. Outlaw Players – tome 1 de SHONEN | Fant'asie
Kameyoko 22/09/2016 1
  • Scénario
  • Graphisme

Outlaw Players - tome 1

Outlaw Players – tome 1 de SHONEN

Un global manga ambitieux

Outlaw Players est la première parution française de l’éditeur qui a travaillé en étroite collaboration avec son auteur : SHONEN. Le résultat est ce premier tome plein de promesse.
On sait que les mangas français souffrent du rythme de parution (les auteurs n’ont pas 4-5 assistants !). Mais, ici, Ki-oon a suffisamment de matière pour voir venir puisque plusieurs tomes sont déjà prêts.

Mais voyons déjà ce que vaut ce premier volume.

Outlaw Players – tome 1 de SHONEN est édité par Ki-oon et est disponible à la vente depuis le 07 juillet 2016.

Résumé de Outlaw Players 1 chez Ki-oon

Résumé de l’éditeur :

Dans Thera, jeu en ligne révolutionnaire ultra-réaliste et à l’univers quasi-infini, chacun peut devenir ce qu’il désire, et vivre d’incroyables aventures ! Mais pour Sakuu, la première immersion tourne au cauchemar : incapable de se déconnecter, il se retrouve prisonnier d’un monde virtuel peuplé de créatures assoiffées de sang ! Sans accès aux interfaces de jeu ou aux items de soins, qui sait ce qu’il adviendra de lui s’il perd la vie dans Thera… Et il n’est pas le seul : sa route croise celle d’autres joueurs victimes du même problème. Pour ces « Outlaw Players », le game over n’est pas une option. Quelle que soit la cause du bug, Sakuu et ses compagnons n’ont pas le choix : ils doivent s’endurcir, explorer, apprendre, et surtout … survivre !

Prisonnier de Thera !

Ce Outlaw Players est un titre que Ki-oon a pas mal mis en avant, signe de grosses attentes placées en lui. Il y a tout d’abord eu la bande-annonce réalisée par la studio Gonzo (ci-dessous), la venue de son auteur à la Japan Expo et pas mal de publicités.

Il faut dire que ce titre est un petit événement pour l’éditeur puisque c’est leur première parution d’un manga français (qu’on appelle parfois manfra ou global manga). L’enjeu est de taille tant le global manga souffre parfois d’un manque de considération du lectorat. Mais le dernier né de la plume de SHONEN pourrait bien convaincre les derniers récalcitrants.

Même si le pitch initial rappelle un peu certains autres mangas, et utilise la thématique des jeux virtuels, à la manière d’un Sword Art Online, Log Horizon, Ressentiment il s’agit d’une très bonne introduction.

On suit les pas de Sakuu, un joueur perdu dans l’univers virtuel de Thera. Ce denier traîne dans ce monde depuis un certain temps mais ne se rappelle pas comment il est arrivé là et comment on le quitte. Après diverses rencontres, il va apprendre qu’il est victime d’un bug et condamné à rester sans pouvoir se déconnecter le temps de debugger. Il va donc devoir apprendre à survivre à ce monde.

De fait, le début plante le décor et permet de se familiariser avec ce monde et son mode de fonctionnement. Pourtant, les explications importantes arrivent finalement assez tard, notamment sur le « statut » de Sakuu. Sans être trop détaillées, le lecteur comprend assez facilement les spécificités de ce jeu. En fait, SHONEN va à l’essentiel, sans pour autant donner l’impression d’aller vite et de survoler. Ainsi les pages défilent vite et on prend plaisir à suivre ce personnage paumé, et de le voir comprendre sa situation au gré des rencontres.
On passera sur le fait qu’il tombe un peu facilement sur les bonnes personnes et bons objets. C’est une facilité scénaristique mais qui passe finalement bien.
Le rythme est bon, l’ambiance soignée et cet univers de Thera est une invitation à l’aventure.

J’ai eu un peu plus de mal avec le héros. Il a certes un charadesign sympathique, il est assez bien caractérisé mais je ne le trouve pas attachant. Je pense que ça vient d’un manque de charisme, découlant peut-être de son côté cool voir fainéant. Il est décrit comme un vrai héros de shônen : désinvolte, puissant, chevalier blanc, drôle et au passé mystérieux. Il possède même un artefact « légendaire » (même si pour le coup, on le lui a donné). Mais il lui manque ce petit quelque chose pour en faire un personnage attrayant. Surtout qu’il met du temps à se trouver un objectif et par conséquent dévoiler un fil rouge pour l’histoire. En revanche les personnages secondaires, encore peu nombreux, sont intéressants. Je pense surtout au personnage assez badass d’Okoto. Déjà, elle est d’une classe assez singulière sortant des clichés de la sorcière, barbare ou autre Elfe et son arme est bien originale. Et puis, on sent le personnage fort et plein de ressources. Son identité créera aussi son petit effet. Mais d’autres comme Velda, Leni ou Aefka croiserons la route de notre héros.

SHONEN s’amuse également a glissé de nombreuses références plus ou moins subtiles. Celles sur Pokemon, Yu-Gi-Oh ou Jojo’s Bizarre Adventure sont évidentes, d’autres comme Star Ocean plus fines.

Mais ce qui fait la singularité de cette oeuvre, c’est le travail graphique exceptionnel de SHONEN, qui fait plus que rivaliser avec certains mangakas japonais. Son style est fin, précis, détaillé et très « manga ». Il arrive même à faire oublier que c’est un global manga. De fait, il ne souffre pas d’une différence de niveau, parfois flagrante chez d’autres artistes, avec ses homologues japonais.
Les personnages ont un charadesign savamment étudié et une vrai personnalité. Les décors et arrière-plans sont travaillés et regorgent de détails. Il reprend également quelques mimiques typiques du manga comme les personnages SD et les déformations/ simplifications du visage pour accentuer une expression.
Le découpage et la mise en scène sont aussi d’excellentes factures. Il y a de très bonnes idées de découpage faisant la part belle parfois à l’action, parfois à la découverte de cet univers.
Et enfin, l’encrage et le tramage sont dignes de véritables mangakas.
SHONEN se pose comme un, voir le meilleur artiste « manga » français !

Pour conclure, Outlaw Players – tome 1 de SHONEN est une grosse introduction à un univers faisant la part belle à l’aventure, au jeu virtuel et très axé shônen. Ce manga a un potentiel certain, tant le monde promet beaucoup. Mais force est de constater que la mise en place est un peu longue, avec un fil rouge qui se dégage un peu tardivement, et un héros qui peine à se trouver. Néanmoins, la qualité remarquable du dessin, l’ambiance, les personnages et le bestiaire font qu’on a vraiment envie de lire la suite surtout avec le cliff de fin.
Ce début ne convainc pas encore à 100%, mais la lecture est plus que plaisante, avec un bon rythme et surtout, il est évident qu’il en a encore sous le coude. L’auteur prend le temps de poser son monde, ses règles du jeu, ses personnages mais sans pour autant traîner en longueur.
Le tome 2 devrait permettre d’y voir plus clair sur ce Outlaw Players, mais j’y crois sincèrement.
Et puis bon, c’est une production française, ça mérite de s’y attarder.

Et vous qu’en avez-vous pensé ? Le potentiel est-il là ? Que pensez-vous du style de SHONEN ?

Un commentaire »

Laisser un commentaire »