. Justice League Rebirth – tomes 1 et 2 | Fant'asie
Kameyoko 27/03/2018 6
  • Scénario
  • Graphisme

Justice League Rebirth - tome 1

 

Justice League Rebirth – tomes 1 et 2 de Bryan Hitch, Tony Daniel, Jesus Merino…

Nouveau superman et nouveaux Green Lanterns

Informations générales sur Justice League Rebirth 1 et 2 :
Date de sortie : 09 juin 2017
Scénariste : Bryan Hitch
Dessinateur : Tony Daniel, Jesus Merino…
Type : Comic
Editeur : Urban Comics

 

Résumé du tome 1 :

À l’aube d’une nouvelle ère, les plus grands héros de la Terre restent unis contre l’adversité.
Endeuillés par la perte de l’Homme d’Acier, ils continuent de défendre leur planète de ses pires dangers. Et pour ce faire, la Justice League accueille trois nouveaux membres dans son équipe, incluant un certain… Superman ! Qui est cet être venu d’un monde mort et peut-on seulement lui faire confiance ?
Contenu : Rebirth #1 + #1-5

Résumé du tome 2 :

Il existe des forces capables de manipuler l’esprit et de nous confronter à nos pires angoisses.
Et quand celles-ci s’attaquent à la plus grande équipe de super-héros, c’est la Terre entière qui est en danger, poussant les membres de la Ligue de Justice à s’en prendre les uns aux autres. Seuls des héros entraînés à contrôler leur peur pourront en venir à bout… Jessica Cruz et Simon Baz, les deux novices de l’équipe, parviendront-ils à repousser cette nouvelle menace ?
Contenu : Justice League Vol.2: Outbreak (#6-11)

 

Un blockbuster destruction porn

Urban Comics se lance dans la publication du rebirth de DC Comics. Commençons avec son titre phare (disons un de ses titres phares), en l’occurrence Justice League Rebirth. Fini donc Geoff Johns au scénario, place à Bryan Hitch.
On retrouve donc les membres de la Justice League presque traditionnelle (ou du moins très ancrée New52) avec du Wonder Woman, Batman, Flash, Cyborg mais avec, petite nouveauté, 2 Green Lanterns et pas les plus expérimentés. Il s’agit de Simon Baz et Jessica Cruz. Le groupe est endeuillé par la perte de Superman, mais qui va être remplacé par un Superman venu d’une autre dimension. Difficile pour eux d’avoir un nouveau Superman, mais qui n’est pas le leur.

Malheureusement, l’entrée en matière de Bryan Hitch est décevante au possible. Le scénariste a choisi l’angle de l’énorme blockbuster, à base de destructions à tout va, d’une menace planétaire et d’aliens. Sauf que ce schéma là commence à sentir un peu le renfermé. Hitch y met probablement tout son enthousiasme en créant des scènes spectaculaires, où chaque héros devra donner le meilleur de lui-même. Mais dans les faits, on assiste à un « destruction porn » assez fade.
Ce type de récit a été vu et revu. Surtout que la narration est parfois lourde et maladroite. Comme par exemple l’intégration du nouveau superman ou le côté noob des Greens Lanterns. Ça partait de bonnes idées, mais ces bonnes intentions sont noyées sous un flot d’action et de dialogues un peu lourds.

Justice League Rebirth 2En fait, la menace de ces « Semblables » sort de nulle part et manque terriblement de consistance et d’ingéniosité. Très honnêtement, je n’ai jamais été intéressé par ces derniers, leurs motivations, leurs pouvoirs… J’ai même presque eu la sensation que c’était secondaire et que seul importait un prétexte pour tout détruire.
Hitch n’arrive pas à créer une dynamique de groupe. Tout est occulté par de l’action à tout va. Il ne prend pas assez le temps de se poser, proposer des scènes peut-être plus intimistes mais qui donnent plus de consistance aux personnages.

Certes, c’est facile à lire, pas prise de tête mais j’ai eu la même impression en fermant le livre qu’en regardant un Transformer de Michael Bay. Spectaculaire, mais creux, brouillon et peu de travail sur les personnages.

Le tome 2 reprend un peu le même schéma avec ce goût pour l’action grand spectacle. Sauf qu’ici la menace est une sorte de virus contaminant chaque membre et exacerbant leurs peurs. Dit comme ça, cela ne respire pas la grande nouveauté et c’est le cas. Les mêmes défauts du premier cycle s’appliquent ici. Tout est trop « gros » : événements, interactions, menaces et dialogues. Ce qui fait qu’on ne rentre jamais dans le récit car tout est surjoué. Par exemple les dialogues et les relations entre personnages sont très forcés et manquent clairement de fluidité et de subtilité.

Pourtant Hitch a de bonnes idées, notamment dans les peurs de nos héros et de comment ça se matérialise. J’ai par exemple aimé comment étaient matérialisées certaines peurs comme par exemple chez Barry Allen et Jessica Cruz et comment ça impacte leur relation. L’utilisation de l’agoraphobie de Jessica est plutôt intéressante mais le traitement manque cruellement de finesse. Pour d’autre c’est carrément de vrais problèmes de caractérisation.

On sent la volonté de plaire au grand public, de verser dans le spectaculaire et l’explosif. Mais pour se faire, une minimum de travail de scénarisation est nécessaire. Et Hitch passe trop souvent au travers pour se focaliser sur une action effrénée mais assez creuse et distante. Jamais le lecteur n’a peur pour ses héros ou ressent quelque chose, faute à un manque de travail évident sur eux.

Graphiquement, le premier tome bénéficie en grande partie du travail du toujours très bon Tony Daniel. Même si ce dernier ne livre pas sa meilleure prestation, ça reste quand même de belle facture, et on le sent qui s’amuse avec ces scènes de destruction. Mais pour le deuxième volume, les auteurs se multiplient et aucun ne parvient à accrocher positivement la rétine. Par contre négativement, il y a quelques cases/ planches qui font mal aux yeux. Notamment, il y a quelques expressions faciales totalement ratées. J’ai également trouvé que le tout manquait de finesse et de personnalité. Le travail fourni donne l’impression d’une commande « alimentaire ». Malheureusement, la partie graphique ne contre-balance pas les errances du scénario.

Pour conclure, Justice League Rebirth – tomes 1 et 2 sont des déceptions dû, probablement, aux choix scénaristiques de Hitch, et un manque de créativité. Il livre finalement deux arcs convenus, brouillon et maladroit. L’aspect spectaculaire atténue le tout mais ne suffit pas à masquer les insuffisance flagrantes sur les personnages, leur relations, les dialogues… Alors que le tout se veut énorme, aucun côté épique n’en ressort. Les méchants n’ont que peu d’intérêt. J’avoue avoir été très déçu ! J’ai largement préféré le travail de Geoff Johns sur les New 52.

Et vous qu’en avez-vous pensé ?

6 commentaires »

  1. Olivier 28/03/2018 at 16:04 -

    Merci.
    Ça en fera 2 de plus dans ma collection 🙂

  2. Maryse 31/03/2018 at 14:21 -

    Déçu du film, je vais essayer de me consoler avec les livres ! Merci

  3. Gal 13/08/2018 at 16:44 -

    Oui c’est toujours plus passionnant avec les livres, pas top le film !

  4. Andre 23/08/2018 at 17:42 -

    Merci beaucoup mais j’aime généralement lire le livre qu regarder le film 😉

  5. Jean Marc P 18/09/2018 at 12:14 -

    Franchement, j’étais assez tenté d’acheter les BD sans sourciller, mais si c’est aussi mauvais que vous le laissez penser j’y réfléchirai à 2 fois. Je vais aussi aller voir sur les forums pour voir ce que d’autres qui les ont déjà lu en disent…

  6. SydneyLa 24/09/2018 at 14:06 -

    Un bon film et un excellent Livre !

Laisser un commentaire »