. Monster X Monster – tome 1 de Nikiichi Tobita | Fant'asie
Kameyoko 15/05/2017 2
  • Scénario
  • Graphisme

Monster X Monster - tome 1

Monster X Monster – tome 1 de Nikiichi Tobita

Un glandeur en fantasy !

Ki-oon aime la fantasy et ne cesse de proposer des titres dans ce style. Et souvent, ça fait mouche. Qu’en est-il avec ce Monster X Monster qui s’annonce assez décalé ? L’éditeur a-t-il trouvé un nouvelle pépite ?

Monster X Monster – tome 1 de Nikiichi Tobita est édité par Ki-oon et est disponible à la vente depuis le 23 février 2017.

Résumé de Monster X Monster 1 chez Ki-oon

Résumé de l’éditeur :

L’époque où l’humanité tremblait face aux monstres est révolue. Aujourd’hui, ce sont les monstres qui sont les proies des humains ! Les Bringers, spécialistes de la chasse aux créatures fantastiques, sont de véritables stars respectées de tous. Enfin, sauf du héros de notre histoire, le pire glandeur de l’humanité ! À 29 ans, il vit encore chez ses parents et passe ses journées à se curer le nez en pestant contre l’attention portée aux Bringers. Il mène un combat quotidien contre sa mère, qui menace de le tuer s’il ne va pas chercher du travail… et, en bon parasite, il s’arrange pour rentrer bredouille à chaque fois !
Contre toute attente, la mère finit par avoir raison de la résistance du fils. Ce dernier se retrouve ainsi embarqué bien malgré lui dans un voyage initiatique pour devenir… Bringer ! Mais comment s’en sortir quand le moindre contact avec le plus minuscule des monstres suffit à vous faire tourner de l’œil ?

Devenir Bringer ? Pas question !

Monster X Monster commence par une brève introduction qui ne peut que faire penser à Monster Hunter. Ainsi, on apprend que ce monde était régi par de terrifiants monstres qui aimaient se repaître des humains. Mais des hommes se dressèrent et mirent, petit à petit, fin à l’hégémonie de ces créatures. Si bien que, quelques siècles plus tard, ces monstres ne sont plus que des proies chassées pour leurs griffes, plume, cornes, écailles… C’est l’ère des Bringers, ces chasseurs de monstres renommés, que tout jeune rêve de devenir… sauf pour notre héros.

 

Du haut de ses 29 ans, notre héros est loin du Bringer . Depuis plusieurs longues années il fainéante, reste chez sa mère, est complètement oisif et n’a aucune motivation pour s’en sortir. Un vrai glandeur ! Au grand damne de sa mère qui tente de lui trouver un travail. Bref, notre héros est un parfait anti-héros, qui est caractérisé par un running gag où on le voit se curer le nez, comme pour souligner son côté « je m’en foutiste ». Le mangaka joue beaucoup sur ce décalage entre un monde de fantasy, propice à l’aventure et ce « héros » pantouflard, procrastinateur. Il utilise aussi un autre décalage en mettant des éléments modernes dans ce monde de fantasy. Le héros est otaku, joue sur une sorte de PS Vita à des jeux de drague, va dans des Maids Café on y parle de Pôle Emploi…

Ces deux décalages, avec notre vision de la fantasy en manga, contribue à donner une personnalité propre à ce Monster X Monster, bien loin de la simple chasse aux monstres qu’on pensait trouver. Une ambiance loufoque se pose, en totale contradiction avec un graphisme hyper fin et détaillé (on en reparlera plus tard).

 

Ce personnage d’anti-héros vaut aussi le détour tellement sa fainéantise, sa capacité à éviter de travailler, sa lâcheté, son côté obsédé… font sourire. Le duo qu’il forme avec sa mère, qui le harcèle pour qu’il fasse quelque chose de sa vie, fonctionne bien. On s’amuse de ses défauts et de sa capacité à échapper à tout ce qui l’ennuie. Tout le début du tome est constitué de petites scènes/ rencontres permettant de mettre en avant le côté gentiment détestable du héros, qui trouve toujours le moyen de ne pas faire quelque chose malgré un bref instant de motivation, tout en se curant le nez. Mais du coup, cela est un peu répétitif et on finit par se lasser. Surtout que le running gag du curage de nez est un peu trop « grossier ».

Mais le mangaka glisse quelques indices sur le potentiel futur du titre avec des Bringers qui s’immiscent dans la vie du loser. Je pense à un jeune prodige, Wens, ou des membres d’une guilde intéressés par lui. On sent que notre héros a un passé particulier ou un héritage qui vont le faire dépasser son stade de bon à rien. L’auteur parvient à garde pas mal de mystères sur lui, sur la fin du tome, tout en laissant certains indices qui donnent envie de lire la suite.

Nikiichi Tobita cache encore volontairement le potentiel de son titre. Mais c’est à double tranchant, car j’ai trouvé ce premier tome déceptif. Il y a un manque flagrant d’heroic fantasy, de monstres et d’action. Le développement et les running gag de l’anti-héros apportent un peu de fraîcheur, mais il en abuse un peu trop. Pourtant, j’ai quand même envie de voir la suite et voir concrètement ce que Monster X Monster a dans le ventre.

 

Si le scénario peut surprendre voir décevoir, il va être difficile de dire la même chose du graphisme. Clairement, pour une première oeuvre Nikiichi Tobita a déjà un trait d’une très grande qualité. Que ce soit dans les arrières-plans, décors, monstres, personnages tout est soigné et détaillé. Les monstres bénéficient d’un soin tout particuliers (même si peu nombreux encore). Ils dégagent une impression de puissance et de classe. Même si je ne suis pas fan du charadesign du héros, on se doute que c’est volontaire pour souligner le côté négligé du personnage. Les autres bénéficient d’un vrai travail et dégage du charisme.

Réellement le travail est de toute beauté. Il facilite l’immersion dans ce monde atypique.

 

Pour conclure, Monster X Monster – tome 1 de Nikiichi Tobita pose son ambiance, son monde et son héros atypique. Il y a de bonnes idées, mais on ressent la maladresse souvent inhérente à une première oeuvre. C’est parfois un peu lourd, notamment avec des running gags qui lassent, et la promesse d’un monde très fantasy et peuplé de monstres n’est pas totalement tenue. Même le personnage principal n’est pas attachant, malgré son statut d’anti-héros. Pourtant, le mangaka, au cours du dernier tiers, glisse plein de pistes de développement qui laissent penser que ce titre a du potentiel.Mais il faudra attendre le tome 2 pour en être plus convaincu. Graphiquement, c’est sublime, avec une vraie patte graphique, et des cases bien détaillées et fournies.

 

Et vous qu’en avez-vous pensé ?

2 commentaires »

  1. PierreHughes 20/05/2017 at 21:56 -

    Excellent scénario ! Une histoire qui donne envie de lire jusqu’au bout. Ajoutez à cela le graphisme qui est vraiment impressionnant !

  2. Armand Levasseur 21/05/2017 at 21:25 -

    Superbe ! Moi qui aime les histoires de dragons et de guerriers, je vais être servi ! Merci pour le partage 🙂

Laisser un commentaire »