. Joe Hisaishi : compositeur idéal pour Miyazaki | Fant'asie
Kameyoko 08/09/2008 3

Joe Hisaishi : compositeur attitré de Miyazaki

La musique d’Hisaishi indissociable des films de Miyazaki

Suite à mon billet sur Gake no ue no Ponyo, le dernier Miyazaki, j’ai voulu mettre en avant un élément souvent méconnu mais ô combien important : la musique.

Ce n’est pas un mystère si je dis que j’adore l’œuvre d’Hayao Miyazaki. J’ai notamment souligné son univers et sa poésie. Pour faire passer cela, il faut une superbe musique qui, tout autant que le dessin, doit permettre de se plonger dedans.

En ce sens ses œuvres bénéficient d’une musique exceptionnelle, le plus souvent signé Joe Hisaishi.

Je me devais donc de lui consacrer un billet, car il est difficile de ne pas associer Miyazaki et Hisaishi, tant le dernier est le complément idéal du premier. Au travers de sa musique souvent « simple » comparé à un John Williams, Hisaishi arrive à retranscrire et susciter bon nombre de sentiments en parfaite concordance avec l’image.

Joe Hisaishi même s’il est plutôt méconnu par le grand public, n’en demeure pas moins un des plus grands compositeurs de musique de films actuels. Indirectement, je pense qu’il y est pour beaucoup dans le succès actuel de Hayao Miyazaki et des Studios Ghibli

Biographie de Joe Hisaishi

Source : http://www.joehisaishi.net/bio/
Joe Hisaishi est un artiste à facettes multiples, il est compositeur, auteur, arrangeur, interprète, chef d’orchestre, réalisateur, écrivain. Mais nous allons nous intéresser surtout au coté « compositeur de musique » et notamment sur les Miyazaki.

Joe Hisaishi,de son vrai nom Mamoru Fujisawa est né le 6 décembre 1950 à Nagano. Son pseudonyme est formé à partir de la transcription japonaise du nom « Quincy Jones » (grand musicien/producteur Noir américain) : クイシ qui se prononce « Kuishi » et 譲 l’abréviation de Jones, pour donner au final 久石 譲 : « Hisaishi Joe ».

Dès son plus jeune âge il se découvre une passion pour la musique. A 5 ans ses parents lui firent donner des cours de violon.
En1969, il rentre au Kunitachi College of Music et débuta sa carrière de compositeur.
C’est en 1974 qu’il fera ses premiers pas professionnels en signant les musiques de plusieurs dessins animés (yatoruzu, Maison Ikkoku, L’académie des ninjas, À plein gaz, etc) puis des dramas, documentaires et publicités.

C’est en 1984 qu’il connaitra son premier vrai grand succès avec sa première collaboration avec Hayao Miyazaki. Il composera la musique de Kaze no Tani no Naushika (Nausicäa de la Vallée du Vent). C’est Isao Takahata, alors producteur de Nausicaä, qui fit appel à Joe Hisaishi pour un essai. Ce fut une révélation, et Hisaishi devint, suite au succès de Nausicaä, le compositeur attitré de Miyazaki.

Leur collaboration continuera avec le Château dans le ciel (Tenkuu no Shiro Rapyuta), Mon Voisin Totoro (Tonari no Totoro), Kiki, la Petite Sorcière (Majo no Takkyubin), Porco Rosso (Kurenai no Buta), Princesse Mononoke (Mononoke Hime), Le Voyage de Chihiro (Sen to Chihiro no Kamigakushi), Le Château Ambulant (Hauru no Ugoku Shiro) et le tout dernier Gake no ue no Ponyo.
Une telle complicité entre les deux hommes n’est guère surprenante. Joe Hisaishi était un musicien qui cherchait sans cesse de nouvelles sonorités, et de nouveaux défis musicaux afin de composer ses musiques. Hayao Miyazaki eut la même démarche en proposant des films d’animation aux antipodes de ce qui se faisait alors au Japon. Leur rencontre n’aura donc pas été fortuite, puisque leurs univers se croisent et se ressemblent, l’un en musique, l’autre en image.

Miyazaki ne fut pas le seul grand nom du cinéma japonais a tomber « amoureux » professionnellement de Hisaishi. Takeshi Kitano fit aussi appel à lui en 1991 pour composer la musique du film Scene at the Sea. Il travaillera aussi sur des films comme Sonatine, mélodie mortelle, Kids Return, Hana-Bi, L’Été de Kikujiro, Aniki, mon frère et Dolls leur dernière collaboration.

Par la suite, il commenca à s’« exporter » avec la musique du film d’Olivier Dahan : Le petit poucet, puis A chinese tall story et Welcome to Dongmakgol.

Joe Hisaishi a été l’invité d’honneur du festival du film asiatique de Deauville en 2008.

Avis

Pour être honnête je connais plus ce compositeur pour son travail sur les Nausicaa, Mononoke, Chihiro and co que pour ces Kitano (hormis Aniki, mon frère). Je l’associe donc plus au studio Ghibli.

C’est un maître pour moi, j’adore ses sonorités souvent simples sans excès d’instruments. Quand on écoute la bande son de Mononoké, Chihiro ou le château dans le ciel, on se laisse porter par ses somptueuses mélodies.

Par l’intermédiaire de quelques notes il arrive à faire passer une telle intensité émotionnelle qu’on ne peut que se laisser porter. S’il on a vu les films en question, au-delà de revoir la scène, on se remémore plus les sentiments et l’atmosphère de la scène. Et ça pour moi, c’est signe d’une grande qualité.

Ce Joe Hisaishi est, pour moi, un grand monsieur du cinéma.

Êtes-vous d’accord avec moi ? Ces musiques de films vous ont-elles transportées ?

3 commentaires »

Laisser un commentaire »