. Les enfants de la baleine – tomes 4 et 5 | Fant'asie
Kameyoko 10/03/2017 0
  • Scénario
  • Graphisme

Enfants de la baleine - tome 4Les enfants de la baleine – tomes 4 et 5 de Abi Umeda

Fin de Skylos

Les enfants de la Baleine est une série qui me tient à cœur depuis son premier tome. Je suis tombé sous le charme d’emblée. Ce n’est pas pour rien que je l’ai mis en tête de mes coups de cœur de 2016.
J’attends, depuis, toute sortie d’un nouvel opus avec impatience. Surtout que ces 4ème et 5ème volet sont importants.

Les enfants de la baleine – tomes 4 et 5 de Abi Umeda sont édités par Glénat et sont disponibles à la vente depuis, respectivement, les 02 septembre et 02 novembre 2016.

Résumé de Les Enfants de la Baleine 4 et 5 chez Glénat

Résumé du tome 4 :

Au plus fort de la guerre contre les troupes apathoïa, les enfants-combattants de la “Baleine de glaise” tombent les uns après les autres, emportant avec eux leur détermination, leurs espoirs et leurs promesses.
Alors qu’une tempête de sable fait rage, dans un coin de ce triste champ de bataille, deux “folies” sont sur le point de s’affronter…

Résumé du tome 5 :

La menace des troupes apathoïa s’éloigne enfin de Phaleina. Habitué aux douloureuses séparations, le peuple de l’île espère faire enfin une rencontre : des voyageurs venus d’un pays inconnu s’apprêtent à monter à bord du vaisseau. Au même moment, Chakuro, guidé par la mystérieuse Emma, entame un nouveau “voyage” : une plongée au plus profond de l’histoire de la “Baleine de glaise”…

Fin de conflit et nouveaux horizons

Je ne m’en cache pas depuis le début, mais je porte cette série, les Enfants de la Baleine dans mon coeur. Je lui trouve une personnalité dingue et des qualités scénaristiques et visuelles incroyables. Et ces deux tomes charnières ne font que renforcer mon amour pour ce manga. Je tue tout suspens d’emblée, mais Abi Umeda fait étalage de sa maîtrise dans ces deux opus.

Le quatrième volet va conclure l’arc avec l’assaut des troupes apathoïa. L’histoire va se focaliser essentiellement sur les troupes de Phaleina infiltrant Skylos, menées par Chakuro, Ohni, Niby… Dans le même temps, le Caporal affrontera Leodari. La force de cet opus, outre l’aspect infiltration et combat, au demeurant, très bien fait, c’est l’approfondissement des personnages et leur caractérisation. L’affrontement entre une troupe sans émotions, et les habitants de la Baleine, aux sentiments exacerbés permet de faire encore ressortir la singularité des habitants de Phaleina. Tous nous apparaissent plus humains et n’en deviennent que plus attachants. La mangaka parvient à les différencier et les travailler individuellement. Ce qui fait que le lecteur s’attache à chacun d’entre eux. Par exemple, la relation OhniNiby est très touchante fait d’une véritable amitié, ou encore le nouveau capitaine Suoh et sa compassion, la douleur vivace de Kuchiba suite à la disparition de Taisha
Ohni devient également très intéressant et singulier. Son rôle dans ce volume est prépondérant et le rebondissement autour de lui offre de nouvelles perspectives alléchantes.
Chakuro se cantonne un peu trop à son rôle d’archiviste, de spectateur, mais est loin d’être dénué d’intérêt.
Leodari est le personnage « ennemi » le plus développé, son agressivité, son surplus d’émotions, en font un personnage qui dénote du reste des troupes d’assaut et est plein de potentiel. Son combat contre le caporal permet de mieux le cerner et comprendre comment ses émotions le submergent et son incapacité à les comprendre et à les maîtriser. Cet excès est d’autant plus violent qu’il évolue dans une société où les autres n’ont pas d’émotions.

Enfants de la baleine - tome 5Abi Umeda a cette capacité à jouer avec les émotions, aussi bien avec celles de ses personnages que celles de ses lecteurs. Et le tout fonctionne à la perfection. On plonge dans l’histoire sans jamais en décrocher et en totale immersion, dans ce monde parfois contemplatif et onirique, parfois plus dur.

Le tome 5 voit les habitants de la Baleine panser leurs plaies et pleurer les disparus. Mais à peine le temps de sécher leurs larmes que de nouvelles voies de développement font leur apparition, et pas des moindres.

Tout d’abord, sous l’impulsion de l’énigmatique Emma, Chakuro part à la recherche du passé de la Baleine de Glaise et des causes de la courte vie des marqués. Mais ce n’est pas la seule piste, puisqu’on va comprendre à quel point le statut de Daimonas d’Ohni est important et pourrait être central dans les développements futurs.

Mais le gros rebondissement, qui arrive très tôt dans cet opus, est l’arrivée d’un mystérieux navire. Ami ou ennemi ? A sa tête on retrouve le mystérieux Roxalito. Quels sont ses intentions ?
En tout cas, ce personnage introduit un nouveau peuple dans l’échiquier et ouvre surtout la voie à un tout nouveau monde. Les habitants de la Baleine prennent conscience que le monde est vaste et leur est totalement inconnu. Les enfants de la Baleine semble donc prendre un virage plus mondial, qui va sûrement les amener à découvrir ce vaste monde, tout aussi mystérieux pour le lecteur. Mais ce tome permet de mieux comprendre la situation, la géographie et la géopolitique. Et cette ouverture au monde est pleine de promesses d’aventures, de rencontres et de dimensions plus politiques et culturelles.

Ce 5ème volet offre donc pas mal d’éléments et laisse entrapercevoir quelques réponses sur des sujets centraux. On sent l’intrigue avancer à grand pas et débuter un nouvel arc riche en informations et rebondissements. Car outre cette arrivée, les révélations sur les Daimonas,… la mangaka développe beaucoup le personnage d’Orca. Ce dernier est tombé en disgrâce suite à la déconfiture des apathoias. Mais c’est un personnage plein de ressources et qui est amené à être important par la suite. Car au-delà d’être le frère de Lycos, il est trouble et mystérieux. Il fait l’apologie d’un monde sans émotion, mais tout en s’entourant d’une cour pleine de vie. Il est vraiment très ambigu, ce qui le rend d’autant plus intriguant.

Mais ceci n’est qu’une partie des choses abordées dans ce tome, puisqu’il y a aussi pleins de choses à creuser du côté de l’étrange Emma, du rôle des kokalos, des factions au sein du gang des taupes…

Un tome dense qui ouvre le champ des possibles. Les pistes abordées, les révélations faites le rendent totalement captivant. Abi Umeda continue de nous fasciner, de rendre son récit toujours plus profond, envoûtant et maîtrisé. Elle nous embarque avec une facilité déconcertante sur cette mer de sable, au milieu des habitants de la Baleine. On se croirait presque amis avec eux, partageant leur craintes, leurs espérances et leur soif de liberté et d’aventure.

Graphiquement, c’est toujours aussi magnifique. Les planches dégage une incroyable personnalité, mélange de contemplatif, de détail, de sagesse et de force. Les décors sont magnifiquement détaillés et donnent une ambiance qui est propre au manga. Ses personnages dégagent énormément de personnalité et suscitent l’émotion ou au contraire des non-émotions.

Pour conclure, Les enfants de la baleine – tomes 4 et 5 sont deux tomes passionnants et qui confirment tout le bien que je pouvais dire de ce titre. Non seulement cela conclue magistralement la fin d’un arc, mais en plus l’auteure ouvre un champ des possibles qui donne l’eau à la bouche. On sent une maîtrise totale de son univers et de ses personnages. Tous nous sont chers, tous sont travaillés et personnalisés. L’univers se développe encore plus et offre de belles promesses.
En plus, graphiquement, elle maintient son niveau d’excellence.

Définitivement, les Enfants de la Baleine est un seinen à part, d’une rare qualité et tellement addictif ! Je suis toujours aussi fan, voir même encore plus. Décidément, j’ai du mal à trouver quelque chose à redire dessus !

Et vous, êtes-vous autant sous le charme que moi ?

Laisser un commentaire »