. [Jeu Vidéo] Test de Gears of War 3 | Fant'asie
Kameyoko 13/12/2011 3
[Jeu Vidéo] Test de Gears of War 3
  • Scénario
  • Gameplay
  • Graphisme

Gears Of War 3 sur Xbox360

[Jeu Vidéo] Test de Gears of War 3 sur Xbox360

Le Third Person Shooter de référence

La licence Gears of War, qui fait les beaux jours de la Xbox360, revient pour ce troisième opus. Près de 5 ans après le tout premier jeu vidéo, 2 ans après le deuxième volet ce TPS revient en force pour peut-être le meilleur de la série.
Ce Gears of War 3 nous transporte 2 ans après les évènements de Jacinto et avec la CGU mal en point. L’occasion de défourailler du Locuste et du Lambent en compagnie de Marcus, Dom et les autres.

Gears of War 3, développé par Epic Games, édité par Microsoft est une exclusivité Xbox360, et est disponible depuis le 20 septembre 2011.

Scénario

Tout débute par le retour du président Prescott, qui non content de revenir, amène avec lui une vidéo prouvant que le père de Marcus est encore en vie. Mais c’est à ce moment que les Lambents lancent une attaque d’envergure sur le vaisseau. L’ancienne escouade Delta va partir sur les traces du père de Marcus. Cette recherche va les mener dans des endroits infestés de Locustes et de Lambents.
Dans cet opus, le scénario est travaillé et propose quelque chose de plus travaillé, plus sombre et moins caricatural. En effet, on en apprend plus sur les raisons de cette guerre, d’où viennent ces créatures… Il y aura aussi pas mal de révélations, de retournements de situation et quelques passages presque dramatiques.
De plus, on développe pas mal les principaux personnages comme Marcus, Dom
La campagne est donc plus intense et avec une volonté d’apporter une conclusion à l’intrigue amorcée il y a 5 ans. Normalement, telle que l’histoire nous est narrée devrait être la fin de cette saga. Mais bien évidemment, devant une licence si renommé et si rentable, on peut imaginer que ce n’est pas pour autant la fin de Gears of War.

Evidemment, ça reste du Gears of War, donc on retrouve ce petit coté bourrin, caricatural parfois et avec des dialogues pas toujours bien sentis.
Mais globalement, c’est un bon scénario, étonnement bon (enfin pour du TPS et du Gears of War).

Gameplay

Même en solo, on est accompagné de 3 compagnons qui ne sont clairement pas là pour faire de la figuration. Outre le fait de vous sauver la mise, vous pourrez échanger vos armes, leur désigner des cibles prioritaires… Une aide qui s’avère souvent bien pratique et donne un petit coté tactique sympathique. De plus l’IA de ces compagnons est plutôt bonne. Clairement ils nous aident et ce ne sont pas des boulets qu’on se traîne.
Face à celà, les développeurs en ont profité pour réhausser la difficulté car ce sont des hordes d’ennemis qui attaquent. C’est vraiment énorme et épique.

Pour faire face à ces Locustes et autres Lambents plus que redoutables, la panoplie du soldat se diversifie. On retrouvera des Lanzors, Destructors… parfois légèrement reliftés, mais de nouvelles armes destructrices font leur apparition comme le Digger ou le One-shot ou encore le retro-lanzor… Certaines de ces armes, dont la dernière, sont assez jouissives à utiliser au corps-à-corps. Découper, trancher, perforer, c’est terriblement appréciable, en plus d’être efficace.
Les ennemis aussi ont été retouchés. Plusieurs sales bébêtes font leur apparition.
Concernant l’IA bien que correcte montre parfois ses limites. Les ennemis ont parfois des comportements étranges.
Pour la durée de vie, la partie solo doit se terminer en une grosse dizaine d’heures. C’est suffisamment long pour se faire plaisir, mais on regrettera toujours de ne pas en avoir plus. Et ce d’autant plus que le plaisir de jeu est bien là, surtout si on aime le bourrin. Les développeurs ont conservé ce qui fait le succès de cette saga, tout en ajoutant certains points et en développant certaines choses, mais toujours de façon pertinente. Tout est plus : plus gore, plus bourrin, plus épique, plus jouissif.
Malheureusement ce test se trouvera amputé de la partie mulijoueur n’ayant pu tester cette partie.

Graphisme

Graphiquement, le jeu est tout simplement superbe. Alors que le jeu est assez bourrin, cet aspect est superbement réalisé via des décors magnifiques et fins, des personnages avec pas mal de détails, des adversaires tous plus horribles les uns que les autres, des effets juste superbes. Les textures sont fines et offrent des visuels de toute beauté.

Les décors sont très variés, richement détaillés et ils nous plongent dans cet univers dont on peine à sortir tant on est bien dedans.
Gears of War 3 nous montre ce que la Xbox360 peut avoir dans le ventre, et franchement ça vaut le détour.
Hormis des visages manquant d’expressivité parfois, les cinématiques sont aussi hallucinantes.

Conclusion

Gears of War 3 s’appuie sur les précédents opus qui se sont révélés diablement efficaces. On retrouve donc le gameplay aux petits oignons, cet univers, une partie graphique magnifique.. Pourtant les développeurs ne se sont pas reposés sur leurs lauriers pour proposer une suite encore plus énorme. Tout est « plus ». C’est plus beau, plus jouissif, il y a plus d’armes, plus d’environnements, une IA augmentée, un scénario plus complexe (mais on reste dans du TPS, hein 😉 ), une réalisation bien huilée…
Pas de doutes la licence Gears of War fait bien partie de ce qui se fait de mieux sur Xbox360 !
Le meilleur volet de la série ! Et dire que je n’ai pas pu tester le multi, qui, parait-il est excellent aussi.
Une totale réussite, jouissive et impressionnante.

Et vous qu’en avez-vous pensé ? Pensez-vous que ce soit le meilleur titre sur Xbox360 ?

3 commentaires »

  1. Gabriel 08/01/2012 at 12:42 -

    Hello,

    J’ai fini ce 3ème volet avant-hier et je te rejoins sur toute ta critique, aussi bien le scénario que le gameplay, sans oublier les graphismes. 🙂
    Gears of War a toujours été une licence particulière pour moi, le premier volet a été mon premier jeu sur Xbox, c’est avec lui que j’ai maîtrisé le pad (avant je ne jouais que sur pc ^^’).

    Pour moi, ce troisième volet clôture très bien la série !

    Sinon, je conseillerai la lecture des différents romans (4 pour le moment et un 5ème prévu), ils racontent ce qu’il se passe avant le premier jeu (Pendulum Wars, Anvil Gate, Emergence-Day, etc.) et entre les jeux 2 et 3 (après avoir coulé Jacinto, le départ pour Vectes, la vie sur l’île, le départ de Prescott, etc.).
    Ils sont très très bien écrit, mais pas encore tous traduit il me semble.
    Et je conseillerai également la lecture des comics même si je n’ai pas encore commencé cette lecture. 😆

  2. Kameyoko 10/01/2012 at 22:29 -

    @Gabriel : Autant jouer au jeu vidéo ok, mais dès qu’il s’agit d’adaptation en livre ou en comic j’ai déjà plus de réticences. Je suis pas sur de me laisser tenter

  3. Brocolyx 20/04/2012 at 02:02 -

    Tout a fait d’accord avec ton article 🙂 Il y a tellement de mode de jeu intéressant qu’on ne sait jamais auquel jouer (horde, mode en ligne, campagne …) Le seul truc qui me saoul dans ce jeu, c’est les problèmes de réseaux qui favorisent souvent le joueur hote.

    Je profite de mon premier message pour te féliciter pour ton blog que j’adore:)

Laisser un commentaire »