. La vie en Doll – tome 1 de Junya Inoue | Fant'asie
Iteza 14/10/2016 0
  • Scénario
  • Graphisme

La Vie en Doll - tome 1 de Junya Inoue

La vie en Doll de Junya Inoue

Le mangaka de Btooom !, Junya Inoue Nous revient avec un nouveau titre, bien différent de son précédent.

La vie en Doll – tome 1, un manga de type shônen, est édité par Glénat Manga et est disponible en France depuis le 21 septembre 2016.

Résumé de La vie en Doll chez Glénat Manga

Résumé de l’éditeur :

Entre les moqueries de ses camarades et sa mère alcoolique, Kasumi Haruno est une collégienne qui n’espère plus rien de la vie. Mais deux cadeaux mystérieux, une bague et un miroir, bouleversent son quotidien : elle se retrouve dotée de pouvoirs magiques et d’une deuxième personnalité agressive ! Cependant, ces objets attisent la convoitise d’une terrifiante organisation…
Sailor Moon, Creamy, Emi magique, Pretty Cure… Ces jolies jeunes filles qui se transforment en robes à froufrous pour faire scintiller le monde en rose fluo avec leur pouvoirs magiques ont fait rêver des générations entières de fans d’animation japonaise. Mais lorsque l’auteur de Btooom! s’empare du sujet, l’attaque magique provoque des giclées de sang et les morts s’ensuivent autour de l’héroïne… Bienvenue dans le vrai monde !

Voulez-vous vraiment avoir des pouvoirs magiques ?

Si vous avez toujours voulu lire un magical girl du type Sailor Moon mais en mode gore La vie en Doll, le nouveau manga de Junya Inoue, est fait pour vous !

Junya Inoue a connu un franc succès chez nous avec le manga Btooom! Ayant beaucoup apprécié ce titre, j’attendais avec impatience ce nouveau titre de Inoue. Et j’ai pris mon pied !

Kasumi Haruno, 14 ans, est une collégienne qui n’a pas grand-chose pour être heureuse. Côté famille, son père a mystérieusement disparu en Europe plusieurs années auparavant, et depuis, sa mère a sombré dans l’alcoolisme, passe ses soirées dans les bars et ses journées dans le canapé sans s’occuper d’elle. Et côté école, sa timidité et son côté renfermé en ont fait la cible des moqueries de certaines filles, qui vont jusqu’à la traiter de déchet. Ses seuls soutiens : sa douce et souriante amie d’enfance Emi, et le beau Muteki dont elle est secrètement amoureuse et qu’elle admire béatement jour après jour sans jamais lui parler.

Mais voilà qu’un jour, Kasumi reçoit chez elle un étrange colis, envoyé par son père, resté silencieux pendant tant d’années. A l’intérieur, un petit miroir ainsi qu’une bague d’auriculaire que la jeune fille décide de garder précieusement. Mais les deux objets sont loin d’être banals. Tandis qu’elle ne parvient plus à retirer la bague une fois enfilée à son doigt, elle finit pas découvrir une très étrange propriété du miroir, qui lui fait littéralement changer de caractère quand elle le regarde avec insistance ! La voici giflant sa pire tortionnaire, embrassant Muteki avec une assurance certaine…
Est-ce là une bénédiction ? Pas si sûr. Car très vite, alors qu’elle est au collège, l’adolescente apprend que sa mère a été attaquée par des étrangers à sa recherche pour récupérer les deux objets. Et ceux-ci sont prêts à tout pour parvenir à leurs fins, y compris à tuer et à manipuler des innocents…

Le manga débute plutôt lentement en nous exposant tous les malheurs de Kasumi, pouvant nous laisser tomber dans la pitié pour ce personnage, mais qui peut également être vue comme agaçante (quand elle note toutes les personnes qui l’entoure). Heureusement ceci dure un court laps de temps, car on entre assez vivement dans le vif du sujet ! Après comme la plupart des magical girls que j’ai pu lire (n’en ayant pas lu beaucoup cependant ^^) on nous expose comment ces pouvoirs lui sont arrivés…

Scénaristiquement parlant, le manga tient la route sans pour autant frôler le génie. On a ici une histoire assez « classique » si je puis dire, de magical girls. Mais là où le manga arrive à se démarquer, c’est de par son côté quelque peu gore et sombre. Ici, pas de gentils petits combats comme cela peut être le cas avec d’autres manga du genre : ici, vous allez voir de vrais combats digne d’un manga shônen nekketsu !

Pour ce qui est du dessin, très bon travail de la part de Inoue même s’il est vrai que je dois avouer que certains cases paraissent « bâclées » avec une qualité de dessin médiocre : des passages où l’auteur essaie de faire des dessins SD pour renforcer certains moments comiques qui sont pas terrible par exemple (cela est peut-être dû au changement d’histoire entre Btooom! et La Vie en Doll). Mais en général, le dessin reste très bon dans son ensemble et on reconnaît tout de même la patte du mangaka sur les planches.

Bien que ponctuée de petits défauts, La Vie en Doll s’avère globalement efficace, de par son rythme, mais aussi son concept qui, s’il est exploité intelligemment par la suite, pourrait offrir un peu plus qu’un simple divertissement d’action où des gamines en jupe s’entretuent. Lecture plutôt sympathique donc, mais que je vous conseille pas forcément car cela ne plaira pas forcément à tout le monde.

Alors si toi aussi tu as lu ce manga, qu’en as-tu pensé ?

Laisser un commentaire »