. Le Magicien d'Oz d'Eric Shanower et Skottie Young | Fant'asie
Del Poyo 23/01/2013 2
  • Scénario
  • Graphisme

Le Magicien d’Oz d’Eric Shanower et Skottie Young

Un livre pour enfant

Voilà une nouveauté assez atypique qui a quelques atouts aux premiers abords pour nous séduire. Tout d’abord, il s’agit de l’adaptation du roman éponyme de Lyman Frank Baum qui a été largement popularisé par le film de Victor Fleming en 1939, Le Magicien d’Oz. En plus de ceci, le graphisme est déjà très accrocheur dès la couverture. Un comics qui attise la curiosité et qui nous pousse à aller plus loin.

Mais quand est-il à la lecture ? Le roman de Baum est destiné aux enfants et le choix de Marvel et des auteurs s’est porté sur le même objectif, dans un soucis de fidélité à l’œuvre originelle. Ce récit s’adresse-t-il aux adultes malgré tout ? Qu’elle est la qualité narrative, au-delà du gros travail graphique mené sur ce projet ?

Le Magicien d’Oz de Eric Shanower et Skottie Young édié chez Panini Comics est disponible en librairie depuis le 14 Novembre 2012.

Résumé du Magicien d’Oz chez Panini Comics

La maison de Dorothée a été transportée par une tornade dans le pays des Munchkins… et seul le Magicien d’Oz peut ramener la fillette au Kansas ! En compagnie de l’Epouvantail, du Bûcheron en Fer-Blanc et du Lion Poltron, Dorothée entame un voyage de retour semé d’aventures magiques…

Au pays d’Oz

Après les nombreuses critiques positives que j’ai pu lire sur ce comics, je me suis donc décidé à entamer sa lecture. Le Magicien d’Oz est adapté du roman pour enfant éponyme écrit par Lyman Frank Baum en 1900. Ce titre fut un succès immédiat et l’auteur a rédigé 13 livres au total sur le pays d’Oz. Comme toute série à succès, d’autres auteurs prirent la suite, et pas moins de 32 livres composent aujourd’hui ce que l’on appelle la « série des Oz ». Eric Shanower est un passionné de cet univers ce qui en fait, par définition, l’auteur parfait pour une adaptation en Bandes Dessinées.

Je vais, volontairement, ne pas faire de parallèle entre l’œuvre cinématographique et l’œuvre ici présentée. En effet, Eric Shanower ne nous livre pas une retranscription du film de 1939, mais bien une adaptation du livre de Baum de 1900. Je me suis donc penché, suite à la lecture de ce comics, sur l’œuvre de Lyman Frank Baum.

Mais revenons aux fondamentaux, car tout le monde n’a pas eu l’opportunité d’avoir vu le film ou lu le livre. Le Magicien d’Oz est, à l’origine, un livre dédié aux enfants. C’est l’histoire d’une petite fille, Dorothée, qui se retrouve par hasard projeté dans le pays d’Oz. Il s’agit d’un pays magique avec des sorcières, des singes volants, des animaux qui parlent… Dorothée n’aura de cesse de vouloir rentrer chez elle. Elle devra pour cela traverser le pays d’Oz pour rencontrer le Magicien d’Oz, à la cité d’émeraude. Cette quête va l’amener à faire la rencontre de trois compagnon : un épouvantail, un homme de fer-blanc et un lion. Ce voyage enchanté ne sera pas de tout repos et bon nombre d’obstacle se dresseront devant eux.

Ce qui m’a marqué aux premiers abords à la lecture du comics de Shanower et Young, c’est la simplicité du récit et des dialogues. En comparant par la suite avec le livre de Baum, on se rend très vite compte que Shanower a retranscrit au dialogue près l’œuvre originel. Si le récit est très accès pour les enfants, il se porte plutôt bien au médium de la bande dessinée. Le récit de Baum (car il s’agit bien là d’un scénario de Baum et d’une simple retranscription de Shanower) donne une forme de légèreté au comics et un aspect parfois un peu loufoque, en décalage.

La part graphique est essentielle dans la conception de cette œuvre. Le récit étant simplement paraphrasé du livre, le dessin porte à lui tout seul l’interprétation et la traduction du livre sur le support comics. Young a fait un gros travail pour apporter justement cette ambiance décalée et enfantine tout en gardant pourtant ce style qui est propre aux comics et qui le rend beaucoup plus accessible aux adultes.

Le dessin est au service de la narration, et transforme un récit pour enfant en conte philosophique. Les pages s’enchaînent, parfois émouvantes, parfois pleines de poésie. Certains dialogues s’apparentent à un style absurde et frisent le non-sens. Toutes ces ambiances sont renforcées par les prises de vues, la mise en page, les couleurs. On pourrait presque se risquer à dire qu’il s’agit là d’un véritable hommage à la bande dessinée tant le travail a été porté sur ces aspects-là plutôt qu’au récit en lui-même.

Il faut donc souligner la très bonne initiative de Marvel de lancer ce projet. Pourtant le Magicien d’Oz a déjà été adapté en bande dessinée plus d’une fois, en France et outre-atlantique. Je ne peux malheureusement juger ces travaux ne les ayant pas lus. Néanmoins, Marvel nous propose quelque chose d’original qui, espérons-le, aboutisse à un second projet. De nombreux livres restent encore à être adaptés et cela ne serait pas du tout une mauvaise idée ! Si le scénario reste sans surprises pour tous ceux qui connaissent l’histoire, la claque graphique que l’on se prend en vaut le détour.

Pour conclure, le Magicien d’Oz est un véritable plaisir à lire. C’est naïf et ça fait du bien. La force de l’œuvre est d’être au plus proche, à la réplique près, du style du livre de Baum et de présenter une interprétation pourtant tellement différente, permettant à la fois une lecture accessible aux enfants, ainsi qu’aux adultes. Ce comics est la preuve qu’un récit ne porte pas à lui seul la narration. La bande dessinée est un médium puissant dont l’aspect graphique est un levier essentiel à l’interprétation de l’histoire et surtout aux différentes émotions qui sont transmises. En espérant que le succès de cette adaptation pousse l’éditeur et les auteurs à poursuivre le voyage.

Et vous ? Qu’avez-vous pensez de cette adaptation ? Le style trop enfantin vous gêne-t-il ?

2 commentaires »

Laisser un commentaire »