. Moyasimon – tomes 4 et 5 | Fant'asie
Kameyoko 21/08/2015 0
  • Scénario
  • Graphisme

moyashimon - tome 4

Moyasimon – tomes 4 et 5 de Masayuki Ishikawa

Moyasimon, ce manga si particulier !

Moyasimon continue son petit bonhomme de chemin avec sa thématique si particulière, ses couvertures qui n’ont aucune cohérence entre elles.

Pourtant, pour peu qu’on s’y intéresse, c’est un manga intéressant, original et qui gagne à être connu.
Voyons voir ce que nous réserve ces 4ème et 5ème opus.

Moyasimon – tomes 4 et 5 de Masayuki Ishikawa sont édités par Glénat et sont disponibles à la vente depuis, respectivement, les 18 mars 2015 et 03 juin 2015.

Résumé de Moyasimon 4 et 5 chez Glénat

Résumé de Moyasimon 4 :

L’Alliance des Microbes continue son périple ! Dans la forêt expérimentale, ses membres rencontrent de nouveaux compagnons qui les mènent vers l’El Dorado de la rhizosphère ! Attention aux orchidées esclavagistes… et aux prélèvements de sol !
Quant au club d’ufologie, il a déclaré la guerre au laboratoire Itsuki, afin de reconquérir Muto, sa présidente. Mais les connaissances du professeur se révèlent redoutables dans ce combat épique. Par exemple, si les fabriques de poudre à canon étaient adjacentes aux porcheries autrefois, c’était pour une excellente raison…

Résumé de Moyasimon 5 :

C’est l’automne et la saison des changements : Sawaki voit de nouveau les micro-organismes, Kei décide de rénover le sakaya Hiyoshi avec des méthodes aussi personnelles que radicales et Hasegawa a disparu de la circulation. La dernière fois qu’elle a été vue, elle montait dans la voiture de son père…
La petite troupe va donc devoir se passer d’elle pour le festival des moissons, qui est à peu près aussi loufoque que le festival de printemps… surtout avec les “bons plans” de Misato et Kawahama…

L’alliance des microbes vaincra !

Moyasimon est un vrai pari éditorial pour Glénat, et on ne peut que l’en féliciter de prendre de tels risques. Car il faut reconnaître que c’est un manga très particulier. Déjà, basé son histoire sur les microbes et autres micro-organismes c’est osé. Mais en plus, le mangaka a une narration particulière. Ce qui fait sa force mais aussi sa faiblesse. Il est capable de nous intéresser avec son humanisation de ces organismes, mais tout en partant dans de grosses digressions. Le rythme n’est jamais constant. Et ces deux tomes vont une fois de plus nous le confirmer.

moyasimon - tome 5Dans le tome 4, nous suivons les aventures des microbes et leur alliance visant à conquérir le monde… ou du moins certains territoires. Ces passages sont toujours sympathiques du fait de la réprésentation des micro-organismes et de leurs réflexions. Mais il y a toujours un côté didactique pour permettre au lecteur d’en apprendre plus sur leur utilité. On s’amusera aussi de leur tentative de conquête du corps d’Hasegawa. L’occasion de faire gentiment un peu de fanservice.
Fort heureusement, ce passage ne dure pas longtemps et on enchaîne sur des événements plus à taille humaine.
On se focalise ainsi sur Sawaki qui perd son pouvoir. On se doute que ça ne sera que temporaire, mais il est intéressant de voir ainsi les impacts sur sa place au sein du groupe de personnages. Il y aura d’autres passages intéressants comme la guerre contre le club d’ufologie ou la confection de poudre à canon. Ainsi Masayuki Ishikawa continue de développer un peu plus les interactions du groupe du professeur Itsuki. Il y a aussi quelques rebondissements notamment sur la lolita gothique. Mais pour le coup, c’est pas très bien amené.

Dans le tome 5, il y a plusieurs intrigues en cours. Kei essaie de redonner vie au sakaya Hiyoshi avec une vision particulière, pendant que les autres préparent le festival des moissons, mais sans Hasegawa. La jeune femme a disparu et a posé sa démission. Il y a donc pas mal de mystères autour de ce départ précipité et cette démission. Mais on se rendra vite compte que ce rebondissement sur la jeune fille est juste un moyen de préparer le prochain arc qui se déroulera, cocorico, en France !

Pour ce qui est du festival, il va mettre en avant Misato et Kawahama qui vont continuer à proposer des situations loufoques, et qui font sourire. C’est un duo, qui sous ses airs de couple secondaire, devient de plus en plus intéressant et important au fur et à mesure des tomes. Ils jouent un peu le rôle de faire-valoir, mais ils ne sont pas dénués d’intérêt.

Oikawa et Muto auront aussi leurs moments de « gloire » notamment avec une partie où elles sont costumées. Le mangaka n’oublie pas non plus ses petits micro-organismes adorés.

Bref, ces deux tomes de Moyasimon confirment le côté particulier du titre. Il n’est pas toujours facile à lire, avec parfois de longues explications un peu complexes, des tendances à s’égarer et une thématique pas des plus attractives. Il souffre également d’une narration pas toujours maîtrisée, qui a du mal à rester constante en terme d’intérêt.
Pourtant, il se dégage toujours de ce Moyasimon un capital sympathie qui fait qu’on aime suivre ce titre singulier, tellement différent de la production actuelle. Et puis il reste instructif. Le lecteur apprend plein de chose sur le rôle sous-estimé de ces organismes.
Les personnages demeurent attachants et leurs péripéties se lisent avec plaisir. J’ai également bien apprécié ce qui se trame autour de Hasegawa.

Et vous qu’avez-vous pensé de ces tomes ? Conseilleriez-vous Moyasimon à vos proches ?

Laisser un commentaire »