. Le Trone de Fer, Les Dragons de Meereen, tome 14 de George R.R. Martin. | Fant'asie
Torospatillo 18/10/2012 6

Le trône de fer - tome 14 : les dragons de Meeren

Le Trone de Fer, Les Dragons de Meereen, tome 14 de George R.R. Martin.

Tome 5.2.

Les Dragons de Meereen, 14ème tome de la Saga du Trône de Fer vient de paraître aux éditions Pygmalion.
Évidemment, si on respecte le découpage voulu par l’auteur, il s’agit en fait de la seconde partie (sur trois), du 5ème tome.
Je ne rentrerai évidemment pas dans les débats relatifs au découpage des livres dans leur traversée de l’Altantique et c’est avec plaisir que je me suis replongé dans les aspirations des différents personnages crées par George R.R. MARTIN.
Pour rappelle j’ai déjà chroniqué l’intégralité du tome 5 après sa lecture dans la langue de Shakespeare, ainsi que le tome 13 de cette saga.

Résumé Des Dragons de Meereen chez Pygmalion.

A présent que Stannis Baratheon est parti reprendre Winterfell aux Bolton pour s’assurer la domination du Nord, Jon Snow est redevenu le seul maître du Mur. Cependant, le roi autoproclamé a laissé sur place Mélisandre, la prêtresse rouge, qui semble décidée à apporter son aide au bâtard. Les flammes lui révèlent l’avenir, mais quel avenir ? A Meereen, la situation s’enlise : le blocus du port par les esclavagistes ne semble pas vouloir prendre fin, et Daenerys refuse d’envoyer ses dragons y mettre un terme flamboyant. L’enquête visant à démasquer les Fils de la Harpie, coupables des meurtres qui ensanglantent le pouvoir, piétine elle aussi. Seul un mariage pourrait dénouer la situation, mais les prétendants sont nombreux et les conséquences hasardeuses. Quant aux Lannister, ils vont devoir attendre encore un peu avant de pouvoir décoller la tête de leur lutin de frère : le ravisseur de Tyrion a de tout autres projets pour ce dernier… L’immense saga de George R-R Martin se poursuit pour le plus grand bonheur de ses fans, toujours plus nombreux depuis l’adaptation de son oeuvre fleuve à la télévision.

Où ça des dragons ?

Bon vous le savez déjà, à mon sens le 5ème tome du Trone de Fer est le plus faible de tous. Si sa première partie (tome 13 chez Pygmalion) a finalement trouvé grâce à mon coeur c’était finalement beaucoup grâce au découpage entrepris par l’éditeur.
Le problème c’est que la partie la plus indigeste du roman de George R.R. Martin, allait constituée l’ensemble de ce tome fraîchement sorti.

Toutefois, une fois encore, le fait de ne lire qu’un peu moins de 500 pages éponge quelque peu la douleur des 1.200 pages du tome 5 anglais.
On retrouvera ici les même personnages que dans le tome précédent, à savoir principalement Jon, Daenerys, Tyrion et Schlingue. Feront également l’objet de plus courts développements Bran, Davos, Asha,…
Le problème est ici, qu’il ne se passe franchement pas grand chose pour l’ensemble de ces personnages, heureusement que Tyrion est là par moment pour mettre un peu de joyeuseté, car sinon je me serai ennuyé ferme…
Étrangement les aventures d’un personnage très important introduit dans le précédent tome (13) ne sont même pas évoquées à part via une rumeur évoquée lors d’une conversation alcoolisée.
Et surtout Daenerys qui était réellement un de mes personnages préféré devient insupportable… Les sous-intrigues qui lui sont liées sont d’un ennui mortel. Si vous pensez voir des Dragons comme l’annonce le titre, vous pouvez sauter ce tome!
Toutefois, le roman profite d’une avancée chronologique pour réintroduire petit à petit des personnages délaissées depuis le 4ème tome.
Nous retrouverons ainsi Aria, pour un passage des plus ennuyeux, ainsi que Jaime dans un passage beaucoup plus inspiré.
Pour en avoir parlé avec un ami qui a également lu ce tome, mon gros problème est que finalement je ne retiens rien de marquant ici.
Je lisais en commentaire récemment que George R.R. Martin avait prévu de faire une ellipse de 5 ans dans sa narration en lieu et place de ce qui est conté dans le tome 5 et objectivement je veux bien le croire.
Finalement le seul élément marquant ici sera le dépaysement apporté par les citées libres et les différents peuples qui s’y retrouvent.
De plus le traducteur oeuvrant depuis le précédent tome commence à prendre de plus en plus ses marques, et je regrette sincèrement son prédécesseur, j’ai vraiment eu du mal à accrocher à la tournure de certaines phrases. C’est étrange car effectivement je pense que ce nouveau traducteur est plus précis que son prédécesseur et respecte bien plus l’oeuvre de l’auteur, mais j’ai réellement du mal à m’y faire.

Pour conclure, de part la molesse générale de ce tome, et l’absence d’évènement marquant, j’ai presque envie de vous dire que vous pouvez zapper ce tome et vous contentez de lire son résumé sur le net, mais ça serait quand même dommage non? Les Dragons de Mereen reste du George R.R. Martin, mais c’est ici certainement son tome le plus faible. Le prochain tome viendra évidemment relancer la saga, et le découpage de Pygmalion en fera de plus un excellent tome, alors pour patientez autant lire celui-ci.
Avez-vous lu ce tome? Me trouvez-vous trop sévère? Est-ce que le fait de l’avoir déjà lu peut fausser mon jugement?

6 commentaires »

  1. jeu de billard français 18/10/2012 at 15:42 -

    Personnellement ce qu’écrit Martin, ce n’est pas trop mon truc, par contre chapeau, pour le lire en anglais, il faut avoir un bon niveau!

  2. Thomas 09/11/2012 at 15:20 -

    Mon dieu les fautes… 🙄

  3. Torospatillo 09/11/2012 at 15:22 -

    Merci pour ce commentaire….

  4. Thomas 09/11/2012 at 19:30 -

    Ah pardon, seuls les commentaires positifs sont acceptés ?

  5. Torospatillo 09/11/2012 at 19:43 -

    Non absolument pas…

Laisser un commentaire »