. La Moitié d'un Roi: La Mer Éclatée, Tome 1 de Joe Abercrombie | Fant'asie
Torospatillo 27/11/2014 1

La Moitié d'un Roi de Joe Abercrombie

La Moitié d’un Roi: La Mer Éclatée, Tome 1 de Joe Abercrombie

Nouvelle trilogie.

Je me rends compte en écrivant cette chronique que j’avais oublié de vous parler de Servir Froid de Joe Abercrombie. C’était ma première lecture de cet auteur anglais, et j’avais vraiment apprécié. Un style proche de Gemmell, un personnage principal féminin fort et perturbé. Bref, c’était plaisant !

Or, la sortie de La Moitié d’un Roi en Angleterre a fait grand bruit, et je l’attendais avec impatience. Il s’agit d’un premier roman dans un nouvel univers et la saga devrait être une trilogie.

Beaucoup attendaient ce roman avec crainte dès lors qu’en Angleterre il est sorti sous la bannière littérature Yong Adult.

Bragelonne qui se charge de l’édition française le publie dans sa collection habituelle et ne retient pas l’étiquette jeunesse. A noter sur la couverture, l’adoubement d’Abercrombie par Messieurs George RR Martin et Rothfuss, bref la grande classe.

Résumé de La Moitié d’un Roi chez Bragelonne.

J’ai prêté le serment de venger la mort de mon père. Je suis peut-être la moitié d’un homme, mais ce serment était entier. »

Né faible aux yeux de son père, le prince Yarvi a juré de récupérer un trône dont il n’a pourtant jamais voulu. Mais il doit d’abord affronter la cruauté de sa propre famille, les humiliations de l’esclavage, ainsi que les eaux amères de la Mer Éclatée. Tout cela avec une seule main valide.

C’est au côté d’une étrange assemblée d’exclus et de marginaux, et non parmi les nobles de son rang, que Yarvi apprendra à être un homme – s’il survit aux épreuves de toutes sortes qui l’attendent…

Efficace.

Lors de la première lecture d’un roman d’Abercrombie, j’ai ressenti cette vague épique que j’ai souvent ressenti en lisant du Gemmell. A savoir que j’avais entre les mains un roman efficace, pas prise de tête et bien construit. En plus, le soin apporté aux personnages m’a agréablement marqué.

En tout état de cause, ces éléments de satisfaction sont ici tout à fait transposables. Même si le souffle épique a mis quelque peu de temps à se matérialisé.

Il s’agit d’un roman initiatique où nous suivrons les aventures d’un jeune Roi déchu cherchant à reconquérir son royaume. L’originalité se trouve ici que ce dernier n’a jamais été destiné à être Roi mais devait être une sorte de conseillé connaissant l’ensemble des us et coutume du royaume, ce qui bien-sure vous vous en douté sera utile par las suite.

En tout état de cause, Yarvi excellait dans ses études, voir s’y complaisait de par son handicape à savoir un bras atrophié qui naturellement l’a éloigné des entraînements à l’épée.

Bref, comme dans tout roman initiatique ce dernier va rencontrer différents problèmes et différents personnages, se lier d’amitié, etc… Il passera évidemment de l’adolescence à l’age adulte. Du classique, mais toujours prenant et sans temps mort.

Si l’aventure peut être un peu linéaire et faite d’heureuses rencontres il faut dire que le dernier tiers du roman réserve son lot de rebondissements et laisse comprendre que ce qui pouvait passé pour une gentille histoire un peu légère est en fait bien plus réfléchie et aboutie que ce qu’elle laissait présagée.

Le monde en lui-même est plutôt intéressant notamment quant à sa religion et l’organisation des différents royaumes entre eux. De plus, le monde est ancrée dans une ambiance plus viking que moyenâgeuse ce qui est plutôt agréable.

Le style de Abercrombie est simple, rythmé et plaisant, et une fois commencé il est très difficile de reposer le roman.

Pour conclure, malgré une trame classique La Moitié d’un Roi est un roman efficace et agréable. On peut lui reprocher un début un peu trop linéaire mais le derniers tiers du roman est riche en rebondissements et laisse présager des suites de qualité où j’espère en apprendre un peu plus sur le monde mis en place qui semble riche et bien construit. En tout état de cause, ne soyez pas bloqués par l’étiquette littérature jeunesse qui lui avait été donnée outre-manche, si le roman peut certainement être lu par des ados, il n’en reste pas moins plaisant à lire pour des lecteurs plus âgés. Abercrombie signe encore une fois un « page turner » difficile de reposer une fois commencé, même si en l’état ce tome faisant office d’introduction de luxe m’a quelque peu laissé sur ma faim.

Avez-vous lu ce roman? Qu’en avez-vous pensé?

Un commentaire »

  1. Muriel 21/10/2017 at 17:02 -

    J’adore votre blog

Laisser un commentaire »