. Le règne de Swamp Thing – tome 1 | Fant'asie
Kameyoko 24/11/2015 0
  • Scénario
  • Graphisme

Le règne de Swamp Thing-  tome 1

Le règne de Swamp Thing – tome 1 de Charles Soule, Kano et Jesus Saiz

La suite de Swamp mais équipe créative différente

Malgré son titre un peu trompeur, ce Règne de Swamp Thing est bien la suite directe de Swamp thing – tome 3. Je ne sais pas trop pourquoi Urban a opté pour cette stratégie de changement de nom, mais nous avons bien les numéros #19 à #27 de la série Swamp Thing.

Aux manettes, une nouvelle équipe créative. Saura-t-elle faire oublier la paire Snyder/ Paquette ?

Le règne de Swamp Thing – tome 1 de Charles Soule, Kano et Jesus Saiz est édité par Urban Comics et est disponible à la vente depuis le 10 juillet 2015.

Résumé de Le Règne de Swamp Thing 1 chez Urban Comics

Résumé de l’éditeur :

Le scientifique Alec Holland a enfin accepté son statut de protecteur de la Sève, l’incarnation de la Nature, et est redevenu la Créature des Marais. Mais le Parlement des Arbres trouve son commandement trop hésitant et modéré, et décide de trouver un nouveau champion à même d’assouvir leur désir d’expansion et de conquête. Alec Holland pourra-t-il défaire cet adversaire et asseoir enfin son règne végétal empreint d’humanisme et de compassion ?

Contient : Swamp thing #19-27 + #23.1 : Arcane + Annual #2

Swamp Thing ou le Planteur pour être l’Avatar de la Sève ?

Ce Le Règne de Swamp Thing est en réalité la suite de Swamp Thing. Urban Comics a probablement voulu dissocier les deux en profitant du changement d’équipe créative. Exit Scott Snyder et Yanick Paquette, place à Charles Soule, Jesus Saiz et Kano.

Si dans les premiers tomes de Swamp Thing, la créature du marais était étroitement liée à Animal Man, ce n’est plus le cas ici. Elle vit plus en solo. Et le défi est de taille pour Charles Soule qui doit poursuivre après l’excellent reboot opéré par Scott Snyder. Et comme pour son personnage, le scénariste se cherche dans un premier temps pour mieux trouver sa voie sur la fin.

En effet, le départ est un peu laborieux, avec un Créature des Marais marquée par les sacrifices consentis lors du run du Necromonde. Elle erre un peu, croisant la route de divers personnages de l’univers DC, pour bien montrer que ce titre fait partie intégrante du DCverse. Sauf que ces rencontres, avec l’Epouvantail, Superman ou encore John Constantine donnent plus l’impression d’avoir des numéros de backup pour faire du team-up. Elles n’apportent pas grand chose, même si les graines de la trame principale sont dissiminées.
Petit à petit une intrigue plus complexe et intéressante se met en place autour du personnage du Planteur. Ce personnage apparait comme bien mystérieux, de même que l’origine de ses pouvoirs et ses desseins. Puis petit à petit tout s’éclaircit et on entraperçoit la bataille pour être l’Avatar de la Sève. Charlie Soule en profite pour placer le parlement des Arbres sous le signe de la versatilité et l’ingratitude. On comprend leur mode de fonctionnement et le peu de considération qu’il porte à leur Avatar, qui est juste un outil.

Outre un affrontement très intéressant entre un Alec Holland, sous sa forme de Swamp Thing, et le Planteur, le scénariste nous plonge surtout dans la Sève. Le lecteur y fera la connaissance d’anciens Avatars, de différents lieux et différentes époques. Il nous offre ainsi toute une panoplie de personnages secondaires intéressants. Intéressant de par leur charadesign, puisqu’on s’amuse à voir des « stéréotypes » d’époques et de lieux mais végétalisés, mais aussi au niveau de la caractérisation. Il y a des personnages hauts en couleur qui vont « entraîner » le Swamp thing actuel. Cette plongée dans le monde de la Sève est franchement des plus sympathique et bien orchestrée par l’auteur. Cela relève sensiblement le niveau d’un début un peu poussif.
On sent que Charlie Soule s’est trouvé dans cette partie. Il arrive à faire monter la pression, tout en aposant sa patte sur Swamp Thing. Il prend en main son personnage et l’amène sur des versants non explorés par Snyder, sans pour autant trahir le travail du précédent scénariste. Du coup, la lecture n’en devient que plus intéressante et donne vraiment envie de connaitre la suite.

Graphiquement, c’est essentiellement Kano et Jesus Saiz qui œuvrent. Malgré quelques différences, il y a quand même quelques similitudes entre les deux artistes. Leurs styles, sans être transcendant, sont assez agréables même si pour Kano, il peut être parfois fouillis. Malheureusement pour eux il est très difficile de passer après le travail exceptionnel de Yanick Paquette (oui j’adore le monsieur !). Il s’en dégage moins de personnalité et de créativité. le découpage et la mise en scène sont plus sages. Mais ça reste plus que correcte.

Pour conclure, Le règne de Swamp Thing – tome 1 de Charles Soule, Kano et Jesus Saiz est bien la suite directe de Swamp Thing, mais conserve un côté assez accessible aux néophytes. Charles Soule pédale un peu au départ pour finalement trouver son rythme et proposer une histoire plus impactante et pleines de bonnes idées. parmi lesquelles l’exploration de la Sève et des anciens avatars. La trame globale est moins ambitieuse que ce qu’avait fait Scott Snyder mais ça reste très plaisant et ça permet encore d’étendre l’univers et de le rendre plus passionnant. Graphiquement, on regrettera le départ de Yanick Paquette, mais les deux dessinateurs s’en sortent quand même bien.
Bref ce Règne de Swamp Thing est un poil en dessous de son prédécesseur mais reste une très bonne lecture, un peu différente du reste du DCverse. Vivement la suite !

Et vous qu’en avez-vous pensé ? Aimez-vous ce qu’a fait Charles Soule avec ce Swamp Thing ?

Laisser un commentaire »