. « La Roue du Temps » – tome 17 : Le Coeur de l'hiver | Fant'asie
Kameyoko 20/05/2009 7

La Roue du Temps - tome 17 : Le coeur de l'hiver

Volume 17 de la saga de fantasy « La roue du Temps »

Au coeur de l’hiver de Robert Jordan

En voilà une saga de fantasy qui me passionne depuis des mois. La Roue du Temps fait partie de ces longs cycles de fantasy très « heroic fantasy » qui marquent le lecteur tant l’univers est riche, vaste et l’intrigue poussée. Cela fait maintenant des mois que je me passionne à suivre les aventures de Rand Al’Thor et des ses compagnons : Nynaeve, Mat, Perrin, Egwene, Elayne... Et c’est loin d’être fini! J’ai un véritable coup de coeur pour cette saga qui malgré certaines petites longueurs des temps en temps ne m’ennuie jamais. Je suis toujours à fond dedans, c’est un vrai régal à lire.

Je viens récemment de finir le tome 17 intitulé « Le coeur de l’hiver ». Ce dernier avait la lourde tâche de succéder au volume 16 : Alliances et à sa fin passionnante annonçant du lourd pour la suite.

Mais voilà c’est un tome impair, dû au découpage plus que discutable de l’éditeur (et oui je rabâche un peu mais ça me tient à coeur); ce qui correspond au début du roman américain. Par conséquent il est fort possible qu’il soit moins orienté actions et évènements majeurs que ce que ne laissait supposer la fin du volume précédent.

Ce tome repart-il sur les évènements de la fin du tome 16 ou bien est-il moins rythmé comme les tomes impairs?

Résumé de ce volume 17

Attention ce qui suit risque de vous dévoiler des moments clés de l’intrigue. Si vous n’êtes pas arrivés au tome 16 vous risquez fort d’être soumis à du SPOIL
Résumé Fleuve Noir :
« Rand al’Thor a fui Cairhien avec Min après avoir échappé à un assassinat. Mais plus grave encore, il subit l’influence du Ténébreux qui a perverti le saidin. Il se met alors en quête de Dashiva et ses renégats pour les supprimer. De son côté, Perrin apprend que sa femme, Faile ainsi que la reine Alliandre et Maighdin ont été capturées et emmenées par le Shaido de Sevanna. Bien décidé à les ramener saines et sauves, il part à leur recherche, persuadé que c’est Rand qui a provoqué l’enlèvement… »

Décidément je n’aime pas ces résumés approximatifs. Voici mon petit synopis :
Perrin est mandaté par Rand pour retrouver le Prophète Masema et le ramener à lui pour essayer de le contrôler un minimum et éviter les exactions qu’il entraîne. La situation est extrêmement tendue, c’est pourquoi il refuse d’emmener Faile avec lui quand il rend visite au Prophète.

Cette dernière passe donc son temps avec Alliandre, et ses servantes (dont Maighdin)… Mais lors d’une de leurs sorties elles se font kidnapper par les aiels Shaidos de Sevanna où elles deviennent des Gai’shain.

Face à cette nouvelle Perrin envoie des hommes pour essayer de les retrouver, tout en essayant d’éviter que des conflits n’éclatent entre les différentes factions de son armées, et les disciples de Masema.

Pendant ce temps là, Elayne continuer à prétendre au trône d’Andor. Mais pour cela elle doit savoir qui pourrait la soutenir ou s’opposer à elle, pourquoi et comment.
Pendant ce temps Birgitte est nommé Chef de sa garde. Elle est donc chargée de recruter des éléments pour composer la garde d’Elayne mais aussi assurer sa sécurité.

La situation au palais est là aussi tendue puisque les tensions entre la Famille, les Athan Miere, les Aes Sedai (dont Nynaeve) ne font que croître.

Elayne passera aussi le test pour devenir la première soeur d’Aviendha.

Rand, de son coté, essaie de se faire discret depuis l’attaque du palais du Cairhien. Il doit mettre la main sur les Asha’mans traîtres. Néanmoins sa relation avec le Saidin devient de plus en plus dure, il a des vertiges quand il fait appel à lui. C’est une des raisons qui le pousse à chercher un moyen d’éliminer la souillure du Ténébreux.

Mat, quant à lui, est toujours à Ebou Dar et se réfugie au sein du cirque ambulant de Valan Luca pour se protéger des Seanchans.

Un tome essentiellement axé sur Perrin et Elayne

Ce tome met particulièrement l’accent sur Perrin et sa mésaventure avec Faile et sur Elayne qui occupe une position délicate en Andor. Du coup Rand, Mat, Min, Nynaeve, Egwene ont un rôle assez secondaire ici.

Ce tome est encore un peu introductif (comme la majorité des tomes impairs) et c’est donc un peu déceptif vu que j’attendais beaucoup des évènements de la fin du tome 16. Ce n’est pas que le tome est inintéressant, loin de là, c’est juste que je regrette qu’on ne soit pas resté sur la suite.

Perrin avait été un peu oublié dans le 16, ici il est bien mis en avant. Mais, là aussi, Robert Jordan introduit des points qui seront super intéressants à suivre par la suite. Mais là, c’est juste de l’introduction.

On peut faire ce reproche à l’ensemble du livre tant l’auteur glisse des détails qui seront, à n’en pas douter, assez importants mais toujours dans cette optique du « plus tard ».

La partie avec Elayne est intéressante à suivre à plus d’une raison. Mais ce qui en ressort c’est les liens spéciaux et spécifiques qu’elle créera avec Aviendha, Min, Birgitte et Rand.

Rand n’apparait que très peu. Il donne l’impression d’être là que pour montrer à quel point la souillure du Saidin l’atteint et donc mieux comprendre son désir de le purifier. Mat est, lui, quasi inexistant sur ce tome.

Par contre plus j’avance dans le lecture plus cela devient complexe. Les ramifications etles  liens, sont nombreux. Le pendant de cela, est que derrière le nombre de personnages croit de manière exponentielle et il devient très compliqué de replacer telle aes Sedai, tel Seigneur, tel Aiel. Je l’avoue il m’arrive de m’emmêler les pinceaux.

Ce volume m’a permis de me rendre compte que petit à petit cette saga se féminise beaucoup. Les personnages féminins prennent de plus en plus de place dans la narration et d’importance dans l’action. Je n’y avais jamais fait plus attention que ça, mais sur ce tome c’était flagrant alors qu’au début ce n’était pas franchement le cas.

Les femmes prennent le pouvoir!

Si on regarde les personnalités importantes du monde imaginé par Jordan, beaucoup sont des femmes : les Réprouvés, Egwene, Elaida, Morgase, Elayne, la reine de la Saldea, la Panarche de Tanchico, Aliandre, les Athan Miere, Suline, Sorilea, Cadsuane, Berelaine….

Même les personnages masculins sont au final très liés à des personnages féminins : Rand avec Elayne, Min, AviendhaMat et la reine à Ebou Dar, Perrin et Faile, Davram Bashere et sa femme …

Au niveau de leur caractère et de leur place dans leur société, ce sont les personnages les plus difficiles à appréhender, les plus complexes mais souvent les plus intéressantes. Si on prend les Aes Sedai, les Vierges de la Lance, les Pourvoyeuse-des-vents, les Maîtresse-des-vagues, le Cercle du Tricot, elles ont toutes un fonctionnement bien spécifique et complexe qu’on ne retrouve pas chez les hommes.

Pour conclure, j’éprouve toujours autant de plaisir à lire cette saga qui ne cesse de se complexifier (au niveau de son scénario mais aussi pour suivre les personnages), de se développer et de creuser son univers. A la lecture je suis totalement immergé dedans.

Cependant, la complexité des relations, des hiérarchies et de l’histoire entraine quelques difficultés à lire et des temps morts qui sont gênants, mais qui ne doivent pas occulter l’exceptionnelle qualité de cette saga épique.

Et vous qu’en avez-vous pensez? Pensez-vous aussi que les femmes ont pris le pouvoir?

7 commentaires »

  1. Savon 23/05/2009 at 00:16 -

    question : elle a combien de tome cette série? elle est très longue et du coup, j’hésite à me lancer. pourtant tu as l’air de vraiment bien aimer alors je me dis que ça vaut être – le coup.

  2. Kameyoko 23/05/2009 at 13:17 -

    @Savon : Oui elle est très longue ce qui en fait sa principale force mais aussi principale faiblesse.

    Robert Jordan (qui est mort) a prévu 12 volumes américains. Mais comme nos éditeurs français on pris la très mauvaise habitudes de couper les volumes en 2, il faudra à priori compter sur 24 tomes.

    Sauf que le dernier tome écrit par Brandon Sanderssn (qui a pris la suite de Jordan à sa mort) sera déjà découpé en 3 volumes. Donc au final on aura 14 tomes américains et donc peut être 28 tomes français. Pour l’instant 18 tomes ont été traduits en français.

    Personnellement je suis archi fan mais la longueur du cycle peut rebuter, faut l’avouer.

    L’autre soucis c’est que le 1er voir le deuxième tome sont trop ressemblant au Seigneur des Anneaux. mais après c’est que bonheur.

    je ne peux que le conseiller mais faut être patient.

  3. JFK 03/02/2010 at 20:26 -

    Je viens de lire les tomes 17-18 (attendu qu’ils sortent chez FL). Je confirme tout ce que tu dis. C’est parfois difficile à savoir qui est qui et je n’ose pas forcément aller chercher le nom sur le net, de peur de me faire spoiler.

    Beaucoup d’intrigues restent en balance (ce qu’il se passe à la tour, on ne voit quasi pas les Aiels hélas, longtemps plus eu de nouvelles des 2 rivières, etc. etc.)

    Mais sinon c’est bon, malgré quelques longueurs (un peu marre des descriptions des robes des femmes) l’action reprend, et sur l’ensemble des tomes 17-18, on avance vraiment, avec un dernier chapitre dantesque!

    Pour finir, je ne sais pas si les femmes prennent le pouvoir. Pas plus qu’avant je dirais puisque les femmes ont toujours été puissantes (un bon point pour cette série). Mais je me réjouis de voir évoluer Cadsuane. J’avais trouvé son apparition maladroite, mais elle semble bien évoluer au niveau de l’intérêt. Vivement la suite en poche (dans un an snif… faut que je me mette à la VO)

  4. Kameyoko 05/02/2010 at 18:41 -

    @JFK : Si les femmes prennent le pouvoir au sens littéral entre Egewene et Elayne voir Cadsuane 🙂

    J’ai quand même trouvé qu’elles étaient plus présentes que d’habitude et pas cantonné à un rôle mineur.

    Sur le coté difficile de s’y retrouver, vu que ça fait un an (ou presque) que je n’ai plus la Roue du Temps, lire les nouveaux tomes risquent d’^$etre un peu difficile. j’ai oublié plein de détails.

  5. JFK 07/02/2010 at 18:00 -

    Je ne suis pas tout à fait d’accord. Politiquement parlant, cela ne change rien puisque tant Egwene qu’Elayne prennent la place d’une femme. Mais c’est vrai que les femmes « personnages principaux » se mettent de plus en plus en avant et rejoignent d’autres femmes plus secondaires qui ont un sacré pouvoir (les sagettes, feu Moiraine etc.).

    Moi pour tout te dire j’ai lu quelques résumés sur internet des oeuvres précédentes, afin de me remémorer un peu.

  6. Guiwan 04/05/2010 at 15:28 -

    Merci pour cette super critique. J’avais besoin de me rafraichir la mémoire avant de lire les tomes 18, 19 et 20. c’est vrai qu’entre tous les lieux et personnages c’est pas une sinecure mais en s’accrochant ça passe tout seul. Bon boulot en tout cas (j’ai mis le site en favoris pour le coup)
    Bonne continuation Kameyoko ^^

  7. Kameyoko 05/05/2010 at 11:00 -

    @Guiwan, ça doit faire plus d’un an que je n’ai pas lu La Roue du temps. En m’y plongeant maintenant, je suis sûr d’oublier la moitié des trucs. Je me sens pas d’attaquer de renchainer la lecture des derniers tomes. ca passe pas tout seul pour moi

    En tout cas merci 😀

Laisser un commentaire »