. Otaku Girls – tome 6 de Natsumi Konjoh | Fant'asie
Kameyoko 11/03/2011 0

Otaku Girls – tome 6 de Natsumi Konjoh

Ca sent la fin de la série

Otaku Girls a été mon premier « pseudo-shôjô« . Je ne lis quasiment que du shônen et du seinen. Même si sa classification fait débat, ce manga est pour moi un shôjô. Certes, il est bourré d’humour et d’énergie, flirtant avec le seinen, donc il est plus facile d’accès. Toujours est-il que j’ai beaucoup d’affection pour ce titre.

Mais toutes les bonnes choses ont une fin puisque cette série s’arrête au tome 7. Ce sixième opus prépare donc la conclusion et accélère les choses; après un 5ème volume qui piétinait un peu au niveau de l’intrigue, malgré la présence de Momose.

Otaku Girls – tome 6 de Natusmi Konjoh est édité par Doki-doki et disponible à la vente depuis novembre 2010.

Résumé de Otaku Girls 6 chez Doki-doki

Avant la période des examens de fin d’année, un des professeurs distribue un formulaire d’orientation aux élèves. Ce qui interpelle Abe, qui ne sait pas ce qu’il veut faire après le lycée et quel métier faire.

De leur coté, les deux otakettes : Matsui et Asai ont décidé de se concentrer sur le dôjin pour le sortir dans les temps pour le Comiba. Même si pour cela, les examens passent au second plan.

Heureusement, elle vont être aidée par Tsukamoto-senpai. Ce dernier leur a dégoté les sujets de l’an dernier ainsi que des annales. Ce qui devrait leur permettre d’être un peu mieux préparées.

Pourtant, au moment des révisions, notre quatuor a du mal à se concentrer. Asai est en manque d’inspiration pour son dôjin, Matsui pense au prochain noël qu’elle aimerait partager avec Chiba. Quant au deux garçons ils pensent à l’élue de leur cœur.

Matsui va prendre les devants et faire évoluer sa relation avec Chiba. Elle va l’inviter dans sa chambre.

Des avancées significatives

Otaku Girls approche tout doucement de sa conclusion. La fin est prévue pour le tome 7. Et ça se ressent. La mangaka : Natsumi Konjoh fait donc sensiblement avancer son histoire. Je dis ça notamment pour un évènement. Rassurez-vous, je ne vous spoilerai pas, c’est pas mon genre.

Ce sixième opus se concentre donc essentiellement sur le coté sentimental du titre, oubliant sur le bord de la route le coté humoristique. Rassurez-vous, il est toujours là, bien présent, bien placé, mais moins prédominant qu’auparavant. Ce qui n’est pas signe de moins bonne qualité.

On retrouve donc nos deux fujoshis accaparés par la réalisation de leur dojin pour la Comiba. Tout le reste est secondaire : étude, fêtes qui approchent et accessoirement Chiba et Abe.

On ressent donc bien l’amour des deux otakettes pour leur passion, qui dépasse leur vie réelle. Néanmoins, on sent que cet état de fait change petit à petit et qu’elles commencent à s’ancrer plus dans la vie réelle. On voit moins les délires d’Asai où elle voit tout par la prisme déformateur du boy’s love.

Pourtant, cette phase consacrée à la réalisation de leur dojin, n’empêche pas Matsui et Asai de réfléchir à leur sentiment pour les garçons. D’ailleurs, la mangaka, comme à son habitude, le fait avec beaucoup d’humour.

Ce qui fait que pour un non-initié, voir non-amateur, de shôjô, cette phase passe très bien. Je n’ai pas l’impression que ça tombe dans le mièvre.

Asai se rend compte que pour être encore meilleure, elle doit se projeter et s’approprier sa relation avec Abe. Elle doit en tirant l’essence même lui permettant de retranscrire l’amour et le désir dans son dojin FMP.

Matsui, quant à elle, prend enfin sa relation en main, et fait un pas sérieux vers Chiba.

Bref, les relations entre les personnages vont pas mal évoluées et avancées. C’est même le cas entre Asai et Mastui qui se rapprochent encore.

Les personnages eux-même évoluent. Asai devient plus terre-à-terre et s’ancre moins dans son monde idéalisé. Matsui vainc sa timidité. Chiba semble se calmer et Abe devient plus démonstratif.

En guest, on retrouve des petites apparitions de Momose et Tsukamoto.

On retrouve également tout le talent de Natsumi Konjoh qui dépeint ce monde de l’otaku avec réalisme, amour avec un touche d’auto-dérision. Même si tout est exagéré, ça ne cache pas un certain réalisme touchant et juste. On sent que la mangaka aime ses personnages, et ces otakus. Elle joue avec, utilise l’humour pour les dépeindre, mais sans jamais se moquer.

Personnellement, je prend toujours autant de plaisir à lire Otaku Girls. C’est frais, drôle, touchant et sans prise de tête. Les personnages sont très attachants.

Je suis juste triste à l’idée de savoir que le prochain tome conclura cette série que j’ai beaucoup appréciéa. J’espère sincèrement que la fin sera bonne et permettra de garder un excellent souvenir de ce manga.
Otaku Girls restera comme ma première incursion, même limitée, dans le monde du shôjô.

Qui sait, peut-être qu’un jour je lirai du Fruit Basket ou du Nana.

Et vous qu’avez-vous pensé de ce tome? Trouvez-vous que le tout avance fortement?

Laisser un commentaire »