. Off Road de Sean Murphy | Fant'asie
Kameyoko 11/02/2014 1
  • Scénario
  • Graphisme

Off Road de Sean Murphy

Les débuts de Sean Murphy

A l’occasion de la sortie en France du génial Punk Rock Jesus, Urban Comics en a profité pour éditer la tout premier succès de Sean Murphy : Off Road. Cette oeuvre de jeunesse lancera la carrière de l’artiste et lui ouvrira les portes de l’industrie du comic.

Sortie en 2004 chez IDW, Sean Murphy s’occupa aussi bien du scénario et du dessin.
D’ailleurs dans la préface on apprendra qu’un ami scénariste de cinéma lui donna pas mal de conseil pour la narration.

Mais que vaut ce titre ?

Off Road de Sean Murphy est édité par Urban Comics et est disponible à la vente depuis le 20 septembre 2013.

Résumé d’Off Road chez Urban Comics

Résumé de l’éditeur :

Trent vient de se faire plaquer par sa copine, Brad est un brave gars, dont le père lui mène la vie dure et Greg ne sait pas quoi faire de sa vie malgré sa fortune familiale… En excursion sur la route, ils se confrontent aux caprices de la malchance et de mère nature. Leur Jeep les lâche, et les voilà pris dans un piège infernal…

Une virée en Jeep qui tourne court

Il y a quelques temps, je vous avais fait part de mon amour pour Punk Rock Jesus, comic ô combien excellent. Mais avant de sortir ce chef d’oeuvre, l’oeuvre phare de Sean Murphy était ce Off Road. Les ambitions ne sont pas du tout les mêmes et l’histoire bien différente. Mais c’était son premier album, paru chez IDW en 2004, salué par la critique.
Urban Comics profite de l’élan de sympathie autour de cet auteur pour publier son « travail de jeunesse ». Et quel travail !

Je tue le suspense d’emblée, mais même si c’est moins imaginatif que ce que l’on connait de l’auteur, c’est de l’excellent travail.

Off Road, c’est l’histoire d’une bande de potes, qui partent en Jeep hors des sentiers battus, pour finir leur trip dans un lac. C’est avec cette intrigue assez minimaliste, voir même un peu basique, qui fleure bon le récit quasi autobiographique, que Sean Murphy parviendra à nous passionner. Et pour se faire, il va s’appuyer sur des personnages qui parleront à chacun, des dialogues percutants et son graphisme.

Même si Off Road est moins ambitieux que Punk Rock Jesus, moins imaginative que Joe, l’Aventure Intérieur, ce comic est loin d’être quelconque. Sean Murphy parvient à transcender le pitch de base pour nous servir sur un plateau ces déboires entre potes bien plus attachants que ce que je pensais.

Au début pourtant, les personnages paraissent presque caricaturaux entre l’artiste en devenir, un peu dans son monde, avec son bandana, le gosse de riche et le gros balèze, aux abords rustres. Mais petit à petit, ces personnages gagnent en finesse et en profondeur. Les différentes péripéties qui parsèment ce récit, amènent le lecteur à découvrir plus en profondeur ces personnages, qui n’en deviennent que plus attachants. Pour cela Sean Murphy s’appuie beaucoup sur des dialogues percutants, avec beaucoup d’humour, de vannes, et des relations entre eux. Ce qui nous renvoie à ce que chacun a pu vivre ou vit avec ses propres potes.
Mais tous les événements qui vont surgir vont surtout nous permettre d’en apprendre plus sur les personnages, leurs histoires, leurs blessures. L’accent est beaucoup mis sur Trent et ses relations amoureuses tumultueuses et dont il a du mal à se défaire. Surtout qu’il vit dans une utopique relation, mais qui n’est presque qu’unilatéral. Quant à Brad, sa relation avec son père risque de vous toucher.  De nombreux personnages secondaires vont venir croiser la route de nos « naufragés », et qui viendront donner encore plus de consistance à ce Off Road. Les relations entre personnages sont au coeur du récit. Des tensions vont naître, des rapprochements, des engueulades, des remises en cause personnelle… Et tout cela est fait avec beaucoup de brio et de naturel.

Il y a vraiment un côté très humain à cette histoire. La narration est très fluide et est ponctuée de nombreux petits rebondissements. Malgré l’apparente simplicité de l’intrigue, on ne s’ennuie pas une seconde. On est pris au jeu et on assiste, en spectateur, à leurs déboires.

 

Le charme opère aussi en grande partie grâce à un graphisme singulier. Le trait de Sean Murphy reste reconnaissable tout en différant de ce qu’il a fait plus tard. Il est plus arrondi, un peu plus cartoony, amenant un peu plus de légèreté au tout. Mais il garde cette puissance évocatrice, ce sens du cadrage et de la mise en scène qui en font un artiste majeur actuel. Le choix d’illustrer son récit en noir et blanc est très pertinent et permet de mieux apprécier son travail d’encrage, et ses traits. On voit que l’artiste a travaillé chaque planches, chaque cadrages, ce qui rend le tout dynamique, lisible et avec beaucoup de détails qui renforcent l’immersion.

 

Pour conclure, Off Road est peut-être moins vendeur qu’un Punk Rock Jesus, mais pourtant il n’en demeure pas moins une oeuvre majeur de son auteur et tout simplement un très très bon comic. Pour une oeuvre de jeunesse, Sean Murphy fait mouche, avec une justesse et une maîtrise dans la caractérisation de ses personnages, ses dialogues criants de réalisme et ses rebondissements bien sentis. Off Road est une oeuvre humaine, touchante, fraîche et diablement efficace. Cette volonté de faire quelque chose de simple, crédible pourra en dérouter certains, mais je trouve ça, au contraire, pertinent et faisant le charme de ce comic.

Surtout qu’à côté le graphisme est excellent. A la fois respirant le Sean Murphy mais en même temps, pas tout à fait le trait auquel il nous a habitué par la suite. Il est moins tranché, plus cartoony mais c’est toujours un régal pour les yeux.

Si vous aimez Sean Murphy, il serait dommageable de passer à côté. Si vous ne connaissez pas l’artiste, déjà c’est une grosse erreur, et ensuite, cela ne devrait pas vous empêcher d’apprécier ce Off Road.
Et vous qu’en avez-vous penser de cette oeuvre fondatrice de la carrière de Sean Murphy ? Le préférez-vous dans un univers plus imaginaire ou au contraire plus réaliste et ancré dans le réel ?

 

Un commentaire »

  1. Dionysos89 11/02/2014 at 20:19 -

    Moi aussi je me suis bien amusé et même si le scénario n’est pas à un niveau très élevé, c’est en effet parfaitement juste et honnête du début à la fin. Et que dire encore de ses dessins…

Laisser un commentaire »