. Neverwinter: Neverwinter, tome 2 de R.A. Salvatore. | Fant'asie
Torospatillo 12/03/2014 0

Neverwinter - tome 2

Neverwinter: Neverwinter, tome 2 de R.A. Salvatore.

Problème de titre, encore…

Il y a de celà quelque temps, je vous avez parlé de ma première lecture des aventures de Drizzt Do’Urden.
Je râlais déjà à l’époque sur le titre du roman, et je recommencerai encore une fois ici… Ce roman intitulé Neverwinter, est le second du cycle intitulé lui-même Neverwinter, lequel est toujours tiré de la licence Dungeons & Dragons, dans laquelle l’univers des Royaumes oubliés est exploité…

Bref, j’avais apprécié ma première lecture par son côté épique mais accessible, et je suis moins convaincu par ce tome.
La version que j’ai lu est publiée en format poche chez Milady (qui l’avait sorti précédemment en grand format et en version dématérialisée).

Résumé de Neverwinter chez Milady.

Dis-moi qui tu aimes, je te dirai qui tu es.

Lorsqu’il perd le dernier de ses plus fidèles compagnons, Drizzt est livré à lui-même – mais libre – pour la première fois depuis des siècles. L’elfe noir subit néanmoins l’influence de l’envoûtante Dahlia, seule rescapée du cataclysme du Mont Chaudenow. Faire route avec elle n’est pas de tout repos : ces deux guerriers hors pair sont bien décidés à faire payer ceux qui ont dévasté Padhiver, mais la droiture de Drizzt est sérieusement mise à mal par les méthodes douteuses de sa compagne. L’elfe noir a tôt fait de passer du mauvais côté de la loi pour régler ses comptes avec ceux qui ont échappé à la justice. Les nouveaux ennemis se multiplient, les anciens deviennent plus féroces encore. Drizzt et Dahlia sont pris dans une bataille sans précédent – pour la plus grande joie de l’elfe noir.

À la croisée des chemins des Royaumes Oubliés et de la légende de Drizzt, Neverwinter inaugure une nouvelle génération d’aventures de Dungeons & Dragons.

 

Une première partie peu encourageante pour les néophytes.

Evidemment pour comprendre mon point de vue je vous renvoie à ma précédente chronique consacrée au premier tome.

Je suis un néophyte des épopées de Drizzt, et ne peux par conséquent que donner l’avis d’un non connaisseur. Là où j’avais trouvé le premier tome fort accessible, ce qui m’avait d’ailleurs surpris à l’époque, je me suis retrouvé ici en face d’un roman qui ne me livrait aucune clef de compréhension.

J’avais notamment trouvé le premier tome accessible car le bestiaire était connu de tous. Or pour ce tome, les chapitres alternes entre le point de vue de Drizzt et de ses compagnons, et celui des “méchants” de l’histoire. Et ces méchants, sont des créatures maléfiques auxquelles je n’ai absolument rien compris, ni au niveau aspect physique, ni au niveau hiérarchique, ni au niveau des aspirations. Vous me direz que ce sont les mêmes qu’au premier tome, certes, mais comprendre les aspirations des “méchants” n’était pas nécessaire pour apprécier le roman. Or ici, la première moitié du roman est principalement basé sur des intrigues entre deux factions de “méchants” et tout ceci m’a complètement perdu.

Evidemment, pour les habitués de la série tout ceci doit avoir du sens et être certainement très intéressant mais pour un néophyte le plaisir de lecture est un peu absent. J’imagine que certains des “méchants” sont certainement très connus. Mais pas de moi.
La première partie du roman a été très compliquée pour moi, et heureusement que la seconde partie du roman, principalement constituée par des affrontements est venue me réveiller.
R.A. Salvatore couche sur le papier des batailles bien menées même si parfois un peu confuses et longues.
Finalement ce qui manque à ce roman par rapport au premier tome c’est le côté épique lié à l’exploration, ici tout se passe autour d’un village en ruine qui cristallise toutes les convoitises (ce que je n’ai pas non plus compris…).

Les habitués des aventures de Drizzt trouverons certainement leur bonheur dans le fait que ce dernier rencontre un de ces vieux ennemis – SPOILER – auquel il finira par s’allier, et qu’il semble pouvoir construire une histoire sérieuse avec Dahlia.

Pour conclure, ce roman n’est clairement pas fait pour les néophytes et avoir lu le premier tome ne suffira pas pour l’apprécier à sa juste valeur. Par contre les habitués de la saga pourraient y trouver leur compte notamment avec le retour d’un ancien ennemi de Drizzt… La seconde moitié du roman reste plus accessible car principalement axée sur les combats, et je dois même avoué que les dernières pages du roman m’ont donné envie de lire la suite de ce cycle…

Avez-vous lu cet ouvrage? Qu’en avez-vous pensé?

Laisser un commentaire »