. Nightrunner, Tome 1 – Les Maîtres de l'Ombre de Lynn Flewelling. | Fant'asie
Torospatillo 05/09/2013 0

Nightrunner - tome 1 : Les maitres de l'ombre

Nightrunner, Tome 1 – Les Maîtres de l’Ombre de Lynn Flewelling.

Le temps d’être édité

Nightrunner, est une saga de fantaisie écrite par l’auteur américain Lynn Flewelling. Cette dernière a également un autre cycle de fantaisie à son actif : le Royaume de Tobin. Je ne connaissais aucune de ces sagas, mais elles semblent plutôt appréciées.

Toutefois, il est intéressant de noter que la sortie en France de cette saga a été compliquée. En effet le premier tome, objet de la présente chronique, écrit en 1996, a été publié en France en 2008 chez les éditions Mnémos. Il semblerait que la traduction lors de cette parution était des plus approximative et le livre n’a pas rencontré son succès, aussi Mnémos avait arrêté la publication de cette saga, constituée à ce jour de 5 tomes, et dont le 6ème ne devrait pas trop tarder de l’autre côté de l’Atlantique.  Bragelonne a repris le titre dans son catalogue et en a publié à ce jour les 4 premiers tomes. 

Récemment, le premier tome est sorti en poche chez Milady, c’est cette édition que j’ai lu.

Résumé de Nightrunner, tome 1 chez Milady.

Depuis des jours, Alec croupit en prison pour un crime qu’il n’a pas commis. Désespéré, il n’attend plus rien de la vie, lorsqu’est jeté dans sa cellule un bien étrange personnage… Espion, voleur et noble à la fois, le fascinant Seregil va non seulement orchestrer leur évasion mais aussi proposer au jeune homme de devenir son apprenti. Une sacrée aventure dans laquelle Alec va s’embarquer, car les deux compagnons devront faire face à la plus noire des sorcelleries et s’infiltrer en territoire ennemi pour déjouer les terribles complots qui pèsent sur le royaume !

Originalités sous exploitées.

Nightrunner commençait bien, et ce grâce à quelques éléments assez originaux.

En premier lieu, les deux héros du roman Seregil et Alec, ne sont pas des barbares ou des mages, mais plutôt des bardes, à savoir des espions, assassins, des voleurs, doublés d’une certaine renommée dans la noblesse, mais également chanteurs, acteurs, bref, toutes les qualités nécessaires à une telle activité.

De plus, même si Alec devient l’élève de Seregil, Nightrunner n’est pas un roman d’apprentissage, et finalement Seregil apprend également de son élève, et surtout sait mettre en avant les qualités innées de ce dernier.

Autre originalité du récit, le fait qu’au moins l’un des deux personnages principaux soit gay, toutefois pour l’instant cette élément n’est pas réellement exploitée et n’apporte finalement pas grand chose au récit.

Il est à noter également que beaucoup de personnages importants dans le monde crée par Lynn Flewelling sont des femmes.

J’ai remarqué en me renseignant sur le bouquin, que beaucoup de commentaires provenaient d’un public féminin, ce que je considère comme relativement rare (pas tapé), du coup je me demandais si la préférence sexuelle du héros ainsi que les personnages féminin forts pouvaient influer sur le lectorat, mais objectivement je n’en sais rien.

Enfin, en plus de ces quelques originalités, il semble que l’univers déployé est assez vaste, et les différentes régions semblent très différentes ce qui permet d’espérer un certains dépaysement dans les tomes suivants.

Toutefois, ce roman n’a pas que des qualités.

Les intrigues ont tendance à se multiplier, et si le roman laisse apparaître une grande intrigue, il finit finalement par s’orienter dans une direction beaucoup moins intéressante qui tient plus lieu d’entraînement pour Alec que de réelle mission importante, de plus les sous-intrigues politiques ne m’ont pas forcément passionnées… Bref, on m’a fait miroité de l’épique sur le moitié du roman, et on m’a donné de l’alimentaire sur la deuxième partie, du coup j’ai vraiment eu du mal à m’intéresser à cette partie du roman.

Le roman fait état de magie, et le traitement de cette dernière est pour le moins obscure, je ne dis pas que la magie doit forcément être expliquée, mais au cas d’espèce cette discipline me semble très curieuse….

Le style de Lynn Flewelling est agréable et rythmé, et la lecture reste agréable et rapide malgré le nombre important de page.

Pour conclure, je ne sais pas trop quoi penser de ce roman, la première moitié m’a plutôt plus, et la seconde m’a au contraire complètement découragée dans ma lecture, la faute à la sous-exploitation de certains éléments, et surtout par la mise de côté de l’intrigue principale… Ce que toutefois je peux comprendre dès lors qu’il existe plusieurs autres tomes derrières, cependant l’envie de lire la suite n’est pas forcément présente pour l’instant.

Avez-vous lu cette saga? Est-ce que je dois lire la suite?

Laisser un commentaire »