. King's Game Origin – tome 1 | Fant'asie
Kameyoko 18/05/2015 0
King’s Game Origin – tome 1
  • Scénario
  • Graphisme

King's Game Origin - tome 1

King’s Game Origin – tome 1 de Nobuaki Kanazawa et J-Ta Yamada

Les origines du Jeu du Roi

Ki-oon aime les Survival Games et aime sa licence King’s Game. L’éditeur nous propose ainsi une troisième série autour de ce jeu macabre. Cette fois-ci, l’idée peut être intéressante puisqu’on revient au tout début de ce jeu.

Malheureusement, avec ce type de récit, la qualité de la série ne pourra se juger qu’à la toute fin. Surtout avec ces King’s Game qui ne sont pas réputés pour leur conclusion.

King’s Game Origin – tome 1 de Nobuaki Kanazawa et J-Ta Yamada est édité par Ki-oon et est disponible à la vente depuis le 12 février 2015.

Résumé de Kings Game Origin 1 chez Ki-oon

Résumé de l’éditeur :

4 août 1977, village de Yonaki.
Dans ce petit hameau de montagne coupé du reste du monde, un adolescent reçoit une enveloppe noire. À l’intérieur, une invitation à un mystérieux « jeu du Roi » accompagnée d’un premier défi macabre : tous les habitants du village de Yonaki âgés de 10 à 20 ans devront toucher un cadavre humain avant la fin de la journée sous pleine d’être punis par le Roi… Pour les 32 villageois, c’est le début d’une partie d’échec mortelle contre un ennemi invisible et tout-puissant !

Mêmes règles, même cruauté, époque différente

Ce King’s Game Origin est la troisième série tirée de cet univers après King’s Game et King’s Game Extrême. Le Survival Game, poussé notamment par Ki-oon, a le vent en poupe depuis quelques temps. Mais on est en droit de se demander si l’éditeur ne tire pas trop sur la corde.
Et ce d’autant plus que si les deux premières séries partaient sur de bonnes bases et se révélaient plutôt plaisantes à lire, elles ont été plombées par des fins discutables (doux euphémisme pour dire que les fins oscillait entre pas convaincantes et mauvaises).

Mais le fait de replonger aux origines de ce jeu, maintes fois abordées dans les précédentes œuvres, peut être salvateur et apporter quelques réponses… ou alors avoir une fin du même acabit.

L’histoire se situe en 1977 dans le village de Yonaki, là où tout à commencer. Ce village reclus comptant à peine quelques dizaines d’habitants vit presque cloîtré du reste du monde. Tout le monde se connait. Et c’est dans cette bourgade que le premier ordre du jeu va avoir lieu. C’est ainsi que les habitants de Yonaki vont voir leur destin basculé.

D’emblée, les auteurs nous présente le couple Kazunari et Natsuko, assez mal perçus par la population locale. Et pour cause ils sont cousins. Mais cela arrive un peu trop comme un cheveu sur la soupe, presque pour s’efforcer de mettre un couple. Rapidement, le premier ordre du roi est délivré et attaque fort d’emblée, puisque les jeunes doivent toucher un cadavre. Contrairement aux précédentes saisons, ici on rentre vite dans le vif du sujet. Il n’y a pas de petits défis gentillets pour débuter.

Il est également marrant de voir que les ordres sont donnés par courrier. Et oui, à cet époque, le téléphone portable n’existait pas !

 

Ce King’s Game Origin se veut revenir aux origines, mais ça vous l’avez compris, de ce jeu macabre. Si vous avez lu les précédentes séries, les noms de Yonaki, Natsuko Honda ne doivent pas vous être inconnus. Tout lecteur connaissant l’univers de King’s Game cherchera quelques réponses. Mais il est fort  à parier qu’elles n’arriveront qu’à la toute fin.

J’avais peur que l’histoire soit très redondante avec ce qu’on avait pu lire avant. Mais heureusement, il y a quelques petits éléments qui permettent un peu de renouveler le titre. Bien sûr le principe du jeu du roi reste le même. Mais l’époque et le village un peu traditionnel, voir réactionnaire change un peu les choses. Surtout qu’ici on ne se cantonne pas seulement à des lycéens; le village entier participant au jeu. De plus, son accessibilité limitée et de sa relative autarcie rendent plus crédible le fait que personne, aucune autorité, n’intervienne.
Ces dimensions rajoutent un petit côté huis-clos, un peu claustrophobe qui n’est pas désagréable dans ce contexte.

Pour le moment, ce King’s Game Origin est assez introductif. Car qui dit nouveau jeu, dit nouveaux personnages. Et pour le moment, ils manquent un peu de charisme du fait d’un développement pauvre, et quelques clichés. Surtout qu’on retrouve un peu des profils déjà entraperçus avant. A voir comment la suite va évoluer, mais j’ai le sentiment que ce seinen ne proposera pas des personnages d’une grande profondeur.

Mais ne nous voilons pas la face, l’intérêt de cette saison résidera bien dans des éléments de réponses qu’elle pourra apporter, afin de donner plus de corps, voir légitimer les fins discutables de deux premières séries. Or pour le moment, il  y a plein d’interrogations, de points qui nous rappellent certaines choses… mais pas forcément des éléments de réponses sur des points en suspend ou pouvant expliquer ce qu’il se passe à l’époque de Nobuaki.

 

Graphiquement, c’est J-Ta Yamada qui se charge de la mise en image. Son style reste dans la lignée des précédents artistes avec un goût moins prononcé pour l’hémoglobine. Il joue plus la carte de l’horrifique que du gore et trash. Il offre également quelques belles mises en scène sur certaines planches. Son découpage est correct même si quelques cases sont parfois étranges dans leur conception.
Son charadesign est peut être un peu trop classique, ou du moins trop dans la veine de ses aînés, mais c’est plus que correct. Sans exceller, Yamada remplit son rôle.

 

Pour conclure, King’s Game Origin – tome 1 narre la toute première apparition du jeu du roi. L’occasion de changer un peu le cadre spatio-temporel, apportant ainsi quelques petites nouveautés intéressantes comme par exemple un aspect plus en lieu clos. Pour le reste, nous avons des personnages un peu déjà-vus et caricaturaux, un jeu au fonctionnement similaire. Donc pas énormément de surprises mais un plaisir de voir ce jeu à l’oeuvre. Mais le vrai i,térêt de cette série sera d’essayer d’en apprendre plus sur le jeu et justifier quelques éléments des deux premières séries. Pour le moment, le récit est avare de ce côté là mais se lit quand même facilement.

Malheureusement, comme avec King’s Game et King’s Game Extrême, il va surement falloir attendre le dernier tome pour avoir des informations intéressantes. Espérons juste que l’attente vaudra le coup et que la désillusion ne sera pas aux rendez-vous comme pour ses grands frères.

Et vous qu’avez-vous pensé de cette introduction ? Croyez-vous pouvoir avec des réponses à la fin de la série ?

Laisser un commentaire »