. Locke and Key – tome 3 : La Couronne des ombres | Fant'asie
Kameyoko 21/02/2012 0
  • Scénario
  • Graphisme

Locke and Key - tome 3 : La couronne des ombres

Locke & Key – tome 3 : La Couronne des ombres de Joe Hill et Gabriel Rodriguez

L’excellence se poursuit

Depuis la sortie du premier tome de Locke and Key, je ne cesse de défendre ce titre et de lui crier tout mon amour.C’est simple, j’adore ! Pour moi c’est l’un des meilleurs comics fantastiques actuels. L’écriture de Joe Hill (fils de Stephen King) est superbe, fine, intelligente et passionnante. Et derrière, il trouve en Gabriel Rodriguez l’artiste qu’il fallait pour ce titre.

Un nouveau tome de ce comic est toujours un ravissement pour moi. J’ai plaisir à plonger dans cet univers et d’être à Lovecraft.

Locke and Key – tome 3, intitulé La Couronne des Ombres de Joe Hill et Gabriel Rodriguez est édité par Milady Graphics et est disponible à la vente depuis le 20 janvier 2012.

Résumé de Locke & Key 3 chez Milady Graphics

Résumé de l’éditeur :

Et si surmonter ses peurs était aussi simple que de tourner une clé dans une serrure ? Les ténèbres se referment sur Keyhouse, le manoir de la famille Locke. Dodge poursuit son insatiable quête des mystérieuses clés de pouvoir et est prêt à tout pour les obtenir. Y compris à torturer ses anciens alliés et à assassiner ses ennemis. Bode, Tyler et Kinsey vont devoir mener seuls un combat désespéré pour leur survie.

Une mère qui sombre dans le désespoir

En l’espace de 2 tomes, Locke and Key s’est imposé comme l’un des comics fantastiques actuels les plus réussis. Le scénario de Joe Hill est d’une intelligence rare. Il n’a pas à rougir du talent de son père. Avec un moyen d’expression et un style différent, il est en passe de s’imposer comme un grand auteur.

Ce troisième volet de Locke and Key, intitulé La Couronne des Ombres, me prouve, une fois de plus, que c’est un titre à part et d’excellente qualité.
Même si Joe Hill use d’un même principe narratif, en révélant, à chaque tome, de nouvelles clés, aux pouvoirs étonnants, cela fonctionne parfaitement. Chaque nouvelle clé découverte ouvre de nouvelles possibilités et de nouveaux rebondissements, toujours intéressants. Le scénariste arrive parfaitement à pimenter son histoire et ouvrir des nouvelles voies grâce à la découverte de ces clés.

C’est toujours très inventif, et passionnant à suivre. Le lecteur se plait à découvrir les nouvelles capacités étonnantes de ces clés. D’autant plus qu’on se demande comment elles vont être exploitées. Est-ce que Dodge va s’en servir contre la famille Locke, ou bien les membres de cette famille vont-ils sen servir pour se défendre.

Au menu de ce troisième tome, pas moins de trois nouvelles clés qui vont être découvertes. Chacune a un pouvoir assez terrifiant et radical. Mais je vous laisse la surprise de le découvrir.

Le scénario de Joe Hill brille aussi par sa lisibilité. Tous les enjeux narratifs sont clairs, définis, intriguants et bien exploités. Que se soit la confrontation Sam/ Dodge, les manigances de ce dernier, la clé Omega, le passé du père décédé… tout est bien introduit et développé. Il avance clairement dans son scénario, en disséminant, de manière pertinente, les différentes briques qui commencent à s’assembler. On sent que le scénariste maitrise son scénario et le rythme.
Il arrive aussi brillament à condenser plein de genres pour un rendu unique. L’atmosphère fantastique, mélangée à du drame familial, un peu de « teen », un peu d’horreur et du thriller donne un résultat unique en son genre, envoûtant et addictif.

Mais la grande force de Locke and Key est ne de pas se contenter uniquement de jouer avec le pouvoir des clés et cette ambiance fantastique. Les personnages sont attachants, profonds et bien travaillés. Cet opus va, entre autres, pas mal s’attarder sur Kinsey et ses nouveaux amis et sur Nina, la mère, en pleine déchéance. Les relations familiales sont au cœur du récit et dépeintes avec justesse.

On assiste ainsi à une famille qui subit le contrecoup de tous les déboires subies. La mère s’autodétruit sous nos yeux. Cette déchéance est terrible à voir, mais mise en scène avec talent. Son comportement, son alcoolisme et les mots qu’elle utilise déchirent le lecteur autant que les membres de sa famille. On sent que dans son sillage, avec des mots mal choisis, elle entraine ses enfants dans sa chute, même s’ils essaient, tant bien que mal, de la relever. La rudesse de l’épreuve pour ces enfants est palpable.

La relation difficile entre Kinsey et sa mère, sur fond d’adolescence, est bien retranscrite. Alors que Tyler lui essaie de limiter la casse et d’épargner Bode. D’ailleurs le petit garçon est assez peu utilisé dans ce tome.

Kinsey est aussi mise en avant avec son changement de comportement, dû au retrait de toute peur. Même si elle parait plus forte, tout le talent de Joe Hill est de laisser transparaitre une faiblesse, une certaine impression de lente descente vers quelque chose de mauvais.

Dodge est toujours aussi inquiétant et intriguant. On sent la menace planer sur les habitants de Lovecraft. C’est vraiment un personnage qui fait froid dans le dos, à agir dans l’ombre, de façon sournoise. Et ce d’autant plus qu’il semble être la clé de ce qui se passe.

Joe Hill manie avec une dextérité incroyable, aussi bien le fantastique, que les relations humaines, conférant à son récit une énorme profondeur.

Le scénario est superbement mis en valeur par le travail de Gabriel Rodriguez, qui est son parfait complément. Son trait un peu cartoon, mélangé à des couleurs ternes, lui permet d’être aussi à l’aise dans le fantastique, que dans le drame plus intime.
Son style très personnel imprègne les pages de Locke and Key. Les personnages sont expressifs, bien travaillés et les décors bien présents et détaillés. Il est également très bon dans ses cadrages et les restitutions d’ambiance et d’atmosphère. Via la colorisation et l’expression des visages, mais aussi le découpage, il fait bien passer les émotions.

Pour conclure, ce Locke and Key – tome 3 : La Couronne des ombres démontre, s’il était encore nécessaire de le faire, le potentiel incroyable de ce comic, et le talent de ses artistes. L’histoire est passionnante et intelligente. Ce brassage de genre et d’ambiance permet d’avoir un récit captivant, lisible, bien construit et terriblement immersif. C’est un vrai régal de lecture. Tout est passinnant à lire, que ce soit les passages plus fantastiques, avec les clés, les drames familiaux, le développement des personnages, l’aspect thriller…
Une vraie maîtrise narrative, tout en proposant un scénario aux petits oignons ! C’est profond, intelligent et maitrisé.
Le tout est relevé par un Gabriel Rodriguez, plein de personnalité, qui sert le récit. Grace à son trait, son découpage et ses cadrages, il parvient à être aussi performant dans le fantastique, que l’intimiste.

Un comic de très grande qualité que je continue d’adorer et que je ne peux que conseiller de lire.

Et vous que pensez-vous de ce comic? Êtes-vous si enthousiasme que moi ?

Laisser un commentaire »