule de poils noire ! Il s’agit d’un chaton seul et affamé qu’elle prend en affection et ramène à la maison. Ses maîtres décident immédiatement de l’adopter et de l’appeler Flocon en raison de ses deux petites taches blanches sur la tête. Mais Plum va vite commencer à croire que cette idée n’était pas la meilleure. Car qui va accaparer l’affection de ses maîtres ? Qui va taper dans les croquettes ? Et qui va lui piquer les meilleures places de la maison ? C’est Flocon ! Plum parviendra-t-elle à cohabiter avec son nouveau compagnon ?

Résumé de l’éditeur

Des chats tout mignons

Les titres sur les animaux sont à la mode dernièrement. Et plus particulièrement les chats.

Glénat Manga a lancé la série Chi, Komikku a publié Yanaka et Soleil s’est lancé sur Plum, une série toujours en cours de parution dont 8 tomes sont parus au Japon.

Cependant, contrairement à Yanaka où l’on suit le quotidien d’un groupe de chats livrés à eux même, c’est ici du point de vue de l’homme que nous est présenté l’animal, vivant dans une famille.
Les chats ne parlent donc pas, mais évolue dans un environnement humain. C’est un peu une représentation du quotidien des chats, de notre point de vue d’Hommes.

L’auteure possédant plusieurs chats, Plum se retrouve ainsi être un titre qui va évoquer les inconvénients d’un chat, tout en revenant toujours sur les avantages et leur côté mignon.
Ayant moi-même des chats, il est vrai que l’on se retrouve un peu dans certaines situations, lorsque l’animal décide de n’en faire qu’à sa tête.

Le côté mignon et affectueux du chat est bien évidemment mis en avant. Tout comme son côté indépendant et entêté !
Mais jeune public oblige, l’on revient sans cesse à une image mignonne de cette boule de poil. Heureusement, nous n’avons pas forcément droit à une morale pleine de bons sentiments mais l’idée est là.

Ainsi Plum est un titre plutôt à destination des enfants, qui proposent donc une vision simpliste de la cohabitation entre des chats et des humains.
Cela va sans doute leur faire réclamer des chats, mais c’est en quelque sorte le but de ce genre de titre.

Les volumes proposent plusieurs contenus différents.
Il y a bien évidemment des chapitres indépendants, pendant lesquels nous suivons les chats ou leurs maitres, découvrant le monde ou cherchant à comprendre leurs animaux de compagnie. Il y a vraiment de tout et je n’ai jamais eu la sensation de lire plusieurs fois la même chose. Il faudra vérifier si cela continu comme ça sur le long terme.
De manière aléatoire, les chapitres sont également entrecoupés de petites histoires de quelques cases seulement, tenants sur 1 ou 2 pages. C’est l’occasion pour Natsumi Hoshino de proposer des situations amusantes, qui nous font vivre les aventures du point de vue du chat.

Et bien sûr, il reste les mots de l’auteure pour expliquer l’origine de son inspiration : ses propres chats. Tout cela est relativement bien dosé pour ne pas enchaîner simplement les chapitres et passer par des touches d’humours de temps à autre.

Graphiquement, le trait est très simple.
L’objectif est de représenter des chats tout mignons, donc l’accent est mis sur eux. Du coup, dans la grande majorité des cas, les cases ne disposent pas d’un décor très fourni. Le récit étant en plus organisé sur un petit nombre de grandes cases, cela donne une certaine impression de vide, surtout quand on enchaîne les pages sans textes (déplacement ou réaction de chat oblige).

L’ouvrage étant destiné au plus jeune (publié dans la collection Kids), le sens de lecture a été occidentalisé. C’est toujours surprenant, mais si cela peut permettre aux jeunes enfants de débuter la lecture de manga, cela ne peut être qu’une bonne chose.
Par contre, il faut noter la très bonne qualité de la couverture. On a la sensation d’avoir une feuille de Canson papier supérieur entre les mains et cela donne immanquablement du cachet au titre.

N’étant toujours pas la cible de ce genre de publication, je laisserais les plus jeunes se faire un avis sur Plum, plutôt que de donner mon ressentie de grand lecteur de manga.
Il est vrai qu’en ce moment je lis beaucoup de parutions pour les plus jeunes (Yanaka, Mickey…) mais il faut bien tenter de nouvelles choses.
Cela ne peut pas être une réussite à tous les coups, mais cela permet de s’ouvrir à d’autres types de publication.

Plum n’a donc pas été une mauvaise lecture, mais c’est vraiment ce à quoi je m’attendais : un titre à destination des enfants pour leurs faire découvrir les mangas.
Cela permet de passer un moment à lire quelque chose de simple et de léger, mais je n’en garde malheureusement pas un très bon souvenir.
Malgré tout, je pense que parmi tous les titres destinés aux plus jeunes, Plum sera sans doute celui qui plaira le plus. Je n’ai pas lu tous les titres pour les enfants, mais je pense que Plum doit avoir réussi à se trouver un nouveau public. Une bonne chose pour l’éditeur Soleil.

Y a-t-il des lecteurs qui ont tenté le titre malgré tout ? Ou votre enfant a-t-il accroché à l’oeuvre ?

Laisser un commentaire »