. [Jeux Video] Test de Killzone 3 sur PS3 | Fant'asie
Kameyoko 26/03/2011 0

Killzone 3 sur PS3

Test du jeu Killzone 3 sur Playstation 3

Ca va frager du Hellghats !

Deux ans après la claque qu’était Killzone 2, le développeur Guerrilla nous revient avec ce troisième opus qui s’annonce encore plus spectaculaire. Killzone 3 va essayer de faire mieux que son prédécesseur, notamment en tentant d’exploiter au mieux les capacités de la console made in Sony.
Ce FPS explosif s’annonce comme un bulldozer prêt à écraser la concurrence, en tout cas c’est l’objectif.

Mais est-ce réellement le cas ? Killzone 3 peut-il servir de porte-étendard à la PS3 en tant qu’exclusivité?

Killzone 3 développé par Guerrilla et édité par Sony est disponible à la vente depuis le 23 février 2011.

Résumé Killzone 3 sur PS3

Pour être franc, ce résumé va être court. Killzone 3 est pétri de qualité, mais son scénario n’en fait pas parti.

L’histoire démarre juste après la fin du deux. On est dans la continuité totale. On retrouve Sev et Rico juste après l’affrontement ayant causé la mort de Visari. Mais même la mort du leader des helghasts ne mets pas fin au conflit.

Les troupes de l’ISA présentes dans la capitale se retrouvent encerclées par les troupes ennemies, légèrement remontées suite à la mort de Visari. Les compagnons d’infortune de Sev, Rico et autre Narville vont tenter de survivre dans cet univers hostile et s’enfuir.

Du coté de la nation d’Helghasts, une lutte interne oppose l’état-major à de puissants industriels.

Scénario

Même si Killzone 3 est une claque, ce n’est pas grâce à son scénario qui ne brille pas par son originalité ni par des personnages complexes.
Même si l’histoire est entrecoupée par des cinématiques de toute beauté, le fond est assez creux. C’est guère passionnant. On sera plus tolérant parce qu’il s’agit d’un FPS et que donc c’est moins impactant, mais il faut le savoir.
L’histoire est très classique avec de grosses ficelles. Pourtant, il y a quelques petits trucs sympas comme les flashbacks et autre ellipses mais qui sont au final mal maitrisés.

Concernant les personnages, ils sont très caricaturaux et ne sont pas non plus aidés par des dialogues très premier degré, manquant clairement de finesse.

L’histoire s’attarde maladroitement sur les rivalités d’abord entre Rico et Narville puis surtout entre les membres de l’état-major Helghast.

En clair, c’est peu stéréotypé et ça tombe, les deux pieds dedans, dans les poncifs du genre.

En plus, la fin est quand même spéciale et raide, pour ne pas dire décevante.

Ce qui est dommage puisque que je trouve qu’il y avait moyen de faire quelque chose de plus sympa avec ces Helghasts. L’univers du titre est pourtant bien sympathique, même si déjà vu.

Gameplay

Au niveau du gameplay, les développeurs ont su conserver les principaux attraits des précédents opus comme le système de couverture. On retrouve également un arsenal déjà bien connus, mais avec quelques rajouts bien dévastateurs.
Mais, on sent qu’un soin particulier a été apporté à l’amélioration du gameplay. J’ai trouvé les mouvements de Sev plus fluide. Le système de visée semble plus stable et plus précis. Le héros fait moins pataud moins guerrier lourdement armé peinant à avancer.

Le plaisir est bien au rendez-vous avec des armes bien variées qui nécessitent de changer un peu la façon de jouer. On trouve les armes bien bourrines, des snipers, des fusils d’assaut, des armes silencieuses…

D’ailleurs, je trouve que Killzone 3 alterne les phases de jeu différentes. Certes, ça reste du FPS, donc c’est souvent bien bourrin, néanmoins, il y a quelques phases qui sortent de la classique guérilla urbaine. Ainsi, on aura des passages au sniper, des moments où on pilote et tire avec des véhicules, d’autres où on est aux commandes de jet pack et même quelques passages « d’infiltration ». Ne vous attendez pas à du Splinter Cell ou du Assassin’s Creed. Mais il vous faudra là jouer plus fine que simplement avancer et tirer.

Il y a aussi quelques interactions avec l’environnement comme celle de faire exploser une plante toxique à proximité d’ennemis.

Néanmoins, ce jeu video conserve une linéarité que l’on retrouve dans la concurrence. Le chemin est donc bien balisé, c’est scripté à fond. Mais bon dieu ce que c’est spectaculaire et divertissant.

A noter le système ingénieux de la réanimation. En effet, quand vous mourrez, si l’un de vos partenaires est dans le coin, il peut vous ressusciter.

J’ai particulièrement aimé le corps-à-corps et toutes les possibilité de « finish him » des adversaires. C’est assez jouissif d’égorger un ennemi, ou de l’éclater contre un mur ou de lui planter un couteau dans l’œil. C’est radical mais très efficace. J’avoue avoir pris un plaisir certain, à tuer mes ennemis le plus possible au couteau.

Bref le gameplay est soigné, classique mais réussie. On alterne bien les différentes phases, qui offrent un plaisir de jeu différent. Les phases scriptées et les cinématographiques sont légions mais spectaculaires.

Le jeu n’est pas forcément très difficile. La campagne solo se termine assez facilement, même quand on est mauvais comme moi au FPS avec une manette. Malheureusement, le jeu est, comme trop souvent, très court. Intense, musclé, mais court. J’ai du mettre 6-7 heures grand max pour le finir.

Par contre, la durée de vie sera allongée avec le multi qui, comme la campagne solo, est très sérieux. Il n’y a rien de fondamentalement nouveau et original, mais c’est diablement efficace. Perso, je fais quasiment exclusivement du team deathmatch. Pour progresser on retrouvera des systèmes de classes et de l’expérience à acquérir par le biais de vos actions.

Un gameplay, qui ne révolutionnera pas le jeu vidéo, mais qui demeure maitrisé. Pas grand chose à reprocher. La prise en main est aisée et le bonheur de jouer est bien présent.

Graphisme

Graphiquement Killzone 3 est juste magnifique avec ses textures, ses nombreux détails dans les environnements, sur les vaisseaux et autres équipements….
On sent que Guerrilla a essayé d’exploiter au maximum les capacités de la PS 3. Plusieurs environnements sont proposés : villes ravagées, neige, vaisseau spatiale, jungle…. Et tous sont superbement retranscris. Le joueur rentre facilement dans le jeu.

La réalisation, même si le joueur suit un chemin un peu trop balisé, est juste magnifique. C’est un blockbuster du jeux vidéo avec explosions et tout ce qui s’en suit. Extrêmement divertissant,jouissif et immersif.
Le joueur sera confronté à différents ennemis à tomber par terre, entre les jets packs, les espèces de mini Gundam, la piétaille de base helghasts, les canons de DCA…

Conclusion

Killzone 3 est une tuerie visuelle. Il y a pas à dire, la réalisation est à tomber par terre. C’est du grand divertissement, du blockbuster vidéoludique. La PS3 semble donner ce qu’elle a dans le ventre.
Le gameplay sans être révolutionnaire est très soigné et efficace. Malgré un coté linéaire, le plaisir de jouer est bien présent. Prendre la manette et frager du Helghast est jouissif. Les différentes phases s’enchainent bien et permettent de varier un petit peu la façon de jouer.

Par contre le scénario est relégué au second plan. C’est très stéréotypé : évènements, personnages, dialogues. Il ne faut donc pas s’attendre à une histoire de fou. Priorité au jeu en lui-même.

Le multi est soigné et la campagne solo efficace. En revanche, la difficulté un poil faible et la durée durée de vie trop faible sont dommageables. Je trouve qu’un jeu de ce calibre ne devrait pas proposer un solo si court. Même si le multi est sensé rattrapé le tout, c’est énervant quand même.

Killzone 3 est donc une super expérience de jeu. Peut-être pas la tuerie absolue, ni même le FPS de l’année, mais il n’a pas à rougir de la concurrence, au contraire.

Si vous aimez les FPS, vous ne serez pas déçu. Vous pouvez y aller les yeux fermés.

Et vous qu’en avez-vous pensé? Ce solo si court vous a-t-il énervé?

Laisser un commentaire »